QUANTITATIF VERSUS QUALITATIF ? Lorsque l’enquête ethnographique contrarie les résultats du questionnaire

Auteur : Christophe Baticle, post-doctorant, socio-anthropologue, Labex ITEM, Université Grenoble-Alpes

Lors d’une expérience vécue au moment de la thèse[1], est apparue une remise en question massive de l’hypothèse centrale, à savoir la dimension éminemment spatiale du sens de la chasse, notamment dans la France post-moderne. Insérée au sein d’un questionnaire de plus de soixante-dix variables, une question essentielle à nos yeux voyait l’enjeu territorial relégué derrière les problématiques temporelles. Résultat d’autant plus problématique que ce cinquième questionnaire était le plus ambitieux quant au public visé : les plus de 28 000 chasseurs de la Somme, dont 5 240 répondirent.

Notre propos visera d’une part à montrer en quoi l’enquête ethnographique menée antérieurement et en parallèle à ces questionnaires permettra de discuter les données quantitatives ainsi produites.

Dans un deuxième temps et comme conséquence logique, nous avons été amené à nous interroger sur les biais inhérents à l’exercice du questionnaire, notamment quant à la charge symbolique des termes employés dans la formulation des questions, l’ordonnancement de ces dernières et la temporalité du questionnaire lui-même au regard de la conjoncture sociopolitique du moment, dont ici particulièrement les dossiers cynégétiques présents sur l’agenda politique.

Enfin, cet échec initial, ou ce qui aurait pu être interprété comme tel, a pu être « retourné » dans la mesure où il a obligé à produire une « théorie » de ce paradoxe, notamment en proposant une conversion du temps en espace. Pour le dire en un mot, chez les chasseurs de migrateurs, l’espace parcouru par le gibier convoité est mentalement transmuté en espace-temps. En ce sens, cette expérience perturbante nous a convaincu de la nécessité de mixer les approches pour appréhender notre objet.

1.) Des enjeux politiques avérés mais antithétiques : plus de thèse ou plus de thèse ?

Dans le cadre du doctorat, notre option consista donc à retenir les pratiques cynégétiques comme corpus de contextes aptes à fournir des terrains pour un questionnement plus général que l’on pourrait ainsi résumer : dans quelle mesure la dimension spatiale de la vie sociale produit une trame à la socialisation, laquelle trame interagit avec les autres grandes variables sociodémographiques habituellement mises en avant par la sociologie. En d’autres termes, il s’agissait de discuter les deux principales approches animant les sciences sociales de l’après Seconde guerre mondiale quant au statut à accorder à cette grandeur que constitue l’étendue dans laquelle se déroule le lien social ou au contraire son délitement. L’espace constitué en territoire a pu ainsi être perçu par la polémologie comme l’un des principaux vecteurs explicatifs des affrontements violents[2]. Pour caricaturer, ces postures à l’égard de l’espace peuvent se synthétiser en une vision réductrice ou au contraire maximaliste. La première pose le primat du social sur le spatial, ce dernier n’étant au final que le réceptacle de ce que les institutions lui impriment en quelque-sorte de leur logique de fonctionnement. Cette épistémologie s’inspire d’un modèle que l’on pourrait qualifier de reflet dans le sens où la scène géographique ne viendrait qu’au second plan pour servir de mode d’expression à ce qui serait premier, à savoir la position dans la stratification sociale[3]. A contrario, une autre perspective affirme le pouvoir compétitif de l’espace avec le social, faisant par exemple de la territorialisation un acte fondateur[4]. Dans cette veine, les sociologues inspirés par la géographie humaine[5] et la sémiotique[6] ont eu tendance à faire de l’espace un acteur à part entière des relations sociales. Dans ce débat, il importait d’abord de tirer les enseignements d’une question qui convoque l’interdisciplinarité[7] et même la philosophie avec Husserl. Géographes et sociologues se sont certes disputés sur un enjeu épistémologique essentiel que tentent d’interpréter à leur manière les sociologues contemporains[8] en mobilisant Henri Lefebvre[9]. Notre position a consisté d’abord à relire ce dernier dans ce que sa théorie a de complexe, sans exclusive déterministe, puis de tenir compte de la contextualisation politique[10] dans laquelle l’espace se déploie afin d’envisager des déterminations croisées entre géographie et société.

