Archives de catégorie : Dynamiques Identitaires

Négocier les identités dans les Atlas marocains. Le couple tourisme/identités au prisme des « subaltern studies »

Auteur : Mari Oiry Varacca, Collaboratrice scientifique, assistance d’enseignement, Département de géographie et environnement, Université de Genève.

Tourisme et dynamiques identitaires dans les Atlas

La recherche que je présente ici est le produit d’un doctorat dont je suis en train de terminer la rédaction actuellement. Il a été réalisé en cotutelle entre l’université de Genève et l’université de Marrakech, et dans le cadre d’un projet financé par la coopération suisse et le fonds national de la recherche suisse. Il portait sur le tourisme et les identités dans les montagnes de l’Atlas au Maroc et de l’Aïr au Niger. Ici, je vais m’intéresser au tourisme dans les montagnes marocaines, parce que cette activité me semble révéler certaines évolutions et certains enjeux majeurs de ces montagnes, notamment en termes de dynamiques identitaires. Continuer la lecture de Négocier les identités dans les Atlas marocains. Le couple tourisme/identités au prisme des « subaltern studies »

Una « frontiera nascosta » ? Confini etnici, economici e simbolici in una valle alpina piemontese

Auteur : Giulia Fassio, Roberta Clara Zanini, Università di Torino

Résumé :  Une «frontière cachée»? Frontières ethniques , économiques et symboliques dans une vallée alpine du Piémont

Cette contribution veut éclaircir les résultats de deux recherches ethnographiques intensives menées de manière parallèle mais indépendante en 2011 dans deux villages de la vallée Anzasca, dans la région piémontaise de l’Ossola. Les deux communes, Bannio Anzino et Macugnaga, sont placés sur les côtés opposés d’une frontière ethnique, linguistique et culturelle reconnue du point de vue institutionnel à travers la loi 482/99 sur la protection des minorités linguistiques. Macugnaga, en fait, est une communauté minoritaire Walser et la frontière culturelle et symbolique entre la zone d’origine germanique et celle italophone, soulignée par plusieurs études historiques, a émergé clairement pendant nos enquêtes ethnographiques. La comparaison et l’intégration mutuelle des résultats obtenus ont confirmé la perception de cette frontière dans l’imaginaire local ; en outre, cette double enquête nous à permis de mettre en évidence des dynamiques qui n’auraient pas émergé sans une approche synoptique et comparative. La frontière qui sépare les deux lieux, en fait, n’est pas uniquement linguistique, culturelle et symbolique, mais aussi socio-économique comme le démontrent les perceptions des habitants, ainsi que l’analyse des pratiques et des activités locales. Continuer la lecture de Una « frontiera nascosta » ? Confini etnici, economici e simbolici in una valle alpina piemontese

QUANTITATIF VERSUS QUALITATIF ? Lorsque l’enquête ethnographique contrarie les résultats du questionnaire

Auteur : Christophe Baticle, post-doctorant, socio-anthropologue, Labex ITEM, Université Grenoble-Alpes

Lors d’une expérience vécue au moment de la thèse[1], est apparue une remise en question massive de l’hypothèse centrale, à savoir la dimension éminemment spatiale du sens de la chasse, notamment dans la France post-moderne. Insérée au sein d’un questionnaire de plus de soixante-dix variables, une question essentielle à nos yeux voyait l’enjeu territorial relégué derrière les problématiques temporelles. Résultat d’autant plus problématique que ce cinquième questionnaire était le plus ambitieux quant au public visé : les plus de 28 000 chasseurs de la Somme, dont 5 240 répondirent.

Notre propos visera d’une part à montrer en quoi l’enquête ethnographique menée antérieurement et en parallèle à ces questionnaires permettra de discuter les données quantitatives ainsi produites.

Dans un deuxième temps et comme conséquence logique, nous avons été amené à nous interroger sur les biais inhérents à l’exercice du questionnaire, notamment quant à la charge symbolique des termes employés dans la formulation des questions, l’ordonnancement de ces dernières et la temporalité du questionnaire lui-même au regard de la conjoncture sociopolitique du moment, dont ici particulièrement les dossiers cynégétiques présents sur l’agenda politique.

Enfin, cet échec initial, ou ce qui aurait pu être interprété comme tel, a pu être « retourné » dans la mesure où il a obligé à produire une « théorie » de ce paradoxe, notamment en proposant une conversion du temps en espace. Pour le dire en un mot, chez les chasseurs de migrateurs, l’espace parcouru par le gibier convoité est mentalement transmuté en espace-temps. En ce sens, cette expérience perturbante nous a convaincu de la nécessité de mixer les approches pour appréhender notre objet. Continuer la lecture de QUANTITATIF VERSUS QUALITATIF ? Lorsque l’enquête ethnographique contrarie les résultats du questionnaire