La Ligne des Alpes dans le paysage du Trièves, avec le Mont Aiguille en arrière-plan (photo : G. Trotta-Brambilla)

RETOUR D’EXPÉRIENCE SUR LE WORKSHOP DE FORMATION ET RECHERCHE « LE TERRITOIRE DE LA LIGNE DES ALPES : ACTEURS, MOBILITÉS, PROJETS »

par Karine Basset et Gabriella Trotta-Brambilla (responsables pédagogiques)

 Formations concernées :

  • Master Ingénierie du Développement Territorial (Institut de Géographie Alpine)
  • Master Urbanisme et Projet Urbain (Institut d’Urbanisme de Grenoble) 
  • Master Architecture Environnement et Cultures Constructives (École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble)

Enseignants-chercheurs ayant participé à l’organisation et à la formation :

Karine Basset (Institut d’Urbanisme de Grenoble, LARHRA), Jean-Claude Bouvier (Aix-Marseille Université), Anne Coste (École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, Labex AE&CC), Dominique Dalga (Institut d’Urbanisme de Grenoble), Nicolas Dubus (École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, Labex AE&CC), Samuel Martin (Institut d’Urbanisme de Grenoble, PACTE), Kamila Tabaka (Institut d’Urbanisme de Grenoble, PACTE), Gabriella Trotta-Brambilla (Institut d’Urbanisme de Grenoble + École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, PACTE + Labex AE&CC)

Principaux partenaires :

Association pour la promotion de la ligne Grenoble-Veynes (AGV), Mairie de Lus-la-Croix-Haute, Communauté de communes du Diois, Écomusée du Cheminot Veynois, Ville de Grenoble, PNR du Vercors 

Dans le cadre de l’appel à projets pédagogiques du Labex Item 2015-2016, nous avons proposé un workshop interdisciplinaire s’adressant à différents masters de l’Université Grenoble-Alpes. Dans la continuité des études qui ont récemment mis en avant l’idée de la montagne comme laboratoire pour la science et pour la société[i], ainsi que comme lieu de l’innovation (Labex Item) et comme cadre et référent de l’action collective[ii], ce module vise à mettre les étudiants en capacité d’analyser les territoires de montagne de plusieurs points de vue et de synthétiser des visions prospectives à partir de leurs différentes approches disciplinaires.

Le territoire étudié est celui de la ligne ferroviaire régionale Grenoble-Veynes-Gap, entendue comme infrastructure potentiellement capable non seulement de desservir des territoires faisant partie d’un ensemble métropolitain, mais aussi de générer des territorialités réticulaires[iii], ainsi qu’une identité fédératrice et des projets territoriaux partagés.

L’approche pédagogique par le projet territorial, croisant les méthodes de la prospective[iv], du projet spatialisé[v] et de l’enquête, est le fondement de ce workshop, conçu comme un atelier in-situ de cinq jours à Lus-La-Croix-Haute (11-15 janvier 2016), avec une prolongation de deux jours à la Cité des Territoires. Pendant la résidence, des rencontres avec des élus locaux, des acteurs associatifs et des habitants du territoire ont été organisées, afin de permettre le développement de propositions de projet prenant en compte les connaissances et les souhaits collectés sur le terrain. Les travaux des étudiants viennent enrichir une réflexion plus large, inscrite dans les thématiques traitées par deux projets de recherche du Labex Item[vi], et participent à la construction d’outils d’aide à la décision pour les acteurs locaux.

Contextualisation du projet, problématique et postures

Le tronçon ferroviaire Grenoble-Veynes-Gap, ouvert en 1878, est une infrastructure faisant partie de la Ligne des Alpes, qui relie Grenoble à Marseille. En tant que voie ferrée régionale nécessitant d’importants travaux de modernisation et traversant des territoires ruraux peu peuplés, la ligne est, comme bien d’autres en Europe, menacée de fermeture à l’horizon 2023. Malgré son inscription dans les actions du Contrat de Projets État/Région 2014-2020, les usagers du train craignent la dévitalisation continue des territoires traversés et revendiquent plutôt des améliorations importantes du service et de l’infrastructure. La difficulté des collectivités territoriales de faire face aux raisons des acteurs ferroviaires a partiellement été compensée par l’activité d’associations, comme celle pour la promotion de la ligne Grenoble-Veynes (AGV) créée en 1978, ou le plus récent Collectif des usagers de la ligne, toutes deux à l’origine de nombreuses initiatives visant à faire connaître et défendre la ligne Grenoble-Gap via un important travail de médiatisation[viii]. Cet activisme associatif, ainsi que l’engagement de certains élus, a eu des effets assez surprenants, comme le maintien de la gare de Lus et de son personnel en 2015, alors que sa fermeture été prévue en 2014.

Départ du Veyn'art (Train Touristique, Artistique et Historique) depuis la gare de Lus-la-Croix-Haute durant le Traintamarre de juillet 2015 (photo : G. Trotta-Brambilla)
Départ du Veyn’art (Train Touristique, Artistique et Historique) depuis la gare de Lus-la-Croix-Haute durant le Traintamarre de juillet 2015 (photo : G. Trotta-Brambilla)

Récemment, ces acteurs se sont également tournés vers le monde de la recherche pour donner un nouvel élan et une nouvelle dimension à la mobilisation, l’objectif étant pour eux de sortir d’une posture uniquement défensive et réactive[ix]. Pour cela, il s’agirait de passer de la formulation du problème par la négative (une ligne « vétuste » et « dépassée) sur la base de la seule rationalité technique et économique, à une argumentation plus globale et prospective, replaçant la question de la mobilité ferroviaire dans une lecture du système territorial. Nous avons ainsi proposé à ces deux associations de construire ensemble un argumentaire d’opposition à la fermeture de la ligne en imaginant un nouveau rôle pour cette infrastructure, qui pourrait devenir l’épine dorsale, l’élément structurant d’un projet de territoire partagé. Le workshop pédagogique constituerait la phase exploratoire de cette démarche de co-construction d’un argumentaire qualitatif.  De ce fait, les enseignants-chercheurs impliqués dans la formation assumeraient un positionnement non neutre, bien que critique, visant à prendre en compte, plutôt que la rentabilité du transport, l’intérêt et l’implication concrète des différents acteurs en faveur de l’exploitation du potentiel de la ligne.

Hypothèses du travail pédagogique

En relation avec la problématique précédemment exposée, le système ferroviaire, dont l’intérêt au regard des enjeux de durabilité et de sécurité des usagers est reconnu, n’est pas appréhendé dans ce workshop  seulement comme infrastructure de transport, mais aussi et surtout comme potentiel générateur de territorialités réticulaires. Nous avons ainsi préalablement formulé un certain nombre d’hypothèses, que nous avons soumis aux étudiants comme pistes de travail :

  • la ligne Grenoble-Veynes-Gap pourrait-elle être entendue comme un dispositif d’interconnexion des territoires récemment devenus « métropolitains » et participer à la constitution d’un système ferroviaire métropolitain (à l’instar des Passanti italiens et des S-bahn allemandes) ? Quelles sont les évolutions possibles/nécessaires pour que ce dispositif réponde mieux aux besoins des acteurs locaux, notamment concernant l’organisation du territoire et la gouvernance de la métropole ?
  • la ligne, autrefois maillon essentiel de l’irrigation ferroviaire du territoire national (voire international), peut-elle être repensée comme support renouvelé d’un nouveau type de tourisme, plus durable ?
  • les périmètres administratifs correspondent-ils au fonctionnement réel du territoire et aux modes de vie de ses habitants ? Le découpage territorial actuel est-il adapté ?
  • l’attachement au train comme élément constitutif du territoire correspond-il à une forte utilisation de la ligne ? Ou bien l’enjeu de la sauvegarde de la ligne ferroviaire aurait-il accru chez les habitants le sens d’appartenance à un territoire qui ne se définirait qu’en relation avec cette infrastructure ? Si oui, quelle image symbolique du territoire la ligne véhicule-t-elle ?