Tout dispositif spatial reflète donc bien l’ordre sociétal qui lui a donné naissance et dispose ainsi à un mode de socialisation pré-formaté[11], alors que réciproquement les usages qu’il est fait de n’importe lequel de ces agencements ne répondent jamais exactement aux attendus de leurs inventeurs, ce qui fait qu’on ne puisse pas incriminer par exemple aussi facilement les grands ensembles dans le malaise des dites « banlieues »[12]. Espace socialisé et socialisant en quelque-sorte, mais relevant d’une socialisation imprévisible, « l’homme spatial »[13] s’y meut en découvreur du monde et de lui-même, mais équipé d’une boussole dont on ne sait si elle lui donne la direction qui fait sens afin de ne pas « perdre le Nord », ou si elle permet d’imaginer de nouvelles cosmogonies. C’est la raison pour laquelle persiste un débat quant à une condition géographique de l’habiter[14], comme le montrait si bien Norbert Elias[15].

A partir de cet étayage réflexif, il nous paraissait évident que le caractère déterminant établi par les rapports territoriaux dans les relations sociales permises par l’acte cynégétique devaient se retrouver au sein des représentations des pratiquants eux-mêmes[16]. Donc que les chasseurs, en toute logique, allaient valider l’hypothèse, qui émanait du terrain ethnographique, selon laquelle cette démarche de prédation répondait avant tout à des principes territoriaux de sociabilité[17]. C’est le contraire qui apparut néanmoins lors d’une des phases de production des données quantitatives, obligeant à interroger tant le mode de questionnement ouvert par la méthode du questionnaire que les stratégies des répondants, si ce n’est encore le sens à accorder aux mots utilisés dans cet outil, nécessairement synthétique.

Après quatre notices informatives envoyées à destination des sauvaginiers[18] de la Somme concernés par les principaux sites Natura 2000 du département, était apparu comme thème central des préoccupations celui de la maîtrise des territoires[19]. Ce n’est là aucunement l’effet du hasard puisque la politique européenne de protection de la nature, articulée autour des Directives 79-409 (dite « Oiseaux ») et 92-43 (dite « Habitats »), consiste à établir des zonages dans lesquels s’appliquent des principes de gestion qui peuvent être coercitifs pour les adeptes de la sauvagine. Or, les zones humides se placent au premier rang des espaces naturels visés parle dispositif Natura 2000, soit là où l’on trouve également de fortes concentrations de porteurs de fusils.

2.) Maîtrise du temps, maîtrise de l’espace : les paradoxes des vases communicants (cachez ce territoire que je ne saurais voir…)

Plus généraliste et lancé en 2005, le cinquième questionnaire (en annexe), qui prenait appui sur la mise en place du premier schéma départemental de gestion cynégétique, ciblait donc l’ensemble des pratiquants exerçant dans la Somme[20]. Il est divisé en six rubriques que sont le vécu cynégétique, l’habitat, l’avenir de la chasse, la pratique, les données sociologiques et l’économique. La première partie cherche à retracer le parcours cynégétique du répondant, ainsi que sa socialisation à cet exercice au travers de l’environnement familial et social, mais également les types de biotopes pratiqués et si ces derniers ont un rapport avec les espaces de l’enfance. L’habitat est quant à lui cerné via le caractère plus ou moins rural de la commune d’enfance, en comparaison avec celle occupée au moment de la passation du questionnaire. Ces communes sont encore comparées sur le plan de l’aire urbaine la plus proche, le tout en lien avec les territoires de pratique (distances de la localité de résidence), les modes de chasse exercés et le fait de se déplacer ou pas à l’extérieur du département. Dans une troisième partie ont été positionnées les questions les plus politiques d’une certaine manière : les appréhensions quant au futur et l’optimisme pour ce loisir, les autres publics de nature ressentis comme problématiques, le climat au sein des groupes fréquentés, le positionnement de la chasse sur l’échiquier politique, la tentation pour l’interruption de la pratique et ses motifs. Cette pratique est décrite précisément dans la quatrième rubrique avec la détention de chiens selon leurs spécialités, ou d’appelants[21], le caractère plus ou moins solitaire de l’exercice, le statut au regard du droit de chasse, les animaux de prédilection effectivement chassés ou souhaités dans l’idéal, le devenir des animaux « prélevés », le calendrier adopté, les actions bénévoles entreprises et leur poids horaire par saison, les rôles joués au sein du monde cynégétique et les sources d’information sur l’actualité de la chasse française. L’opinion y est également mobilisée par le degré de satisfaction quant aux tableaux réalisés, la perception des Directives susmentionnées et enfin la représentation de la chasse telle qu’elle est et telle qu’ils la rêveraient. S’en suit une avant-dernière rubrique qui porte sur les variables sociodémographiques canoniques (sexe, âge, PCS, diplôme le plus élevé, filière suivie, profession du père). Le questionnaire se termine par un questionnement relatif aux coûts d’une campagne, notamment pour l’accès aux territoires et la détention d’un véhicule spécialement dédié à la chasse. Enfin, placée en trentième position et au sein de la troisième rubrique, une question particulière recelait pour nous d’une importance cruciale quant à notre démonstration. Pour le dire en un mot, elle se centre sur le dossier qui à leurs yeux se révèle déterminant pour le contemporain.

