Dynamisme des savoirs écologiques traditionnels & Adaptation au changement climatique dans une région montagneuse himalayenne, le Ladakh

Ce texte est une note d’intention en vue d’une communication à la Deuxième Université Internationale d’Hiver, rédigée par Stéphanie Piffeteau, Assistante, Institut des sciences de l’environnement , Université de Genève. Retravaillée, la communication finale sera diffusée à la suite de l’événement, complétée et affinée.

Le changement climatique est considéré comme l’un des défis majeurs du 21ème siècle. A l’heure actuelle, ce phénomène est à l’origine de 70% des catastrophes naturelles, soit près de deux fois
plus qu’il y a 20 ans, modifiant ainsi le paysage et impactant directement en moyenne 211 millions de personnes chaque année (Nations Unies. 2015. Les catastrophes naturelles. Publié le 10 juin 2015, en ligne : http://www.un.org/fr/humanitarian/overview/disaster.shtml.) La hausse de température qui est annoncée dans le cinquième rapport du Groupement d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC) pouvant atteindre jusqu’à 4,8°C d’ici à la fin du siècle pourrait bel et bien aggraver la situation dans la mesure où les conditions météorologiques influent sur la santé humaine (IPCC. 2014. Climate change 2014 : Synthesis Report. Contribution of Working Groups I, II and III to the Fith Assessment Report of the IPC. C, IPCC, Geneva, Switzerland, 151 pages). Certains systèmes sociaux restent toutefois plus vulnérables que d’autres face au bouleversement climatique qui s’opère, comme les régions montagneuses (IPCC. 2014. Climate change 2014 : Synthesis Report.). La vulnérabilité est déterminée par le GIEC comme étant la mesure dans laquelle l’évolution du climat risque d’endommager ces systèmes ou de les nuire. Elle dépend non seulement de leur sensibilité mais également de leur capacité d’adaptation. La question de l’adaptation au changement climatique est soulignée par le GIEC qui propose plusieurs réponses telles qu’au niveau social, le partage des « indigenous, traditional and local knowledge » (IPCC. 2014. Climate change 2014 : Synthesis Report.). Ce type de connaissance fait notamment référence au « savoir écologique traditionnelle » (SET). Or, depuis le début de la modernité, et plus précisément de la révolution industrielle en Europe, qui s’est répandu à d’autres pays par le phénomène de la globalisation, le SET s’est érodé, comme le stipule Federici (2004), Maffi (2005) et Toledo (2012) (Gomez-Baggethun, E., E. Corbera, and V. Reyes-Garcia. 2010. Traditional Ecological Knowledge and Global Environmental Change :Research findings and policy implications. Ecology and Society 18(4) :72). Face à l’urbanisation, le développement technologique et la globalisation du marché qui en découle, la question de la survie des systèmes SET s’est posée, à savoir vont-ils s’adapter ou bien sont-ils amenés à disparaître (Gomez-Baggethun, E., E. Corbera, and V. Reyes-Garcia. 2010)?. A partir de la seconde moitié du 20ème siècle, le déclin des modes de vie traditionnels et des connaissances associées était si répandu que lorsque les universitaires ont redécouvert les systèmes de SET dans les années 1980, beaucoup doutait de sa survie au millénaire, comme l’évoque Cox (2000) (Gomez-Baggethun, E., E. Corbera, and V. Reyes-Garcia. 2010). Cependant, depuis les deux dernières décennies, de nombreux développements prennent en compte le SET. Ainsi dans le cadre du changement climatique, nous nous interrogeons sur la véritable nature « dynamique » des SET (à l’opposé des savoirs figés dans le temps et dans l’espace) face à ses impacts. La problématique qui se pose est alors : En quoi l’adaptation spécifique au changement climatique rend-elle les SET « dynamiques » ? Pour ce faire, nous nous baserons sur un projet dont l’objectif principal est de s’adapter au changement climatique dans une région montagneuse himalayenne. Il s’agit de la construction et de la maintenance de glaciers artificiels au Ladakh. Cette technique consiste à conserver l’eau des déserts froids qui proviennent des glaciers, à haute altitude. Ainsi, nous étudierons l’évolution des SET au cours de ce projet, depuis sa conception jusqu’à sa réalisation, et dans différents lieux géographiques.