Objectifs pédagogiques et méthodologie

Par le biais de ces premières questions, le travail proposé durant le workshop poursuit trois objectifs pédagogiques principaux :

  1. Analyser une demande provenant de la société civile et en comprendre les enjeux territoriaux : à la différence d’ateliers plus « classiques », dans lesquels les étudiants répondent à une question formulée de manière assez technique par une collectivité territoriale, ici il s’agit tout d’abord de contribuer à la construction d’une ou plusieurs problématiques à partir de souhaits empiriquement exprimés par des acteurs qui ne sont pas (ou pas seulement) les représentants institutionnels des territoires étudiés ;
  2. Analyser les territoires de montagne de plusieurs points de vue, tant dans leur dimension spatiale que sociale et en prenant en compte la variable de la temporalité (à la fois le passé et le futur de la ligne) ;
  3. Travailler en équipes pluridisciplinaires pour synthétiser des visions prospectives à partir du croisement de différentes approches (observation sensible, depuis le train et depuis la route, ainsi qu’en se promenant dans le territoire de Lus-la-Croix-Haute ; entretiens avec des personnes-ressource ; recherche de données statistiques ; étude de la morphologie du territoire et de l’urbanisation ; analyse des documents de planification et des outils de protection de l’environnement ; etc.).

Le workshop mise donc non seulement sur la construction d’un premier diagnostic territorial, mais aussi sur l’élaboration d’un projet pour le futur de la ligne ferroviaire et des territoires traversés. La méthodologie mise en place cherche ainsi à répondre tout d’abord à la préoccupation principale des acteurs locaux, c’est-à-dire le destin à moyen et long terme de la ligne Grenoble-Veynes-Gap et surtout à suggérer des pistes d’action envisageables pour accompagner le développement à la fois de l’infrastructure et du territoire. L’activité de projet est ici entendue aussi comme démarche exploratoire capable de fédérer des connaissances et des pratiques souvent vue comme alternatives, et en particulier :

  • la recherche et la formation, avec un double objectif : d’une part, de conforter la formation des étudiants au travail de terrain et de recherche ; d’autre part, d’utiliser le travail commun pour aller au-delà des formes d’expertise apportées habituellement par les académiques aux collectivités territoriales, relevant le plus souvent de l’analyse et du diagnostic ;
  • les connaissances et les pratiques des acteurs territoriaux et celles de chercheurs, qui sont analysées mais aussi mises à l’épreuve par l’élaboration de scénarios visant à formuler des hypothèses sur le futur de la ligne ferroviaire et du territoire traversé ;
  • des méthodes afférentes à disciplines diverses et, en particulier, la prospective « à la française » (DATAR), le projet spatial à différentes échelles (plus typique des Écoles d’Architecture et de Paysage) et l’enquête ethnographique et sociologique.

La construction collaborative (étudiants, enseignants-chercheurs, acteurs locaux) du projet vise principalement à faire émerger et à mettre en relation les attentes et les atouts territoriaux, tout en identifiant les risques qui découleraient du manque de choix politiques, de projets et d’actions ciblées à l’égard d’une organisation plus systémique et territorialisée de la mobilité.

Le recensement des ressources territoriales associées à la mobilité ferroviaire et des relations impliquées à différentes échelles, ainsi que la constitution d’un diagnostic du territoire traversé par la ligne et des propositions de projet, sont guidés par des entrées thématiques:

  • Mobilités: multi et inter-modalité, mobilités alternatives, mobilités quotidiennes et touristiques, types d’organisation, formes de contractualisation (contrats d’axe), etc. ;
  • Patrimoine et paysage : patrimoine ferroviaire et territorial, paysage de et depuis la ligne ferroviaire, histoire(s), identité(s), culture(s) et leur valorisation touristique, etc. ;
  • Activités économiques : économie des transports, résidentielle, présentielle, loisirs, associations, projets de nouvelles activités, etc. ;
  • Urbanité(s) : habitat et nouveaux modes d’habiter, formes urbaines, espace public, typologies du bâti, etc. ;
  • Ruralité(s) : politiques agroalimentaires, forestières, filière bois, énergie, associations, sociologie de la ruralité contemporaine, etc.

La collecte des données, les analyses et les scénarios élaborés interrogent plusieurs échelles, du national au communal, Lus-La-Croix-Haute ayant été choisie comme terrain d’approfondissement du fait de sa localisation stratégique à l’échelle du territoire traversé par la ligne et de sa valeur symbolique dans la mobilisation, qui fut  impulsée depuis la « périphérie » du territoire métropolitain.

Les projets se fondent tant sur les connaissances cumulées dans la phase d’analyse (tenant compte, en particulier, de la fragilité du milieu alpin traversé, de l’histoire et de l’identité des territoires et des populations concernés, ainsi que de la valeur patrimoniale de la ligne) que sur les bonnes pratiques observées dans différentes régions européennes concernant le système ferroviaire et son intégration dans le territoire.

Déroulement du workshop

L’atelier pédagogique s’est déroulé en semaine intensive, du 11 au 15 janvier à Lus-La-Croix Haute, un hébergement et des salles de travail étant mis à notre disposition par le Centre de vacances Saint Augustin.

Le travail en groupes interdisciplinaires a été ponctué par des événements co-organisés par les enseignants,  les  partenaires mobilisés – notamment l’AGV, qui a eu un rôle-clé dans la mise en relation des uns et des autres – et les étudiants eux-mêmes. Ces derniers ont ajouté à cet agenda déjà dense un certain nombre d’initiatives au fil de l’avancement de leurs analyses. La part d’imprévisibilité, tant sur le plan de l’organisation du travail que sur les résultats de l’expérience, est à souligner dans ce type d’atelier. Celui-ci repose en effet sur le principe d’une pédagogie active, qui stimule la réflexivité des étudiants devenus « acteurs de leur formation[x] » et permet de faire émerger des pistes de réflexion inédites.

De manière générale, le déroulement du workshop peut-être présenté autour de quelques temps forts, eux-mêmes articulés autour d’objectifs spécifiques.

  1. Faciliter la découverte du terrain et nourrir le diagnostic

L’immersion des étudiants s’est faite sans préparation préalable, afin de favoriser l’observation sur place, sans a priori. Pour compléter cette première approche de terrain, des personnes-ressources ont été préalablement identifiées parmi les acteurs économiques, associatifs et politiques, dont une dizaine ont ensuite été sollicitées par les étudiants pour des entretiens de visu ou téléphoniques. Ces entretiens visaient également à faire émerger des connaissances et des savoirs territoriaux ou des savoirs techniques et historiques relatifs à la ligne ferroviaire, dans la perspective de construire un diagnostic partagé.

  1. Porter à la connaissance des étudiants les intérêts des acteurs territoriaux relatifs à la ligne

Ce fut notamment l’objectif d’une réunion d’accueil du workshop organisée par l’AGV, où élus et techniciens territoriaux sont venus échanger autour de la problématique du transport ferroviaire régional comme levier de développement territorial soutenable.

  1. Favoriser la participation locale à la démarche de l’atelier

De ce point de vue, il faut souligner que l’initiative est venue principalement des étudiants et des habitants et/ou acteurs territoriaux. Cet aspect constitue probablement le point de réussite du workshop, puisqu’il est venu confirmer à la fois la pertinence de la démarche pédagogique et la pertinence sociale du thème proposé. Parmi les temps forts :

  • un atelier participatif (prévu en amont mais entièrement pensé et animé par les étudiants) a été organisé en soirée à Lus-La-Croix Haute, avec projection d’un film documentaire sur la ligne[xi], et a permis de faire émerger les représentations concernant le train et l’identité des territoires traversés ;
  • des interventions pédagogiques animées par les étudiants à l’école primaire de Lus, avec le même objectif ;
  • un atelier d’écriture proposé aux étudiants volontaires par une habitante.
  1. Faciliter la prise de conscience des jeux d’échelles, spatiales et temporelles, autour de la Ligne des Alpes
  • l’atelier se fait aussi dans le train, par des temps d’observation et d’entretiens « embarqués » (de Grenoble à Lus, de Lus à Veynes) ;
  • éviter de constituer Lus-la-Croix Haute en « centralité » : une journée de déplacement à Veynes avec un groupe d’étudiants constitué transversalement aux groupes thématiques ;
  • prendre conscience de la valeur patrimoniale de la Ligne des Alpes et de l’histoire sociale qui lui est associée : visite de l’Écomusée des Cheminots Veynois commentée par un ancien cheminot et par un agent actuel (conducteur de train sur la ligne) et travail sur les archives mises à disposition.
Atelier participatif à Lus-la-Croix-Haute
Atelier participatif à Lus-la-Croix-Haute

Production du workshop et premiers résultats

Une production à capitaliser

Le workshop ne représente qu’une première étape d’un travail de plus longue haleine. À ce jour nous disposons d’une matière brute qu’il est nécessaire de capitaliser :

  • un dossier comprenant les travaux des étudiants, les témoignages des acteurs, les contributions des chercheurs, les enquêtes réalisées, les articles de presse, etc. Ce dossier constitue un premier outil d’aide à la réflexion/décision pour les acteurs impliqués ;
  • une frise chronologique, élaborée par les étudiants sur le modèle méthodologique proposé dans le cadre du Labex Item[xii]. Cette frise constitue à la fois un outil permettant de synthétiser les différentes thématiques analysées, un instrument potentiel pour une recherche à la fois rétrospective et prospective et un outil de valorisation du travail de recherche-action.
  • les archives sonores/vidéo.

Cette matière représente un premier état des lieux du terrain et de la question étudiés. Elle offre des pistes utiles pour poursuivre la recherche-action en cours et constituer des outils d’aide à la décision pour les partenaires du projet.

De manière générale, de nouvelles ruralités montagnardes semblent apparaître dans ces premiers matériaux d’analyse, des ruralités qui se sont adaptées aux modèles économiques et aux modes de vie contemporains et qui vivent notamment grâce à la possibilité d’être « connectés au monde » par le biais des réseaux matériels et immatériels. En particulier pour ce qui est de la question de la mobilité, les habitants de ces territoires, bien que très dépendants par nécessité de la voiture, sont pour nombre d’entre eux promoteurs de pratiques durables, informelles et même conviviales, basées plus sur la solidarité que sur l’organisation institutionnelle. Un attachement particulier au train émerge, bien qu’en contraste avec son utilisation effective, qui met en évidence tant les aspects pragmatiques (plus confortable, de plusieurs points de vue, du car et de la voiture ; « un salon qui roule[xiii] ») que les valeurs symboliques et « singularisantes » : pouvoir se déplacer « de Lus-la-Croix-Haute à New York en transports en commun[xiv] » est motif de fierté, tout comme le sont les ouvrages d’art de la ligne, la culture cheminote…

Dans une telle démarche, les temps de restitutions hors université sont fortement attendus par les partenaires et sont parties intégrantes du travail. Aussi, outre une première présentation des travaux à l’Institut d’Urbanisme (le 17 février 2016), deux temps de restitution adaptés à un public plus large sont prévus durant l’été à Gap (juin 2016) et à Lus-La-Croix-Haute (Traintamarre, juillet 2016).

Forces et limites de la méthode

Notre démarche expérimentale est caractérisée, nous l’avons dit, inévitablement, par l’incertitude : d’une part, sa réussite repose largement sur l’investissement des participants et, d’autre part, le dépassement du simple « diagnostic » par la construction de « projets » prend parti sur un possible futur du territoire, ce qui  constitue une prise de risque en soi. Cette incertitude peut représenter à la fois une faiblesse (impossibilité de maîtriser complètement le processus) et une force (synergies inédites et résultats originaux, exploitables pour la suite de la recherche-action). En ce sens, notre démarche de recherche-action se distingue d’une expertise réalisée par des universitaires. La marge de manœuvre relativement importante laissée aux étudiants a généré des écarts entre ce que nous attendions et ce qui a effectivement émergé. Pour ne donner qu’un exemple, si l’une des hypothèses de travail était de tester le rôle de la ligne dans la construction de la métropole grenobloise, nous avions prévus plus d’analyses des potentialités du système ferroviaire local (desserte des trois branches de l’Y, orientations du SCoT, etc.) en relation avec la nouvelle gouvernance métropolitaine (d’autant plus que Grenoble-Alpes Métropole s’est déclarée intéressée par la démarche) et, plus largement, avec la reforme territoriale, qui donne plus de pouvoir aux Régions en matière de transports. En revanche, une analyse assez fine des représentations et des attentes des habitants (essentiellement de Lus-la-Croix-Haute) a été réalisée, et cela grâce surtout aux possibilités données par la formule du travail de terrain en « immersion ».