Le choix des modalités proposées se basait sur les grands dossiers qui défrayaient la chronique cynégétique et qui continuent à le faire encore aujourd’hui. Les polémiques relatives à la chasse ont en effet pris de multiples directions, mais d’un point de vue chronologique on peut estimer que les espèces, les dates de chasse et les territoires classés ont constitué trois grandes épines qui traversent la fronde des chasseurs français depuis le courant des années 70. Raymond Pouget, le charismatique président de l’Association nationale des chasseurs du gibier d’eau (ANCGE), plus important groupement cynégétique d’Europe dont l’ancêtre trouva ses origines sur le littoral picard, donnait le ton des hostilités lorsqu’il déclarait « l’attaque sur la chasse a pris trois directions : une offensive sur les espèces (ce fut les espèces protégées) ; une offensive sur les périodes (ce fut la directive Oiseaux) ; une offensive aujourd’hui sur nos territoires (c’est NATURA 2000). Si nous lâchons sur ce point, c’en sera fini de la chasse ! »[22] On retrouve dans ce programme résumé, avec la question de la maîtrise foncière, le thème de prédilection d’une ligne de défense arc boutée sur la symbiose présumée entre territoire et chasse.

« Quel est à votre avis l’ENJEU PRIORITAIRE pour la chasse aujourd’hui : [UNE RÉPONSE]. »

graph1graphe2

Première constatation, c’est avec cette question que les non-réponses atteignent l’un de leurs plus forts taux pour une variable d’opinion. Même les interrogations sur l’appréciation des prélèvements ou du climat relationnel obtenaient de meilleures participations. C’est ainsi avec cette variable que l’on entre véritablement dans le nœud gordien de la problématique cynégétique.

Or, très loin devant les deux autres propositions, la question du temps de chasse rassemble près de deux chasseurs sur trois. En revanche, si pour les espèces le faible score obtenu n’est pas totalement une surprise du fait de la condamnation éthique de toute « viandardise », il n’en va pas de même avec les territoires. Comment expliquer alors que si peu de répondants se retrouvent sur cette modalité, alors que l’ensemble de l’enquête révèle de multiples enjeux territoriaux et surtout une fixation verbale à cet endroit. Notre interprétation personnelle reposera ici sur une dizaine d’années de recherches relatives à la chasse, appréhendée sous différents aspects. Nous soutenons en effet que si les débats nés de la Directive européenne 79-409 « Oiseaux », ont orienté les luttes vers la question des dates, il n’en reste pas moins que les espaces restent au cœur des angoisses qui font apparaître la crise de la chasse sous l’angle du syndrome obsidional. D’abord parce que le temps et l’espace ne sont que les deux faces d’une même réalité : le social cristallisé sous deux formes. Lorsque les chasseurs de gibier d’eau revendiquent des périodes de tir allant du 14 juillet au 28 février, on ne peut mieux exprimer un temps social obtenu d’un rapport de forces historiquement daté, mais considéré comme un acquis par la durée de son application. On observe un phénomène semblable localement avec une acceptation d’autant plus facile du statu quo territorial que sa longévité pourra être vérifiée. « Ça a toujours été comme ça » résume assez le mode de légitimation mis en exergue. De la même manière, les lignes de partage entre l’espace chassable et le retiré des territoires de chasse ; entre les surfaces dévolues à la société communale par rapport à ceux relevant des réservations privatives etc. ne sont également que les produits des mêmes rapports entre forces sociales. Ensuite, si de contradiction il ne peut être question, c’est parce que la relativité entre les deux éléments fait que chacun peut se transmuter en l’autre. En résumé le temps c’est de l’espace et inversement. Lorsqu’une journée de chasse est retirée, c’est autant d’espace parcouru ou occupé en moins. Or, retirer une surface au territoire de chasse, c’est potentiellement exercer moins longtemps ou accroître la pression cynégétique sur un espace restreint. Cette manière de penser le rapport entre l’espace et le temps explique la moindre difficulté des autorités en charge de la chasse quand il est question d’instaurer sur telle espère un prélèvement maximal autorisé (PMA) par chasseur pour la saison en cours, ou encore la relative facilité avec laquelle ces chasseurs acceptent les interdictions temporaires qui pèsent sur telle autre espèce. Les plus grandes résistances concernent toujours la fermeture d’un territoire ou son dérivé, à savoir l’impossibilité d’y accéder sur certaines dates. Ainsi, en amont de chaque saison de chasse au gibier d’eau rebondit le sempiternel affrontement avec le Ministère de l’environnement à propos du décalage entre l’ouverture en marais d’intérieur et celle de la côte, toujours plus précoce.

