Les travailleurs saisonniers, ces impensés des territoires de montagne ( ?)

Auteur : Lise Piquerey, doctorante, Laboratoire EDYTEM UMR 5204 – Université de Savoie.

Cette communication, proposée dans le cadre de la première Université d’hiver du Labex ITEM, souhaite questionner la « place » accordée aux travailleurs saisonniers, en partie des habitants non permanents, au sein des stations de sports d’hiver haut de gamme en Savoie et en Haute-Savoie. Les stations de sports d’hiver haut de gamme peuvent se définir comme des stations touristiques qui tirent leurs particularisme des infrastructures marchandes (hôtels cinq étoiles, Palaces, restaurants prim02és dans le Guide Michelin), des biens et des services (conciergerie, wellness, terrains de golf) qu’elles proposent à destination des catégories socio-économiques supérieures. Sans vouloir proposer une typologie de ce type de lieux touristiques, il semble qu’au vu du développement de ces dernières, deux types de stations haut de gamme apparaissent. Tout d’abord, des stations dont la mise en tourisme s’est faite à partir de l’initiative de l’aristocratie européenne, comme dans le cas de Megève, où la mise en tourisme par la création d’infrastructures hôtelières puis par le développement des infrastructures permettant la pratique des sports d’hiver se sont fait sous l’impulsion de la Baronne Noémie de Rothschild. Le second type de stations de sports d’hiver haut de gamme identifié regroupe des stations touristiques dans lesquelles est apparue une spécialisation des équipements liés à l’activité touristique, à destination des clientèles les plus aisées. Cette spécialisation traduit un placement touristique des stations dans le secteur haut de gamme. Bien que Courchevel, station créée à partir de 1946 par le Conseil Général de la Savoie, devenue station de sports d’hiver haut de gamme internationale exclusive et sélective par les infrastructures marchandes qu’elle propose, soit l’archétype de cette spécialisation d’une station de sports d’hiver haut de gamme, d’autres stations semblent suivre une dynamique similaire de montée en gamme, comme par exemple Val d’Isère, puis plus récemment Val Thorens. Que cela soit pour le cas de Megève, Courchevel, Val d’Isère ou Val Thorens, l’ensemble de ces stations a la caractéristique d’être des lieux internationaux, tant par leur clientèle, leurs équipements et services marchandes ou non, que leur positionnement marketing par rapport aux autres stations touristiques.

Ces lieux marqués par la sélection de la clientèle et l’exclusivité des infrastructures touristiques, dont le premier vecteur est le capital économique, sont également les lieux de vie d’autres types de population. Dans cette communication, nous nous sommes intéressés plus particulièrement aux travailleurs saisonniers qui sont issus d’une migration économique saisonnière, impulsée également dans certains cas par la volonté des travailleurs migrants de profiter des aménités de site et des équipements de loisirs qui se localisent dans ces espaces touristiques.

Pratiquant de manière ponctuelle les stations de sports d’hiver haut de gamme, quelle est la place accordée à ces habitants temporaires que sont les travailleurs saisonniers, au sein des stations étudiées ? En tant que géographe, nous proposons d’aborder cette question à travers le logement. Les lieux dans lesquels se trouvent les logements pour travailleurs saisonniers et l’offre de ce type de biens immobiliers peuvent-ils être des marqueurs de la volonté des acteurs institutionnels et professionnels d’une volonté de mettre à distance ce type de population ?

Selon le code du travail, un travailleur saisonnier est une personne occupant un emploi à durée déterminée (entre un et neuf mois) dans un établissement dont la durée d’ouverture ne dépasse pas neuf mois par an. Le code du travail ne fait pas état de prescription sur la qualité de logement, la seule obligation que doit respecter l’employeur, est que s’il propose de mettre à disposition de l’employé un logement, la surface du bien ne doit pas être inférieure à 9 m². Au niveau législatif, la place des travailleurs saisonniers au sein des stations de sports d’hiver semble également être tout aussi faiblement prise en compte. Si la loi Montagne marque les prémisses d’une prise en compte en 1985 avec le rapport préliminaire de L. Besson (1983) pour qui cette loi viserait à « l’amélioration des conditions de vie et de travail des montagnards ». La préoccupation principale semble être la légalisation et la reconnaissance de la pluriactivité des travailleurs-habitants des stations de sports d’hiver. La seule référence aux travailleurs saisonniers se fait par la proposition de construire des habitations à loyers modérés ou des foyers-logements pour répondre aux besoins de l’accueil de la « main-d’œuvre », cette recommandation sera concrétisée par une recommandation de même type présente dans le règlement de la procédure d’aménagement des Unités Touristiques Nouvelles (UTN). Vingt ans après la loi Montagne, c’est la loi sur le développement des territoires ruraux de 2005 qui transfère la question de l’hébergement saisonnier du statut de recommandation au statut d’obligation en établissant que « tout projet de résidence de tourisme situé en commune classée ou touristique doit s’accompagner d’un volet logement saisonniers (15 % de la capacité globale ou a minima à leur propre personnel) » (Article 20). Dans cette vision, le code du tourisme de 2006 établit que les prestataires touristiques doivent réaliser des « actions ou des travaux d’équipement et d’entretien relatifs notamment à l’amélioration des conditions […] d’hébergement » (Article 14).

A travers un travail de terrain, nous avons cherché à comprendre comment ce cadre législatif s’applique concrètement dans les conditions d’hébergement des travailleurs saisonniers au sein des stations de sports d’hiver haut de gamme qui constituent notre échantillon d’étude. Au sein de celles-ci, nous nous sommes attardés sur deux échelons décisionnels :

Photographie1
Les Lugeurs, foyers logements, Courchevel 1850. L. Piquerey, 2014
  • Dans un premier temps, les départements et les services décentralisés de ces derniers que sont les Centres Communaux d’Action Sociale (CCAS), en charge de la politique sociale des villes, instaurés par le code de la famille et de l’aide sociale. Ces deux acteurs institutionnels agissent tout d’abord sur la construction des foyers logements au sein même des stations de sports d’hiver de l’échantillon. Ces logements, loués à l’année par les employeurs, sont ensuite mis à disposition des employés saisonniers. Ils se localisent principalement dans les franges urbaines des stations de sports d’hiver. Ils se présentent sous la forme de logements collectifs, à l’architecture fonctionnelle (photographie 1). Les CCAS et les services sociaux départementaux proposent des services de conseils, d’aide au logement et d’animation en direction des travailleurs saisonniers. La mission principale des CCAS est d’être un relais entre les travailleurs saisonniers, leur quotidien en station et les employeurs. Les conseils communaux imposent également la prise en compte des conditions de vie des travailleurs saisonniers dans les nouvelles constructions à travers des chartes signées avec les promoteurs et les gestionnaires des équipements qui imposent de construire parallèlement à l’hébergement touristique des logements pour accueillir les travailleurs.
  • Les employeurs ont également conscience de l’importance des conditions de vie et de logement du personnel saisonnier dans l’exécution des tâches qui leur sont demandées. Cette prise de conscience des employeurs français apparaît tardivement par rapport au développement des maisons de saisonniers dans les stations de sports d’hiver haut de gamme en France et en Suisse. Certains élus des stations de l’échantillon qui ont été rencontrés considèrent cette dynamique nécessaire et relevant de la responsabilité des employeurs. Les infrastructures touristiques devant répondre à un fort besoin de main d’œuvre saisonnière proposent à leurs employés des logements dans ce que nous appelons des « maisons de saisonniers » (traduction française des Mitarbeiterhaus présentes en Suisse et en Autriche). Les maisons de saisonniers prennent les traits de chalets de montagne, ou d’anciennes fermes, comprenant des chambres louées aux employés (photographie 2 et 3).
Photographie3
Maison de saisonniers. La maison est en face de l’hôtel 5 étoiles où les occupants travaillent, Megève. L. Piquerey, 2014.
Photographie2
Vue sur une des chambres des employés. L. Piquerey, 2014.

Les logements saisonniers précédemment présentés sont localisés soit dans les marges non touristifiées des stations de sports d’hiver haut de gamme, soit à proximité immédiate des infrastructures touristiques qui en sont propriétaires, sont représentatifs d’une relégation spatiale, marqueur de la relégation sociale subie par les travailleurs qui occupent des postes peu valorisés au sein du système touristique. Les observations de terrain faites au sein des stations de l’échantillon mettent en avant une localisation quasi-systématique des lieux de vie des saisonniers dans des lieux au capital touristique faible, peu mis en valeur par l’activité touristique. Les travailleurs saisonniers des stations de sports d’hiver haut de gamme font l’objet d’une invisibilité socio-spatiale au sein de l’aménagement des stations de sports d’hiver à travers une relégation de leur place hors des espaces consacrés par le tourisme.

Cependant, il semble que malgré la situation de relégation spatiale précédemment évoquée, il y a la présence d’une dynamique d’intégration des travailleurs saisonniers de la part des acteurs institutionnels (CCAS, Assistantes sociale du département, Associations) et des professionnels qui apparaît à travers la production d’animations et d’infrastructures d’accueils des travailleurs saisonniers qui les aident dans leurs démarches administratives, les informent sur les offres de formation et sur l’offre d’emploi. Ces espaces d’accueils sont pensés comme des « relais sociaux » permettant d’aider les saisonniers dans les démarches administratives et professionnelles qu’ils souhaitent entreprendre.

Pour aller plus loin sur cette question :

Clivaz C., Mager C., Storelli S., 2007, Quelles solutions pour le logement des employés saisonniers dans les stations touristiques ?, Rapport du projet VALOSTA, 24 p.

Di Méo G. & Buléon P., 2005, L’espace social. Lecture géographique des sociétés, Armand Colin, coll. « U », 303 p.

Guerraz S., 2009, Le logement des saisonniers dans les stations de sports d’hiver de Savoie, Mission Développement Prospective, 26 p.

Honneth A., 2004, « Visibilité et invisibilité : sur l’épistémologie de la reconnaissance », Revue du Mauss, n°123, p. 137-151.

Le Pors A., 1999, Propositions pour l’amélioration de la situation sociale et professionnelle des travailleurs saisonniers du tourisme, 109 p.

Uriely N., 2001, « Travelling workers and working tourists: variations accross the interaction between work and tourism », International journal of tourism research, n°3, p. 1-8.

Wilson J. (dir.), 2012, The Routledge Handbook of Tourism Geographies, Routledge, 324 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *