Archives de catégorie : Actions de Formation

Postures pédagogiques et réceptions par les étudiants autour d’un atelier de travail

Retour sur les modalités de réalisation d’un atelier de travail en Master Urbanisme et Coopération Internationale à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine

par Marlène Leroux et Silvère Tribout (coord.) de l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine de l’Université Grenoble-Alpes et Mathieu Blot-Chabaud, Alric Bonvallet, Colin Doublier, Gautier Hunout et Agathe Schwartz.

Le présent article propose un regard réflexif sur les postures pédagogiques déployées dans le cadre d’un atelier de projet, encadré par deux enseignants, Marlène Leroux et Silvère Tribout, et réalisé par les étudiants du Master 1 « Urbanisme et Coopération Internationale » de l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine, entre les mois de février et avril 2017.

L’atelier dont il est question ici s’intitule : « Montagne et Métropole – Le massif du Pilat dans l’aire métropolitaine Saint-Étienne Lyon. Imaginaires, représentations, pratiques et usages ». Celui-ci est financé par le LabEx ITEM, Laboratoire d’Excellence Innovation et Territoires de Montagne, porté par l’Université Grenoble-Alpes, dont l’objectif est d’étudier les « mutations socio-économiques (transformations et crises économiques, bouleversements démographiques, accroissement des mobilités, modifications des pratiques touristiques, des usages du sol, etc.) […] et bouleversements environnementaux […] [des] territoires de montagne […] pensés en tant que […] terrains-laboratoires de premier plan »1. Un deuxième positionnement du LabEx est le rapprochement de la recherche et de la formation universitaire, mais également le rapprochement de ces activités avec les territoires et les acteurs qu’elles étudient.

Cet atelier a tenté de répondre à ces objectifs, tout en s’appuyant sur les travaux réalisés par deux ateliers précédents2, déjà financés par le LabEx ITEM, et déjà focalisés sur le Pilat. Si ces derniers avaient observé le Massif du Pilat depuis la vallée industrielle du Gier, cette troisième année devait permettre d’inverser le regard et de changer d’échelle d’investigation afin d’observer, cette fois, l’aire métropolitaine Lyon Saint-Étienne depuis le territoire de montagne : dans quelle mesure les habitants du Pilat, dans leur imaginaire, dans leurs représentations, par leurs pratiques et par leurs usages, s’inscrivent-ils dans l’aire et la dynamique métropolitaine Lyon Saint-Étienne ? En quoi le Pilat peut-il constituer, pour les acteurs institutionnels comme pour les habitants, un territoire de redéveloppement économique, industriel inscrit dans une dynamique métropolitaine ? Voici deux questions de départ posées par les enseignants aux étudiants. Questions qu’ils ont dû reformuler, s’approprier et préciser en quelques semaines, afin de nourrir les réflexions engagées dans le LabEx ITEM.

Il ne s’agit pas ici de présenter les résultats de cet atelier. Pour cela, nous renvoyons à la lecture du rapport final3 . Il s’agit, en revanche, de mettre en regard les objectifs pédagogiques et postures des enseignants avec la manière dont ces derniers ont été reçus, compris ou non, par les étudiants4. Le dialogue présenté tourne autour de cinq thèmes : 1) l’autonomisation des étudiants dans et par l’atelier ; 2) l’apprentissage et l’expérience de méthodes d’enquêtes ; 3) l’organisation chemin faisant de l’atelier ; 4) la composition mouvante des groupes de travail ; 5) la restitution auprès des acteurs du territoire, comme étape et non comme finalité.

L’autonomisation des étudiants dans et par l’atelier

En tant qu’encadrants, nous avons souhaité rendre les étudiants le plus autonomes possible, tout en explicitant les raisons de cette autonomisation d’une part, tout en donnant une ligne directrice autour des questions de recherche et de la méthodologie envisagée d’autre part. Les étudiants ont ainsi été laissés autonomes : 1) dans l’organisation pratique et financière de l’atelier ; 2) dans la constitution et la reconstitution des groupes de travail au fil de l’atelier ; 3) dans la reformulation des questions de recherches et des méthodologies ; 4) dans la définition des formes de rendu. L’autonomisation est ainsi pensée comme une démarche, un processus d’apprentissage sur le contenu traité dans l’atelier, sur les modes de coopération en groupe et sur l’incertitude comme vertu, et non comme écueil, dans le processus de construction de la pensée.

L’autonomisation a été bénéfique pour notre groupe d’étudiants. Nous avons d’abord été guidés par nos professeurs, puis nous avons été libres dans la réalisation des démarches et des processus à utiliser pour faire avancer le projet. Tout en étant soutenus par nos professeurs, nous avons donc pu nous tromper et rebondir. En effet, l’élément le plus intéressant de nos conversations est que le fait d’être perdu voire décontenancés devant le travail à réaliser nous a permis de nous réapproprier le sujet afin de trouver des solutions aux distorsions. Nous avons trouvé qu’il était parfois difficile de s’écouter et de se comprendre à dix-huit, mais progressivement, le travail en groupes et en sous-groupes nous a appris beaucoup sur le projet et sur nous-mêmes. Les démarches d’entretiens étaient initialement orientées, mais selon le public interrogé, certains de nos groupes ont dû s’adapter, ce qui a rendu notre projet plus souple. Étant habitués à rendre des projets universitaires très cadrés, cette nouvelle manière de restitution nous a quelque peu déroutés. Chaque membre du groupe s’est investi et nous nous sommes tous dépassés pour rendre ce projet. Cependant, nous aurions aimé approfondir cette autonomie et pour cela le temps a manqué.

L’apprentissage et l’expérience de méthodes d’enquêtes

Cet atelier devait constituer un moment d’apprentissage d’outils méthodologiques encore peu éprouvés et, ce faisant, peu maîtrisés par les étudiants. Nous avons invité les étudiants à organiser des entretiens collectifs ou focus group. Pour les accompagner, une séance a été consacrée à cette démarche : 1) son ou ses modes d’organisation ; 2) ses apports comme ses limites ; 3) ses modalités de mise en œuvre ; etc. Cette séance s’est appuyée sur la présentation de retours d’expériences auxquelles nous avions participé. Nous avons ensuite accompagné les étudiants dans la construction de leurs propres protocoles méthodologiques.

Outil nouveau pour la plupart d’entre nous, l’entretien collectif a été un élément très formateur et enrichissant de cet atelier. Pour les groupes ayant pu mettre en place un entretien collectif, c’est une méthode qu’il a été très enrichissant de s’approprier. En effet, en tant qu’outil encore peu connu, nous avons dû nous adapter aux méthodes de l’entretien collectif et cela nous a demandé un travail conséquent d’organisation et de planification.

Une des premières difficultés a été d’identifier les personnes susceptibles d’être interrogées selon quatre différentes catégories que nous avions préalablement désignées : les habitants, les acteurs associatifs, les acteurs institutionnels et les acteurs économiques. La prise de contact avec ces différentes personnes n’a pas été simple pour tout le monde. Par exemple, il a été difficile pour le groupe souhaitant réunir plusieurs habitants de les prévenir à l’avance de cette rencontre, qui n’a finalement pas pu se réaliser. Ainsi, les élèves de ce groupe ont dû s’adapter à cet aléa et mettre en place une autre méthode d’entretiens (micro-trottoirs). Malgré les difficultés certaines pour la réalisation de cet atelier dans un territoire qui n’était pas le nôtre, rajoutant ainsi la question des lieux où se dérouleraient les entretiens, nous avons apprécié que cette condition soit imposée. Si cela n’avait pas été le cas, nous aurions probablement réutilisé les outils déjà connus (entretiens individuels).

Le processus d’élaboration de ces entretiens collectifs nous a semblé très intéressant, car il nous a permis de nous questionner sur la manière d’aborder un sujet et sur les mécanismes à mettre en place pour atteindre un objectif et obtenir les informations nécessaires. Dans la pratique, lors des rencontres cela nous a demandé une certaine adaptabilité dans le protocole établi, illustrant ainsi l’importance d’anticiper clairement le déroulement de l’entretien pour ensuite pouvoir, le cas échéant, proposer des variantes pour que la rencontre se déroule au mieux.