En conséquence, la massivité des réponses en faveur des dates exprime à la fois et sur le fond l’angoisse d’un territoire dont la maîtrise serait partiellement amputée sur la durée. D’autre part et sur un plan plus conjoncturel, la polémique sur la Directive « Oiseaux » a focalisé le débat sur cet aspect temporel puisqu’il y était essentiellement débattu des périodes de tir en fonction des temps de nidification des espèces. De plus, la limitation des périodes de chasse est vécue sur le terrain comme une tentative larvée de peser sur les effectifs cynégétiques en contournant la maîtrise des territoires dont les chasseurs font preuve. De là se développe le syndrome obsidional maintenant bien connu[23]. A la manière d’une citadelle assiégée, les Nemrods français se vivent comme les derniers des Mohicans », arcboutés sur ce qu’ils appellent parfois une « Ligne Maginot » à partir de laquelle plus rien ne devrait être cédé, car reviendrait à leur égard « le temps des seigneurs », dont Pierre et Marieke Aucante situaient quant à eux l’origine au moment de la grande loi de 1844, qu’ils qualifient de « temps des propriétaires »[24].

Croisement entre les enjeux et les milieux de chasse

 graphe3
La dépendance est très significative. Chi2 = 103,52. Degrés de liberté = 8, 1-p = >99,99%.

Le croisement avec le milieu physique le plus fréquenté montre une logique très nette. Les chasseurs du domaine maritime sont autant sur représentés chez ceux qui s’inquiètent des dates qu’ils sont sous représentés parmi les partisans des deux autres enjeux.

Dans les marais prédomine la même tendance, mais moins accentuée. Au contraire, les adeptes du bois donnent leur préférence aux territoires, alors que les « petits chasseurs » des sociétés communales penchent relativement plus en faveur des espèces.

Il n’y a pas à se surprendre de voir les chasseurs de gibier d’eau, principaux concernés par la Directive de 1979, accorder la primauté à la question des périodes de chasse. De la même manière, la chasse au bois relevant souvent d’adjudications, l’obtention du territoire constitue une préoccupation régulière, alors que les chevreuils dits « de printemps » compensent en partie une saison déjà relativement longue. Chez les sociétaires maintenant, dont les territoires mixent souvent plaine et quelques surfaces boisées résiduelles, les espèces protégées y sont les plus décriées par rapport à une pression cynégétique qui supporte mal la concurrence des prédateurs sur le petit gibier. Se profile ici un autre déterminant de l’opinion, généré par une logique proprement cynégétique : le mode de chasse exercé et les problématiques qui s’y rattachent. Pour autant, gardons à l’esprit qu’en arrière-plan de ces manières de pratiquer dans des configurations de propriété plus ou moins privatives s’expriment aussi des positions dans la hiérarchie sociale. On trouvera par exemple une prédominance ouvrière dans les associations villageoises de plaine et au sein des ACDPM, mais ces dernières détiennent un territoire accordé annuellement par l’Etat quand les premières doivent faire jouer la pression sociale afin d’éviter que les propriétaires fonciers ne louent le droit de chasse à des groupes extérieurs à la commune[25].

TABLEAUX DE MOYENNES

graphe4

Autre constat logique, on accorde d’autant plus d’importance aux territoires chassables que l’on pratique soi-même sur peu de territoires communaux.
A l’inverse, les locaux citent peu cet enjeu dans la mesure où ils pensent le maîtriser au moyen de cette même pression sociale.
De façon similaire, plus l’on chasse en famille et moins cette dimension territoriale semble poser problème. Un problème plus souvent exprimé par les habitants des villes, citadins d’origine qui plus est, donc sans le capital social facilitant l’accès à ces territoires, voire la propriété foncière elle-même qui fournit le droit de chasse.

graphe5
Précision de la légende : en abscisse la distance moyenne du territoire le plus proche du lieu d’habitat.

