De l’invention du tourisme à son institution : construction d’un territoire et enjeux de pouvoir (l’exemple des Pyrénées centrales, Second Empire-1914)

Auteur : Steve Hagimont, Doctorant contractuel en histoire, FRAMESPA, UMR 5136, Université Toulouse II – Le Mirail.

            L’invention des pratiques touristiques a fait l’objet d’un grand nombre de recherches, depuis Michel Chadeffaud jusqu’aux recherches sur l’empire colonial français, en passant par les travaux de Bernard Debardieux ou de Marc Boyer[1], toutes recherches qui ont pointé le rôle fondamental de l’imaginaire dans la production d’attraits touristiques, que ceux-ci soient historiques ou folkloriques, urbains ou ruraux, maritimes ou montagnards. Ces inventions touristiques s’accompagnent de la construction d’un territoire où se représente cet imaginaire. De l’invention du tourisme on passe ainsi à son institution : il s’inscrit dans l’espace des sociétés et normalise des comportements et des rapports sociaux. L’institution est la matérialisation de l’imaginaire des sociétés, autant instituée qu’instituante, autant produite que performative. Le tourisme, indissociable de sa composante imaginaire et de fantasmes plus ou moins partagés, est bien une pratique sociale capable de construire les territoires touristiques dont elle a besoin.

          Par Gauchard, Félix-Jean (1825-1872). Graveur Thiollet, Auguste. Illustrateur Guérin, L. Imprimeur [Public domain], via Wikimedia Commons  Parmi ces espaces investis figurent bien entendu les montagnes, dont font parties les Pyrénées. L’imaginaire touristique a inventé ses propres montagnes, qui correspondent aux désirs romantiques de l’élite urbaine, désirs de paysages exotiques et d’altérités fantasmées. Dans les Pyrénées françaises, cet imaginaire touristique s’institue dès le XVIIIe siècle à partir de sources thermales (pour certaines fréquentées précocement)[2], et au travers d’un regard nouveau sur cet espace montagnard, essentiellement dérivé des Alpes suisses[3]. Certaines stations thermales en formation ont été capables de se conformer à cet imaginaire formalisé autour du modèle alpin et ainsi de construire un territoire touristique reconnu, institué comme tel.

            Il s’agira ainsi à la suite de montrer ce que cette notion d’institution peut apporter à la réflexion sur l’histoire du tourisme, cette activité autant liée à l’évolution de l’imaginaire des sociétés (urbaines et occidentales en particulier) que porteuse de transformations matérielles. Nous reviendrons donc dans un premier temps sur l’intérêt de compléter la notion d’invention du tourisme par celle d’institution, avant d’en voir la traduction en terme de construction territoriale et pour finir en terme de normalisation des sociétés réceptrices avec quelques exemples puisés dans les Pyrénées centrales au XIXe siècle, ce moment majeur de structuration de l’offre touristique en Europe. Continuer la lecture de De l’invention du tourisme à son institution : construction d’un territoire et enjeux de pouvoir (l’exemple des Pyrénées centrales, Second Empire-1914)

QUANTITATIF VERSUS QUALITATIF ? Lorsque l’enquête ethnographique contrarie les résultats du questionnaire

Auteur : Christophe Baticle, post-doctorant, socio-anthropologue, Labex ITEM, Université Grenoble-Alpes

Lors d’une expérience vécue au moment de la thèse[1], est apparue une remise en question massive de l’hypothèse centrale, à savoir la dimension éminemment spatiale du sens de la chasse, notamment dans la France post-moderne. Insérée au sein d’un questionnaire de plus de soixante-dix variables, une question essentielle à nos yeux voyait l’enjeu territorial relégué derrière les problématiques temporelles. Résultat d’autant plus problématique que ce cinquième questionnaire était le plus ambitieux quant au public visé : les plus de 28 000 chasseurs de la Somme, dont 5 240 répondirent.

Notre propos visera d’une part à montrer en quoi l’enquête ethnographique menée antérieurement et en parallèle à ces questionnaires permettra de discuter les données quantitatives ainsi produites.

Dans un deuxième temps et comme conséquence logique, nous avons été amené à nous interroger sur les biais inhérents à l’exercice du questionnaire, notamment quant à la charge symbolique des termes employés dans la formulation des questions, l’ordonnancement de ces dernières et la temporalité du questionnaire lui-même au regard de la conjoncture sociopolitique du moment, dont ici particulièrement les dossiers cynégétiques présents sur l’agenda politique.

Enfin, cet échec initial, ou ce qui aurait pu être interprété comme tel, a pu être « retourné » dans la mesure où il a obligé à produire une « théorie » de ce paradoxe, notamment en proposant une conversion du temps en espace. Pour le dire en un mot, chez les chasseurs de migrateurs, l’espace parcouru par le gibier convoité est mentalement transmuté en espace-temps. En ce sens, cette expérience perturbante nous a convaincu de la nécessité de mixer les approches pour appréhender notre objet. Continuer la lecture de QUANTITATIF VERSUS QUALITATIF ? Lorsque l’enquête ethnographique contrarie les résultats du questionnaire

Le Régime Politique local, une approche pour comprendre les dynamiques d’évolution des lieux touristiques

Auteure : Géraldine Sauthier, UER Tourisme, Institut Universitaire Kurt Bösch, Sion, Suisse.

Depuis l’émergence du tourisme au début du XIXe siècle, les changements sociétaux et techniques se sont succédés pour le modifier radicalement (Clivaz, Nahrath & Stock, 2011). L’augmentation du temps libre et du revenu moyen des ménages, l’amélioration des systèmes de transport ou encore l’évolution des pratiques touristiques ont profondément changé le visage du tourisme. Cependant, bien que ces transformations majeures constituent un phénomène global ayant touché l’ensemble des lieux touristiques, on constate que ceux-ci n’ont pas tous évolué de manière similaire. Cette constatation nous amène à nous poser la question suivante : comment et pourquoi certains lieux parviennent-ils à rester touristiques sur le long terme, tandis que d’autres voient leur fonction touristique décliner et que d’autres encore arrivent à se reconvertir avec succès vers d’autres secteurs économiques ? Cette problématique forme le cœur du projet de recherche Entre abîme et métamorphose : une approche interdisciplinaire du développement des stations touristiques, financé par le Fonds National pour la Recherche Scientifique (subside n°CR11I1_135390) et le Canton du Valais. Pour comprendre et expliquer les différences de trajectoires des lieux touristiques, un nouveau concept explicatif et interdisciplinaire est proposé : celui de Capital Touristique d’une station, soit l’ensemble des caractéristiques urbaines, réputationnelle, monétaire, cognitive, de gouvernance et ressourcielle de ce lieu. Ces attributs du Capital Touristique ont été réunis en trois régimes : le Régime d’habitabilité (dimensions urbaine et réputationnelle), le Régime d’accumulation socio-économique (dimensions monétaire et cognitive) et le Régime politique (dimensions gouvernance et ressourcielle) (cf. Figure 1 ci-dessous). L’hypothèse de base de cette recherche est alors la suivante : la bifurcation des trajectoires de développement des stations touristiques s’explique par la capacité variable des stations à accumuler du Capital Touristique. Autrement dit, la présence, ou non, ainsi que le degré de présence des diverses composantes de ce capital permettraient d’éclairer la trajectoire prise par le lieu. En s’insérant dans ce projet de recherche, notre travail a pour objectif d’étudier l’un des composants du Capital Touristique, le Régime politique. Notre intérêt est alors double : comprendre la dynamique d’évolution du Régime Politique local dans un lieu sur 150 ans et voir son influence sur la trajectoire de développement de celui-ci. Nous proposons ainsi d’adopter une perspective bien particulière qui celle de la gouvernance locale. Même si celle-ci ne pourrait seule déterminer les trajectoires de développement touristique, nous montrons que ces dernières ne peuvent être comprises sans leurs aspects politiques. Continuer la lecture de Le Régime Politique local, une approche pour comprendre les dynamiques d’évolution des lieux touristiques

Le Projet Manhattan à Los Alamos ou la conquête scientifique du plateau Pajarito

Auteur : Lucie Genay, CEMRA – Centre d’Etudes sur les modes de la repésentation anglophone, Université Grenoble-Alpes.

Le 16 juillet 1945 a explosé, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, une bombe atomique dans le désert Jornada del Muerto[1] au Nouveau Mexique. Le faramineux Projet Manhattan à deux milliards de dollars entrepris par les États-Unis en collaboration avec la Grande Bretagne et le Canada était à l’origine de ce premier essai. La naissance de ce projet remonte au 2 août 1939, date de la lettre d’Albert Einstein à Franklin Roosevelt dans laquelle le scientifique exprima la crainte que lui inspirait l’avance prise les Allemands dans le domaine de l’énergie atomique et appela le président américain à organiser les recherches aux États-Unis. C’est en effet à Berlin qu’Otto Hahn et Fritz Strassman réussirent la première fission de l’uranium 235 en décembre 1938 et les Nazis stoppèrent par la suite toutes les exportations de ce minerai de Tchécoslovaquie.

Le projet approuvé par FDR en 1942 se mua en une entreprise de grande ampleur organisée sur tout le pays avec l’enrichissement de l’uranium à Oak Ridge, Tennessee et la production de plutonium à Richland, Washington. Mais la phase ultime de conception et construction de la bombe se fit dans un laboratoire secret installé à plus de deux mille mètres d’altitude à Los Alamos, Nouveau-Mexique. Le 16 novembre 1942 le General Leslie R. Groves, le physicien J. Robert Oppenheimer et le Major John Dudley sélectionnèrent l’école de jeunes garçons qu’Ashley Pond avait fondée dans les montagnes au nord-ouest de Santa Fe pour y rassembler la recherche atomique jusqu’alors menée dans des laboratoires universitaires. Los Alamos[2] est situé sur le Plateau Pajarito, un plateau volcanique découpé en différentes mesas[3] à cinquante-six kilomètre de la capitale nouveau-mexicaine et à 2 200 mètres d’altitude. Il fait partie de la chaîne des Jemez et fait face au massif des Sangre de Cristo[4]. Le climat semi-aride y est rude mais a tout de même permis à des générations d’Indiens Pueblos et d’Hispaniques d’y pratiquer l’agriculture pendant plusieurs siècles.

Continuer la lecture de Le Projet Manhattan à Los Alamos ou la conquête scientifique du plateau Pajarito