L’organisation chemin faisant de l’atelier

Si certains jalons étaient fixés dès le départ (thème, territoire d’étude), certains ont été proposés et présentés comme évolutifs (questions de recherche, méthodologie). Ces jalons devaient faire sentir aux étudiants le cadre évolutif dans lequel ils seraient amenés à travailler. C’est la raison pour laquelle nous avons proposé un planning d’atelier qui ne courrait que sur les premières séances, laissant la possibilité de le faire évoluer en concertation avec les étudiants. Nous avons assumé le fait de ne pas connaître à l’avance ce que donnerait cet atelier et les orientations prises par le travail des étudiants.

Tout au long de l’atelier, aucun plan n’était prédéfini, tout s’est constitué au fur et à mesure de l’avancée des travaux, de la façon et de la direction qu’on souhaitait donner. La première orientation s’est dessinée suite à un premier rendez-vous avec M. Roland Comte5. En effet, c’est à ce moment-là que nous avons décidé quels types d’acteurs nous allions interroger afin de mieux comprendre l’identité du massif du Pilat et ses relations avec les métropoles environnantes.

Pour certains groupes également, l’adaptation a été un outil clé pour la réalisation de cet atelier. Le groupe habitant, par exemple, n’ayant pas eu l’opportunité de réaliser d’entretien collectif avec les habitants, a dû s’adapter et rebondir. Chose faite car ceux-ci ont décidé d’effectuer une longue série d’entretiens individuels afin de pallier l’absence d’entretien collectif.

Enfin, à partir des informations des différents groupes, nous avons sélectionné certaines d’entre elles et délaissé d’autres afin d’obtenir un résultat homogène et compréhensible. De ce fait, il a fallu que chacun des groupes s’adapte aux autres. De plus, concernant la restitution finale, nous n’avions aucune idée de la façon dont nous allions procéder avant d’avoir recueilli tous les résultats et de les avoir analysés.

La composition mouvante des groupes de travail

Nous avons choisi de faire travailler les étudiants : 1) de manière individuelle ; 2) en groupes restreints (4-6 étudiants) ; 3) en groupe élargi (18 étudiants, soit la totalité de la promotion), tout au long du semestre. Il était aussi décidé que, dans la mesure du possible, la composition des groupes pourrait évoluer au fur et à mesure de l’avancée du travail. Progressivement, il fut décidé que les étudiants formaliseraient un unique document commun de restitution de l’atelier.

Il était très difficile de travailler en groupe de 18, et de savoir quelle place adopter. L’investissement de chacun a pu être ressenti au travers de l’analyse croisée. Se retrouver ainsi à 10, à parler d’un sujet que nous avons tous abordé, mais de manières différentes et à travers divers acteurs a été compliqué. Face à certains flottements nous avons mis en place des référents qui avaient pour rôle de tenir les groupes de chaque sous-groupe sur l’avancée du travail… un grand travail de management. Nous n’avons pas ressenti de forte individualité. Comme nous changions souvent de groupe, les rôles se modulaient aussi rapidement, cela a pu créer des frustrations par rapport à certaines volontés individuelles. L’idée des groupes mouvants en fonction des étapes de l’atelier nous a donné une plus grande force, apprendre à travailler avec chacun et changer de partenaire rapidement nous ouvre l’esprit et nous devons alors nous adapter à la manière de penser et de travailler de chacun.

La restitution auprès des acteurs du territoire, comme étape et non comme finalité

Nous avons décidé que les résultats de l’atelier seraient présentés et discutés auprès des acteurs ayant répondu aux sollicitations des étudiants au fil de leur travail de terrain. Cet atelier devait constituer un moment de rencontres, d’échanges et de débats entre étudiants en urbanisme et acteurs d’un territoire, celui du Pilat. Nous avons, en outre, demandé au étudiants d’analyser la séance de restitution finale, auprès des acteurs, et d’intégrer cette analyse au rapport final. Les étudiants pourraient ainsi affiner leurs résultats, porter un regard critique sur ces derniers et finalement, apporter un niveau d’analyse supplémentaire à leur travail.

La restitution publique de notre recherche, à laquelle les personnes ayant participé aux entretiens collectifs ont été invités, nous a paru être un exercice original. Ce dernier temps nous a semblé très instructif, car nous avons dû à la fois synthétiser les informations recueillies par les différents groupes, et à la fois mener une analyse plus fine du territoire. Nous avons aimé présenter ce travail devant un public varié, pas seulement composé d’universitaires ou de professionnels de l’urbanisme. Ce travail de réflexion sur la forme et la tonalité à donner à notre discours pour proposer un rendu écrit et oral intéressant a été un processus enrichissant.

Finalement, nous avons pu créer un temps d’échanges entre les différents participants, qui ont réagi à notre présentation et nous ont ainsi donné matière pour soutenir ou compléter les informations et le parti pris du travail réalisé. La venue des participants nous a confirmée l’implication et l’intérêt de ces acteurs pour le territoire, et a ainsi donné du sens à tout notre travail : sans cette restitution publique, nous pensons que notre recherche aurait eu moins d’intérêt.

 

Pour élaborer cet article, une discussion a été engagée entre enseignants et étudiants à l’issue de l’atelier. Les premiers ont pu revenir sur les postures pédagogiques qui avaient été les leurs, tandis que les seconds ont été invités à exprimer leur regard critique et réflexif sur ces dernières. Plus généralement, il s’agissait de revenir sur les modalités de réalisation de l’atelier, dont l’issue est trop souvent axée sur la seule présentation des résultats en tant que tels. En outre, ces dialogues, regards réflexifs et critiques constructives sortent que rarement des espaces souvent sanctuarisés que constituent les salles de cours ou amphithéâtres. La rédaction d’un tel article nous a offert un temps d’échanges supplémentaire, hors des jalons inévitables de l’évaluation et permis de nous positionner sur la réception et le potentiel d’une pédagogie basée principalement sur l’autonomisation et l’organisation chemin faisant d’un atelier.

  1. Source : http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/Fiches_Labex/89/7/ITEM_171897.pdf []
  2. voir https://unhiv.hypotheses.org/717 []
  3. voir http://hal.univ-grenoble-alpes.fr/hal-01661986 []
  4. Les enseignants ont rédigé leurs postures, puis les étudiants ont formalisé collectivement leurs retours critiques. Les enseignants ont ensuite coordonné la rédaction finale de l’article. Ils n’ont ni ajouté, ni enlevé, ni modifié de passages écrits par les étudiants. []
  5. M. Roland Comte, est directeur du théâtre de l’imprimerie situé à Rive-de-Gier. Fortement impliqué dans la vie publique locale, il a accueilli étudiants et enseignants de l’Institut d’urbanisme de Grenoble (aujourd’hui Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine) au cours des trois dernières années, en tant que personne ressource et relais pour le bon déroulement des ateliers de projet, mais aussi en mettant à disposition son théâtre comme espace de travail et de rencontres. L’ensemble de l’Institut tient à ce titre à l’en remercier, une fois de plus. []

Une immersion des étudiants dans les problématiques du tourisme : le Vercors, laboratoire pédagogique

Enjeux et prospectives du tourisme en montagne : un projet pédagogique d’immersion des étudiants dans les problématiques du tourisme d’hier à demain.

Le LabEx ITEM est un projet de recherche dont l’un des objectifs est une meilleure compréhension des enjeux humains dans les territoires de montagne. Parmi les nombreuses interrogations dans les recherches actuelles, celle du tourisme éveille la curiosité d’un grand nombre de personnes :

  • les scientifiques, qui cherchent à comprendre les tenants et aboutissants de l’objet de leur recherche.
  • les « acteurs », catégorie très universitaires, correspondant globalement à ceux qui ne sont pas universitaires : habitants du quotidien, décideurs publiques, chef d’entreprises de BTP, responsable hôtelier ou jeune perchiste en devenir. Liste non-exhaustive.
  • les étudiants, enfin : pas tout à fait chercheurs, mais potentiellement tout de même, pas encore « acteurs » mais bientôt, on l’espère !

Les étudiants sont le futur des territoires de montagne (et des autres !). C’est donc vers eux, également, que s’oriente le travail d’ITEM.

Continuer la lecture de Une immersion des étudiants dans les problématiques du tourisme : le Vercors, laboratoire pédagogique

Développement du territoire et voie ferrée : liens et perspectives

Ce document est le fruit d’une rédaction collective, synthèse des échanges tenus dans le cadre de l’Atelier de formation « Le territoire de la ligne des Alpes »

Le contexte

Le tronçon ferroviaire Grenoble-Veynes-Gap est une composante de la ligne des Alpes qui relie Grenoble à Marseille. En tant que voie ferrée régionale nécessitant d’importants travaux de modernisation et traversant des territoires peu peuplés, la ligne a été plusieurs fois menacée de fermeture.
Convaincus de son intérêt, les Conseils de développement locaux et l’AGV (association d’usagers) ont invité les élus et le grand public à échanger sur les liens entre développement du territoire et voie ferrée.

Les partenaires

Sept Conseils de développement implantés autour de l’étoile de Veynes se sont engagés début 2016 dans une démarche visant à assurer la promotion, le maintien et le développement des services de la ligne ferroviaire des Alpes du Sud. Ce collectif a invité l’AGV et le Labex ITEM pour informer les acteurs du territoire et lancer le débat

L’AGV est une association d’usagers qui assure la promotion de la ligne SNCF Grenoble Veynes. L’AGV a commandé au Labex ITEM de réaliser un travail d’analyse du potentiel de développement de cette ligne ferroviaire.

Karine BASSET et Gabriella TROTTA-BRAMBILLA sont enseignantes-chercheuses au Labex Innovation & Territoires de Montagne de l’Université Grenoble Alpes. Elles ont encadré une équipe pluridisciplinaire d’étudiants pour repérer et coordonner les atouts des territoires traversés par la ligne avec les souhaits des habitants et des acteurs institutionnels et économiques

Téléchargez ici la suite de la synthèse collaborative issue du séminaire 

Présentation vidéo : Montagne et Métropole : Imaginer Rive de Gier. Ateliers d’Urbanisme 2014 – 2016

retrouvez dans ce court documentaire la présentation de deux années d’ateliers d’urbanisme à Rive de Gier

Personnes interviewées :

  • Marie-Christine Fourny, responsable scientifique LabEx ITEM ;
  • Jean-Michel Roux (laboratoire PACTE), directeur de l’Institut d’Urbanisme de Grenoble (IUG – UGA),
  • Fanny Vuaillat (laboratoire PACTE – IUG – UGA),
  • Anastasia Desay (étudiante du Master UHCI de l’IUG, participante à l’atelier 2015-2016)

Une expérimentation pédagogique

Ce texte a été rédigé par Fanny Vuaillat, co-responsable pédagogique de l’atelier (laboratoire PACTE – Institut de Géographie Alpine – université de Grenoble-Alpes)

Cet atelier mené depuis deux ans, a été pour nous enseignants, l’occasion d’expérimentations pédagogiques. En somme, nous avons essayé autre chose, non sans remous d’ailleurs. Nous nous sommes mis en expérience en mettant les étudiants eux-mêmes en expérience, au sens de Stendhal, se mettre à l’épreuve. Nous souhaitons aller plus avant sur cet aspect pédagogique, il a porté ses fruits, nous le poursuivons pour en observer les formes, les contours, les conditions et les effets, les fruits, les contrecoups.

Deux aspects semblent pivots, celui de l’expérience de l’autonomie et celui de l’expérience de la rencontre et de la différence Continuer la lecture de Une expérimentation pédagogique