Nouvel élément probant : ce sont les locaux qui s’inquiètent le plus des dates, les territoires constituant davantage l’appréhension des plus distants, ce que confirme le croisement ci-dessous avec les communes où s’exerce la pratique par rapport à la résidence.

graphe6La dépendance est significative. Chi²> = 20,16. Degrés de liberté = 9, 1-p = 98,31%. Précision de la légende : en abscisse chasse dans la commune d’habitat, dans une commune limitrophe, dans une commune du canton, du département.

Enfin, l’enjeu territorial semble surtout intéresser les catégories socioprofessionnelles qui ont les moyens financiers de les multiplier. Pour ces catégories, la prise de distance d’avec les dates constitue également un moyen de se distinguer du profil social populaire des sauvaginiers qui ont mené le combat contre les directives européennes.

Croisement entre les enjeux et la dernière profession exercéegraphe7La dépendance est très significative. Chi2 = 216,43. Degrés de liberté = 16, 1-p = >99,99%.

 

Selon un raisonnement très proche, l’enjeu territorial grignote les problèmes de dates au fur et à mesure que l’on chasse moins en famille, donc qu’on est moins assuré de disposer d’un terrain pour exercer. Enfin, même si l’avalanche corrélative pourrait se poursuivre des pages durant, évoquer les enjeux est une autre façon de poser la question des sujets problématiques, ou si l’on préfère des conflits qui s’expriment dans la réalité quotidienne concrète. Des problèmes qui ont ici été étudiés sous l’angle des publics : « Là où vous chassez, avec quels publics la chasse rencontre-t-elle le plus de difficultés ? » Or, cette variable révèle que les dates attirent l’attention des répondants pour lesquels ce sont les opposants à la chasse qui constituent le principal problème, alors que les « enclavistes » sont très loin devant chez ceux qui se tournent vers l’enjeu territorial avec un tiers des réponses. Cette catégorie de chasseurs, également qualifiée de « rattindeux » en Picardie, adopte une stratégie décriée par les grands propriétaires de zones boisées ou par les sociétaires en plaine : la « rattente », qui consiste à se poster sur une enclave pour profiter du travail exercé par la poussée des chasses environnantes. Par enclave, il faut donc entendre une portion du territoire maîtrisée alentours par un groupement de chasseurs peu enclin à se voir subtiliser une partie de son tableau.

Ces manières différenciées d’appréhender la question territoriale a donc à voir avec d’une part les conditions de la pratique, lesquelles dépendent des espèces chassées prioritairement, du mode de chasse adopté et plus ou moins discuté, de la maîtrise territoriale dont les acteurs peuvent se prévaloir ou encore des restrictions temporelles dont font l’objet les espèces, les espaces. Mais d’autre part, et contrairement à notre apriori, les répondants à l’étude lancée n’ont pas apporté leur avis à une question abstraite, dans l’absolu d’une considération générale sur les enjeux pour la chasse, mais ils ont bien évidemment contextualisé leur opinion en la rapportant aux débats en cours, soit le plus aigu sur les dates de chasse. Mais ce faisant ils se sont aussi situés sur le « front » contemporain de leur combat, à savoir les dates de pratique. De plus, le classement d’un territoire en Natura 2000 n’amenant actuellement pas d’interdits sur le fait de chasser, mais sur la gestion de l’espace naturel, le « vampirisme territorial » dénoncé par CPNT cède la place à la question temporelle. Enfin, la maladresse de la formulation semble avoir joué un rôle dans la sous représentation de l’enjeu territorial. Le retour sur terrain a en effet mis en évidence des réticences à traiter du territoire en tant que tel. Celui-ci est en effet toujours une source de problèmes pour les adeptes de Diane, car il symbolise les conflits pour son appropriation, alors même que la mystification cynégétique apporte un idéal débarrassé de ces délimitations très politiques. On entend ainsi évoquer un rêve de « chasse devant soi » libérée de cette contrainte spatiale à déambuler en suivant la seule logique de fuite et de ruse du gibier. Ce dernier ne connaissant pas la propriété du sol, il est loisible de s’imaginer le traquer sans qu’un panneau ne vienne rappeler qu’au-delà c’est un autre Nemrod qui fait valoir son droit. Lorsque les chasseurs usent du mot territoire c’est généralement pour mettre en avant leur « bonne gestion » des espaces naturels, dont dans une optique communicationnelle. A contrario, fusil en main régnerait un espace où se retrouverait idéalement la « chasse banale » des aïeux, où l’espace fragmenté disparaitrait au profit de « la nature ». En ce sens, Sergio Dalla Bernardina n’a pas tord de rapprocher les motivations du naturaliste ou du touriste avec celle du prédateur humain[26].

