La montagne comme objet d’analyse ? Des ateliers d’urbanismes

Ce texte a été rédigé par Fanny Vuaillat, co-responsable pédagogique de l’atelier (laboratoire PACTE – Institut de Géographie Alpine – université de Grenoble-Alpes)

Durant les deux années universitaires de 2014 à 2016, le LabEx ITEM a soutenu des ateliers de projet à Rive-de-Gier avec les étudiants du Master 1 Urbanisme et Coopération Internationale et les étudiants du Master 2 Urbano International Cooperation and Urban Planning de l’Institut d’Urbanisme de Grenoble.

La montagne comme objet d’analyse ?

Dans l’argumentaire initial, nous avions détaillé les caractéristiques géomorphologiques, hydrologiques, climatiques qui expliquaient les formes d’installations des infrastructures de transports, d’installations industrielles, urbaines ou agricoles. A les énoncer, nous sentions notre propos suffisamment légitime pour satisfaire quelques critères du LabEx Item : oui nous étions en montagne – de basse altitude, certes et la vallée à défaut d’y être associé, en était peut-être son négatif.

Pourquoi pas.

La première année, donc, la montagne a été envisagée comme le contexte, presque « décoratif » de l’atelier. Nous avons fait travailler les étudiants sur les méthodes de participation et d’expertises partagées, les initiant lentement à la mise en projet.

La seconde année, nourris de la première, nous avons envisagé les choses autrement. Les éléments de montagne sont devenus plus présents, comme contexte de commande, mais aussi comme contraintes de méthodes exploratoires, comme consignes d’exercices, comme éléments géographiques pour projeter le territoire.

Pour entrer en matière, en premier exercice d’exploration et d’appropriation du terrain, nous avons demandé aux étudiants de rejoindre Rive-de-Gier. Consigne simple, mais au matin, nous les avons laissé en petits groupes à quelques points du grand territoire. Ils avaient la journée pour arriver sur la Place de la Libération, centrale à Rive-de-Gier. Certains devaient appréhender le fond de vallée, saturé d’équipements, autoroutes, voies ferrées, usines et le Gier qui serpente, sauvage, enterré, qui affleure parfois, choyé comme une promesse et violenté par esprit de réalité. Trois groupes ont parcouru cet axe : en partant du Centre Commercial des Deux Vallée de Givors ; en partant de Lorette en suivant la Route Nationale ; et le troisième en marchant au plus près de l’autoroute. A pied. L’envers d’une réalité. Trois autres groupes ont été invités à comprendre l’arrivée à Rive-de-Gier par le Massif du Pilat. La pente ici était centrale, ils devaient « descendre » à Rive-de-Gier depuis la Chartreuse de Sainte-Croix-en-Jarez.approcherdg

Cet exercice inaugural a impacté la suite de l’atelier, le PNR du Pilat est devenu un point central de la réflexion des étudiants, on est passé en une année d’un décor à un objet d’analyse, un cadre d’observation :

  • Envisager les liens et les discontinuités entre le PNR du Pilat et la vallée industrielle
  • Comprendre qu’à l’étagement altitudinal de la végétation s’ajoutait un étagement social
  • Entre le haut et le bas, connaitre les pratiques de mobilité quotidienne mais aussi de loisirs
  • Comprendre les effets de ressources et appréhender ainsi les inégalités d’accès à ces ressources
  • Discerner les enjeux entre opportunités de projets et protection environnementale : le barrage de Couzon comme base de loisirs ? Privilégier un aménagement doux, discret, confidentiel pour les randonneurs avertis ?

L’ouverture avec le Parc Naturel Régional du Pilat et l’entrée en contact avec eux a été engagée cette année 2016. Nous sommes maintenant au seuil d’un engagement dans le vif du sujet. Il nous faut  changer d’échelle, mettre à profit notre savoir par le fond de vallée pour dorénavant retourner le regard. Voir par le haut, entrer par le sommet.

Pour l’année 2016-2017, un atelier contractualisé avec le PNR du Pilat se met en place,pour engager au cœur du sujet l’objet montagne. Il était la marge, il deviendra le centre, le prisme par lequel nous regarderons la métropole (comme objet théorique avant même sa double réalité administrative : Lyon et Saint-Etienne).