Globalement, la prise d’initiative des étudiants et des habitants dans la construction « extemporanée » de la démarche participative, ainsi que la réappropriation des méthodes et des contenus proposés, ont permis la formulation de nouveaux questionnements.

Perspectives pour la recherche

Au-delà des résultats pédagogiques, en guise de conclusion nous pouvons aussi exposer quelques remarques sur la démarche de recherche-action et sur les conditions de sa réussite.

Parmi les questionnements méthodologiques concernant la démarche mise en place, le plus prégnant est peut-être le suivant : peut-on véritablement co-construire un projet de territoire, allant au-delà d’une volonté institutionnelle et/ou d’une expertise extérieure, et comment ? Nous ne pouvons pas encore répondre à cette question, car la démarche s’inscrit nécessairement dans le temps long. L’on peut, toutefois, souligner trois conditions à réunir pour entamer une démarche expérimentale en tel sens.

  1. La motivation/les motivations. La démarche de recherche-action collaborative a commencé par une sollicitation provenant de l’AGV, de concert avec la Mairie de Lus-la-Croix-Haute, dans le cadre d’une mobilisation citoyenne en opposition à la fermeture annoncée de la gare ferroviaire. La construction du projet de recherche a petit à petit permis d’associer plusieurs acteurs, institutionnels et non. On a pu observer un intérêt croissant à propos de la démarche et la participation a été élargie à un public de plus en plus important et varié. Cela a été démontré en particulier pendant le workshop à Lus-la-Croix-Haute: l’atelier avec les habitants a attiré une cinquantaine de participants, de tout age et provenance, et ce malgré le choix d’un mardi soir (imposé par les temps de la formation) et une accessibilité réduite à cause des intempéries. Un fort engagement des acteurs locaux s’est ainsi confirmé, démontré par la participation vivante et l’appropriation de la démarche (organisation de la logistique, prise d’initiative, témoignages spontanés, etc.).
  2. L’occasion/les occasions. Les collectivités rurales souffrent souvent de la pénurie de fonds publics et leur capacité à lancer des études sur leurs problématiques est limitée. La collaboration dans le cadre du Labex Item, qui a pour objectif d’« apporter aux territoires de montagne les capacités d’analyse et d’expertise qu’appellent les différentes formes de changement auxquelles ils sont confrontés[xvi]», permet de mobiliser tant les chercheurs que les étudiants et les acteurs locaux. En particulier, l’occasion offerte par l’appel à projet pédagogiques innovants, a permis de concrétiser un projet de recherche-action qui peinait à démarrer. Le financement de la part du Labex a incité les autres partenaires (l’AGV et la Mairie de Lus-la-Croix-Haute, mais aussi les instituts de formation concernés) à s’engager, proportionnellement à leur capacité. D’autres occasions ont été ensuite saisies par les acteurs associatifs pour donner plus de résonance à la démarche, ainsi que pour sensibiliser et intéresser d’autres partenaires aux questions soulevées par le maintien de la Ligne des Alpes.
  3. L’interface/les interfaces. L’AGV, en tant qu’association de citoyens, ne finance pas directement des études ; toutefois, son rôle clé, à l’interface entre chercheurs et acteurs locaux et entre les différentes instances territoriales (politiques et techniques), se dessine progressivement. D’une première stratégie visant à la survie de la ligne, le positionnement de l’association a évolué vers l’hypothèse, co-construite avec les chercheurs, que la voie ferrée puisse être le principal « ingrédient » d’un projet de développement des territoires traversés. La nouvelle stratégie mise donc sur la sensibilisation des élus locaux et les techniciens des collectivités (notamment des territoires Leader concernés[xviii]) pour qu’ils accomplissent des choix en faveur de la ligne ferroviaire (collaborations inter-territoriales entre les territoires traversés, co-financement d’études, stratégies de développement territorial s’appuyant sur la ligne, etc.). De ce point de vue le workshop a offert un cadre plus neutre que le cadre institutionnel, où différentes positions politiques se confrontent. L’atelier pédagogique s’est ainsi finalement configuré comme lieu d’interface apte à fédérer les acteurs locaux.

 

  • [i] Brun J-J., Perrin T., « La montagne, laboratoire pour la science ? ou laboratoire pour la société ? », Revue de Géographie Alpine, tome 89, n°2, 2001. pp. 29-38.
  • [ii] Debarbieux B., 2009, « Préface. Les régions de montagne comme référents de l’action collective », Revue de Géographie Alpine, tome 97, n°2, URL : http://rga.revues.org/854.
  • [iii] Notion en cours de construction sur la base, entre autre, des travaux précurseurs du « groupe Réseaux » du CNRS (et en particulier de l’ouvrage de Dupuy, « L’Urbanisme des réseaux » de 1991) et des plus récents travaux sur la « territorialité mobile » (M-C. Fourny et L. Cailly) issus du programme de recherche « TerrHab » (« De l’habitabilité à la territorialité, et retour : à propos de périurbanités, d’individus et de collectifs en interaction », 2011/2014).
  • [iv] Nous entendons ici par « approches prospectives » non seulement la « démarche prospective à la française » (Fauchard et Mocellin, 2009), identifiable avec les travaux de la DATAR, mais plutôt un ensemble d’approches heuristiques, pluridisciplinaires et multiscalaires.
  • [v] Pour ce qui est de l’approche par le projet spatialisé, dérivée notamment de l’extension du projet d’architecture à la ville et au grand territoire et pratiquée, en France, principalement dans les Écoles d’Architecture (mais qui commence à se diffuser aussi dans les Instituts d’Urbanisme), les références adoptées ici sont multiples : les travaux du réseau Espace Rural et Projet Spatial (ERPS), le projet urbain tel que théorisé par certains urbanistes italiens comme B. Secchi et P. Viganò, le « projet local », tel que défini par A. Magnaghi (2010),
  • [vi] « Territorialité, Liminalité et Métropolisation Périphériques » (resp. S. Gal, R. Lajarge, P.A. Landel, N. Kada) et « Singulariser les territoires de montagne. Approches critiques des processus de labellisation dans les constructions territoriales » (resp. K. Basset, V. Peyrache-Gadeau).
  • [vii] L’AGV est le partenaire principal dans le travail de recherche-action-collaborative….
  • [viii] En plus du travail de mise en relation des acteurs concernés, il faut rappeler les initiatives conduites en parallèle du workshop (articles dans la presse locale, interview radio, etc.), ainsi que les actions sur le long terme, comme le « Traintamarre » (semaine d’événements culturels autour de la ligne – parmi lesquels le Veyn’Art, mis en place par l’Écomusée du Cheminot Veynois), organisé en été depuis 2014.
  • [ix] L’AGV est le partenaire principal du travail de recherche-action collaborative engagé. retour d’expérience à propos du workshop.
  • Bensahel Perrin L., Zepf M., Roux JM (dir.), 2014,  « Révéler, projeter, partager le territoire: l’étudiant acteur de sa formation. Le projet « TEMPUS » Deveter », Institut d’Urbanisme de Grenoble.
  • [xi]  Film documentaire « La Ligne des Alpes », réalisé en 2003 par la Régordane productions (durée : 65 mn).
  • [xii] Bergeret et al., « L’outil-frise, dispositif d’étude interdisciplinaire du changement territorial », EspacesTemps.net, Travaux, 17.07.2015, http://www.espacestemps.net/articles/loutil-frise-dispositif-detude-interdisciplinaire-du-changement-territorial/
  • [xiii] Témoignage d’un habitant de Clelles pendant l’atelier participatif avec les habitants.
  • [xiv] Témoignage d’une habitante de Lus-la-Croix-Haute pendant l’atelier participatif avec les habitants.
  • [xv] Réunion Leader, a alloué un budget en particulier à la ligne (sans pour l’instant avoir défini des objectifs précis)
  • [xvi]  http://www.labexitem.fr/
  • [xvii] AGV, Mairie Lus, ensag, iug : financements ; disponibilité d’autres partenaires …
  • [xviii]   Alpes Sud Isère, Pays Diois, Pays Gapençais, Pays Sisteronais-Buëch.