Conclusion : une combinaison des approches méthodologiques

Si cette recherche avait commencé par cette enquête, selon cette méthode quantitativiste du questionnaire, avec les résultats massifs ici obtenus, de thèse il n’y avait plus qu’une vague hypothèse infirmée ! Non seulement le territoire ne serait pas représenté comme un sujet central, mais en supplément quand il l’est ce n’est pas au nom de la défense d’un Nous territorial comme des années d’investigation en bottes nous avaient amené à le penser, mais pour des motifs beaucoup plus prosaïques comme ces « rattindeux » qui, camouflés dans un bouquet d’arbres réservé, viennent profiter d’une patiente et méthodique traque à partir de leur minuscule enclave. Heureusement également pour nous, le souvenir des enseignements sur l’imposition de problématique, l’abstraction des concepts et le fétichisme des chiffres incitait à la méfiance, car il y avait ce poids des mots entendus sur le terrain, dans lesquels se reflétait sans cesse le groupe et son espace d’appropriation. Devait-on alors penser que la roue avait tourné, qu’à cette préoccupation avait succédé une nouvelle, toute temporelle venue avec le vent des migrations ? Ca aurait été sans compter sur les textes aux questions ouvertes, comme la « tribune libre » proposée en fin de questionnaire[27], ou encore les entretiens menés au travers de la région. Hors du carcan des modalités bien fermées autour du souci de l’exhaustivité, surnageait la même angoisse sourde, qui finit par angoisser le chercheur lui-même lorsqu’elle devient trop muette. Lorsqu’elle s’exprimait au contraire, il n’était que rarement question explicitement de « territoires », mais de la « nature ». D’une certaine manière, en posant clairement les termes issus de l’objectivation, à savoir le résultat du très ancien travail des géographes pour montrer dans l’espace tout le travail de territorialisation, nous participions à un désenchantement que le chasseur voulait d’autant moins voir que c’est pour cette cécité volontaire qu’il chasse. Hubert Péres, dans son étude des chasseurs landais, permet de corroborer cette grille de lecture par l’ensauvagement dont le territoire fait l’objet avec le réenchantement de la chasse[28]. Il s’agit donc de bien plus que ce que l’on nomme une imposition de problématique avec ces propositions abstraites d’un « rapport à un territoire » (variables sur les idéaux et réalités de la chasse) ou comme ici d’un enjeu territorial quand les médias, l’environnement et les édiles de la chasse n’évoquent sans cesse que le dossier dates et les espèces à protéger. La mise en forme également, destinée à fournir une statistique, ne pouvait que rebuter des chasseurs pourtant si prolixes à l’oral.

Pendant longtemps la chasse fut omniprésente dans le quotidien des campagnes françaises[29] sans jamais être explicitement l’une des scènes de l’affrontement politique. A l’inverse de l’agriculture, elle était rarement mise en avant par les courants agrariens qui marquèrent le paysage partisan français[30]. Même la sociologie rurale française tarda à faire entrer dans son champ d’analyse des objets qui semblaient éloignés de la question paysanne[31]. Ce n’est plus le cas depuis 1988, année pendant laquelle le référendum sur le statut de la Nouvelle-Calédonie est saisi par les sauvaginiers de la Somme comme l’occasion d’un ballon d’essai qui trouvera une suite avec la formation de « Chasse, Pêche et Traditions », devenant quelques mois après les Européennes de 1989 « Chasse, Pêche, Nature et Traditions ». Or, si la question politique est devenue centrale, c’est d’abord parce que la Somme fut le premier fief électoral du CPNT et qu’elle le reste grandement en ce qui concerne sa façade océane. La réintroduction du politique et de son calendrier pour interpréter cette « anomalie » statistique qui ne nous en semble pas une au final, aura détenu l’avantage de nous convaincre que la combinaison des approches méthodologique constitue un moyen privilégié d’aborder les questionnements épineux.


[1] Cf. Christophe Baticle : Les pratiques de chasse comme affirmations politiques du principe d’autochtonie. Dimensions territoriales des luttes cynégétiques. Etudes de cas de la Picardie, la Normandie et les Pyrénées. thèse de doctorat de sociologie, sous la direction de Jean Copans et de Bernard Kalaora, Amiens, Université de Picardie Jules Verne, décembre 2007, 950 pages. Jury : Michel Marié, Jean-Louis Fabiani, Dominique Darbon et Olivier Lazzarotti.

[2] Cf. Christophe Baticle : « Les violences cynégétiques : anthropocentrisme et déclassement social », in Lectures du conflit, sous la direction de Sébastien Schehr et de Myriam Klinger, Strasbourg, Néothèque, 2010, pp. 195-221.

[3] Cf. Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon, Les Ghettos du Gotha : comment la bourgeoisie défend ses espaces, Paris, Payot, 2009.

[4] Cf. Marion Ségaud : Anthropologie de l’espace : habiter, fonder, distribuer, transformer, Paris, Armand Colin, 2007, « U », série « Sociologie ».

[5] Cf. Jean-François Augoyard : Pas à pas. Essai sur le cheminement quotidien en milieu urbain, Paris, Seuil, 1979, « Espacements ».

[6] Cf. Jean-Samuel Bordreuil et Sylvia Ostrowetsky : « Le social comme sémio-genèse. Eléments de réflexion sur les rapports actuels de la sociologie et de la sémiotique », in Langage et société, n°28, juin 1984, pp. 9-36.

[7] Ce que permettait d’ailleurs l’approche via la sociologie rurale. « Dès l’origine, la sociologie rurale se présente comme un champ d’hybridation des savoirs, mobilisant des disciplines voisines, pour restituer, dans le temps long, l’unité des processus techniques, politiques, économiques et sociaux qui caractérisent la société contemporaine. Sociologie du changement et de la continuité, du proche et du lointain, elle peut éclairer des questions récurrentes dont le rural est le creuset : les formes de la production agricole, le rapport à la nature, le lien social, les collectivités locales… Elle peut aussi jouer un rôle important dans l’analyse des enjeux propres à une société globalisée, à hauts risques technologiques et sociaux, telle l’écologisation des campagnes, par exemple. » In Etudes rurales, « La sociologie rurale en questions », n°183, présentation, 2009.

[8] Cf. Regards sociologiques, n°40 : « Mobilité/autochtonie : sur la dimension spatiale des ressources sociales », 2010.

[9] Cf. La production de l’espace, Paris, Anthropos, 2000 [1974], « Librairie de l’architecture et de la ville ».

[10] Cf. Jean Copans : « L’anthropologie a-t-elle raison d’oublier ses traditions ? Où sont donc passés l’économie et le politique ? », in Social anthropology, n°14-2, 2006, pp. 261-271.

[11] Voire ultra normatif comme dans le cas des systèmes disciplinaires étudiés par Michel Foucault : Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.

[12] Cf. Jean-Claude Chamboredon et Madeleine Lemaire : « Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement », in Revue française de sociologie, volume XI, n°1, janvier-mars 1970, pp. 3-33. Dans ce mémorable article maintenant ancien, les auteurs fournissent avec vingt ans d’avance les clés de cette impasse qui verra en France le politique responsabiliser les espaces de banlieues comme sources de désocialisation.

[13] Cf. Michel Lussault : L’homme spatial. La construction sociale de l’espace humain, Paris, Seuil, 2007.

[14] Cf. Olivier Lazzarotti : Habiter, la condition géographique, Paris : Belin, 2006, « Mappemonde ».

[15] Cf. « Remarques sur le commérage », introduit par Francine Muel-Dreyfus, in Actes de la recherche en sciences sociales, n°60, novembre 1985, pp. 23-29.

[16] Sur un autre terrain et bien antérieurement, Charles-Henry Pradelles de Latour notait pour les Cévennes : « Les différences de classe s’exprimaient à travers les croyances religieuses. Mais aujourd’hui, alors que s’éteint la ferveur religieuse et que s’estompent les modes de vie passés, l’identité culturelle exige d’autres supports. La chasse est le premier d’entre eux. Elle est réservée aux seuls cévenols ; elle implique la connaissance des lieux, l’appropriation de l’espace et la maîtrise de la vie sauvage. « La chasse, m’a dit un Valleraugois, c’est la dernière chose qu’il nous reste. » » Cf. « La passion de la chasse dans une commune cévenole », in Etudes rurales, numéro spécial 87-88 : « La chasse et la cueillette aujourd’hui », juillet-décembre 1982, pp. 325-334.

[17] Et qui se retrouve également chez des auteurs comme Bertrand Hell. Cf. Entre chien et loup. Faits et dits de chasse dans la France de l’Est, Paris, 1985, « Ethnologie de la France ». Voir également Dominique Darbon : La crise de la chasse en France. La fin d’un monde, Paris, L’Harmattan, 1997, « Conjonctures politiques ».

[18] Soit les chasseurs de gibier d’eau, la « sauvagine », dont notamment les anatidés.

[19] Près de 700 répondants au total. Cf. Chasse et environnement : implications réciproques ? Étude cynégétique du site « Natura 2000 » tome 1 : « Estuaires et littoral picards » (PIC.01), 2003, 520 pages. Tome 2 : « Marais Arrière littoraux picards » (PIC.02), 2004, 690 pages. Amiens : FDC.80 et Université de Picardie Jules Verne (CEFRESS), avec la participation de la DIREN et du Conseil Régional de Picardie.

[20] Cf. Christophe Baticle : Les chasseurs de la Somme : portrait social. Enquête sociologique en vue du Schéma de Gestion Cynégétique, Amiens, Université de Picardie Jules Verne (CEFRESS), 2005, 180 pages.

[21] Animaux élevés dans l’objectif d’attirer leur congénères sauvages, généralement pigeons, canards ou oies.

[22] Propos recueilli lors de l’assemblée générale de l’ACDPM de la baie d’Authie Sud, le 2 mars 2002. Ces Associations de Chasseurs du Domaine Public Maritime étant connues pour accueillir un public populaire et comptant parmi les plus viscéralement attachés à la défense des chasses dites « traditionnelles ».

[23] Cf. Christophe Baticle : « La nature très sociale de l’environnement chez les chasseurs. Mode de vie et affirmations politiques du principe d’autochtonie », in Consommer autrement. La réforme écologique des modes de vie, sous la direction de Michelle Dobré et de Salvador Juan, Paris, L’Harmattan, 2009, « Sociologies et environnement », pp. 199-216. Ou encore « L’espace socialisant de la mémoire familiale ou que chassent les chasseurs ? », in Représentations et productions de l’espace dans les sociétés contemporaines, coordonné par Dominique Cochart-Coste et Abel Kouvouama, Paris, L’Harmattan, 2009, pp. 147-201.

[24] Cf. l’excellente étude contenue dans Le livre du braconnier, Paris, Albin Michel, 2004 [1989].

[25] « Les sociétés de chasse sont, en tant qu’élément du dispositif associatif local, le lieu d’affrontement de stratégies hégémoniques », affirment ainsi Robert Bages et Jean-Yves Nevers. Cf. « L’organisation locale de la chasse. Autodéfense collective et régulation des conflits », in Etudes rurales, numéro spécial 87-88, op. cit., pp. 209-221, ici p. 218. Mais souvent « la pression collective diffuse qui s’exerce dans le cadre de la sociabilité villageoise » fait que ces conflits restent en coulisses.

[26] Cf. L’utopie de la nature. Chasseurs, écologistes et touristes, Paris, Imago, 1996.

[27] Utilisée par 1 838 répondants, soit plus d’un tiers de l’échantillon, l’audience de cette question vérifie la forte volonté d’expression du public.

[28] Cf. « Entre désenchantement et réenchantement : chasser en Chalosse », in Études rurales : « Mort et mise à mort des animaux », n°147-148, janvier-décembre 1998, pp. 99-113. Dans cette filiation, citons plusieurs travaux comme celui de Ludovic Ginelli et de Sophie Le Floch : « Chassés-croisés dans l’espace montagnard. Chasse et renouvellement des liens à l’environnement en Hautes-Pyrénées », in Terrain, n°47, septembre 2006, « Odeurs », pp. 123-140 ; publication en partie inspirée d’une recherche de Ludovic Ginelli : Des « chasses de plumes«  aux « chasses de tous poils«  : représentations sociales des chasses dans les Pyrénées. Le cas de Villelongue (Hautes-Pyrénées), mémoire de Master recherche, mention sociologie, sous la direction de Didier Lapeyronnie, Bordeaux II et Cemagref, septembre 2004.

[29] Cf. le numéro spécial d’Etudes rurales 87-88, « La chasse et la cueillette aujourd’hui », juillet-décembre 1982, op. cit..

[30] Cf. Michel Robert : Sociologie rurale, Paris, PUF, 1986, « Que sais-je ? » n°2297. Voir en particulier « Les agrariens », chapitre III, pages 83 à 85.

[31] Cf. « La sociologie rurale en questions », Etudes rurales, n°183, 2009.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *