Départ du Veyn'art (Train Touristique, Artistique et Historique) depuis la gare de Lus-la-Croix-Haute durant le Traintamarre de juillet 2015 (photo : G. Trotta-Brambilla)

Une réflexion collective sur le futur de la Ligne des Alpes

par Robert Cuchet et Corinne Flores-Mongeon, Association pour la promotion de la ligne Grenoble-Veynes-Gap (AGV)

Depuis 1978, l’association AGV milite pour la défense et la promotion de la ligne Grenoble-Veynes-Gap en participant aux comités de ligne et en intervenant auprès des décideurs (élus, SNCF, SNCF Réseau).

AVG

Malgré d’importants travaux de rénovation engagés depuis 2007, des portions de voie sont en mauvais état. Lors du comité de ligne du 28 novembre 2013, le représentant de RFF précisait que « l’exploitation serait suspendue en 2023 si aucune intervention n’était réalisée » sur le tronçon entre Clelles et Lus la Croix-Haute. Cette décision aurait pour conséquence de supprimer les relations ferroviaires entre les Alpes du Nord et les Alpes du Sud par la montagne. Or, la desserte de cette zone de montagne est un enjeu majeur pour ses habitants en termes de développement économique, d’enseignement supérieur et d’accès aux soins. Au-delà de la problématique du maintien de la ligne et du service public, il s’agit aussi d’égalité des territoires et d’équité entre habitants des villes et des campagnes. Alors que les énergies fossiles se raréfient, nous avons besoin d’investir dans de nouvelles logiques de déplacement plus économes en énergie. Le train est un moyen de transport écologique et plus sûr que la route, notamment l’hiver, dans cette zone de montagne.

Début 2014, l’annonce par la SNCF de la suppression des 4 postes d’agents de la gare de Lus La Croix-Haute, point de croisement permettant de réguler les retards sur cette ligne à voie unique, a mobilisé les habitants de Lus, de la vallée du Buëch et du Trièves et a donné lieu à un certain nombre de rassemblements et d’événements relayés par les médias. En juillet 2014, nous avons invité Mme Gabriella Trotta-Brambilla, enseignante-chercheure à l’IUG, à participer à un débat consacré au ferroviaire dans les Alpes. Nous avons entretenu des liens et poursuivi les discussions avec d’autres chercheurs pour imaginer ce que nous pourrions faire ensemble.

En 2015, après les différentes réunions de comité de ligne et les décisions prises en matière d’investissements dans les contrats de plan État-Région en PACA et Rhône-Alpes pour les lignes « fragiles », il nous est apparu un manque dans la vision du développement futur de la ligne Grenoble-Veynes-Gap. En effet, il est souvent question de maintien des services, parfois de « survie » de la ligne, mais jamais d’adaptation des services aux besoins du 21e siècle ni de modernisation de la ligne.

En commanditant ce projet de recherche au LabEx ITEM, l’association AGV visait un double objectif :

  • analyser le contexte de la ligne ferroviaire Grenoble Gap et démontrer les potentiels de développement d’une telle infrastructure dans les territoires ruraux et de montagne
  • diffuser un message positif autour de cette ligne dans l’objectif de rassembler les énergies autour de projets structurants pour le territoire.

Par leur présence à Lus la Croix Haute pendant 5 jours durant lesquels ils ont rencontré de nombreux acteurs du territoire et leurs habitants, par leur implication et leurs compétences pluridisciplinaires, les étudiants ont parfaitement saisi la problématique du territoire.

Le travail présenté dans le cadre universitaire le 17 février à l’IUG a permis à l’association AGV de renforcer la vision globale des atouts de cette ligne ferroviaire pour les territoires traversés en matière d’urbanisme, de géographie, d’économie territoriale, d’architecture, d’histoire et de sociologie. Mais également de conforter l’association dans son rôle de « porteur de réflexions et de projets ». C’est précisément à ce titre, que l’AGV envisage de continuer à intervenir auprès des décideurs et acteurs locaux. Le travail réalisé permettra d’alimenter la réflexion et d’être force de propositions. Les acteurs du territoire ainsi que les habitants attendent maintenant une présentation publique du travail.

L’AGV remercie tous les partenaires et en particulier l’Institut d’Urbanisme de Grenoble pour son implication et son expertise.