Les alternatifs d’Ariège : « innovateurs par retrait » du monde rural montagnard?

Ce texte est une note d’intention en vue d’une communication à la Deuxième Université Internationale d’Hiver, rédigée par Benjamin Dubertrand – EHESS Toulouse – CAS-LISST. Retravaillée, la communication finale sera diffusée à la suite de l’événement, complétée et affinée.

Actuellement doctorant en quatrième année de thèse d’anthropologie, mon travail porte sur des individus qui cherchent à vivre de manière alternative en milieu rural français, plus particulièrement dans la moyenne montagne ariégeoise. L’enquête de terrain réalisée a essentiellement porté sur la vallée de Massat, archétype de la vallée montagnarde réinvestie par les « néos » à partir des années 1970. Cette vallée est située dans le Couserans, périphérie montagnarde au sein d’un département, l’Ariège, lui-même considéré comme un des espaces français les plus
marginalisés depuis le XIXe siècle. Continuer la lecture de Les alternatifs d’Ariège : « innovateurs par retrait » du monde rural montagnard?

L’innovation, un autre bluff ?

Ce texte est une note d’intention en vue d’une communication à la Deuxième Université Internationale d’Hiver, rédigée par Julien Dupoux – Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand 2 – EA CERAMAC. Retravaillée, la communication finale sera diffusée à la suite de l’événement, complétée et affinée.

Si nous parlons des innovations dans les territoires de montagnes, faut-il les prendre comme un à priori obligatoirement favorable à ces territoires ? Cela nous amènera à discuter la nature des innovations et la manière dont elles sont perçues sur un territoire particulier.

Dans cette communication, je propose donc une lecture des mes enquêtes de terrain sur le Plateau de Millevaches d’après l’ouvrage de Jacques Ellul : le bluff technologique.

Les témoignages recueillis l’ont très majoritairement été auprès de paysans par des entretiens très ouverts, où, en partie, ils décrivaient leurs pratiques. Sur 7 communes du Plateau de Millevaches, j’ai abordé et me suis entretenu avec tous les paysans (plus d’une centaine au total) mais aussi avec leurs voisins. Il s’agira donc de présenter leurs perceptions des innovations. Cette présentation aura donc pour base majeure des témoignages. Continuer la lecture de L’innovation, un autre bluff ?

Nuclear Mountains : Mountain Beauty and Radioactive Anguish in the American West

Ce texte est une note d’intention en vue d’une communication à la Deuxième Université Internationale d’Hiver, rédigée par Lucie Genay, Université Grenoble-Alpes, EA ILCEA4. Retravaillée, la communication finale sera diffusée à la suite de l’événement, complétée et affinée.

The American national complex spread over the entire country in the wake of World War Two and the Manhattan Project but had a particular impact on the American West, as the region owes its post-war economic boom to the development of its nuclear installations. Continuer la lecture de Nuclear Mountains : Mountain Beauty and Radioactive Anguish in the American West

Technological innovation and socio-environmental transformations in an industrial valley. The example of the Savoy Mountains

Ce texte est une note d’intention en vue d’une communication à la Deuxième Université Internationale d’Hiver, rédigée par Olivier Chatterji,  – Université Grenoble-Alpes, UMR LARHRA. Retravaillée, la communication finale sera diffusée à la suite de l’événement, complétée et affinée.

Mountain ecosystems harbour an abundance of natural resources supporting agricultural, industrial or touristic development while playing a critical role in maintaining a flow of natural resources to the lowlands below. With the discovery of White Coal, harnessing mountainsʼ energy became a Klondike Gold Rush for industrialists. Continuer la lecture de Technological innovation and socio-environmental transformations in an industrial valley. The example of the Savoy Mountains