Analyse de la compétitivité des destinations neige : une approche par les méthodes multicritères et les profils de clientèle

Auteurs : Laurent Botti, Hanitra RakotondramaroCentre d’Analyse de l’Efficience et de la Performance en Economie et Management (CAEPEM),Université de Perpignan Via Domitia (UPVD); Olga GoncalvesCentre de Recherche En Transports et Logistique (CRET-LOG), Université d’Aix-Marseille; Hélène Michel, Grenoble School of Management.

Qu’est ce que le tourisme ? Tout d’abord le voyage d’une personne vers une destination, ensuite son séjour et enfin son retour vers son environnement habituel. C’est ainsi qu’est généralement compris le tourisme. La notion de destination est par conséquent au cœur de la compréhension du phénomène qu’est le tourisme (Botti et Séraphin, 2011). Outre ce caractère central, le concept de destination possède également un caractère complexe. Metelka (1990) définit la destination comme le lieu géographique vers lequel quelqu’un voyage. Gunn (1994) y voit un lieu apte à concrétiser le marché du voyage. Comprendre le concept de destination touristique implique donc de faire la synthèse entre une approche géographique (la destination est avant tout un lieu qu’un ou plusieurs touristes ont décidé de visiter) et une approche marketing pour laquelle la destination est un territoire commercialisé. Dans cette perspective, nous pouvons appréhender la destination touristique comme un territoire qui peut-être en lui-même un produit touristique, c’est-à-dire un ensemble de services supports (hôtellerie, restauration, transport…) qui gravitent autour d’éléments attractifs et qui, dans son ensemble, peut répondre aux besoins d’un segment de touristes (Botti et al., 2008).  Continuer la lecture de Analyse de la compétitivité des destinations neige : une approche par les méthodes multicritères et les profils de clientèle

Sports d’hiver et Politiques climatiques : les cas de la vallée de la Tarentaise

Auteur : Anouk Bonnemains, Doctorante EDYTEM, Université de Savoie.

La période des jeux olympiques de février 2014 nous rappelle l’importance économique, sociale et sociétale des sports d’hiver. Les entreprises françaises ont été et sont très présente sur la scène internationale. La France est l’une des premières nations pour les sports d’hiver avec les Etas Unis et l’Autriche[1] : En 2011 la France représentait 13,6% du poids des journées skieurs mondiales, 14,4% pour les Etats Unis. La France comptabilise 14 stations majeures, dépassant l’Autriche (12 stations majeures). A à l’échelle nationale : Le département de la Savoie rassemble 39, 2 % de part de marché devant la Haute Savoie (23,3%). 37% de la fréquentation touristique hivernale se regroupent dans 13 très grandes stations dont 8 se trouvent en Savoie[2]. Au sein de ce même département la fréquentation est concentrée sur la Tarentaise[3]. Continuer la lecture de Sports d’hiver et Politiques climatiques : les cas de la vallée de la Tarentaise

Le projet touristique et sportif Pyrénées : Laboratoire de l’Olympisme au début des années 1990 ou l’avortement d’une innovation territoriale entre la France et l’Espagne

Auteur : André Suchet, Post-doctorant à l’université Rovira i Virgili de Tarragone,Facultat de Turisme i Geografia.

Les Jeux Pyrénéens de l’Aventure 1993, compétition singulière dans l’histoire du mouvement olympique émane du programme de développement sportif et touristique Pyrénées : Laboratoire de l’olympisme formulé en France à la fin des années 1980. Lancé sous l’impulsion d’un porteur de projet français en 1988, ce dossier évolue en projet transfrontalier avec l’Espagne dans une intention de développement territorial global de la chaîne pyrénéenne, un projet précurseur et innovant.

Cette contribution retrace l’origine, les intentions (sportives, culturelles, territoriales) et les principes de ce programme, puis résume brièvement les modalités d’organisation des Jeux Pyrénéens de l’Aventure en 1993. À la suite de différentes études en géographie ou sociologie du sport (Bessy, 1994, 2002, 2012; Augustin, 2009; Gumuchian, 1993; Barget & Gouguet, 2010; Maennig & Zimbalist, 2012; Chappelet, 2004; Obin & Corneloup, 2010; Suchet, 2008; Burgan & Mules, 1992; Fayos-Sola, 1997; Clivaz & Marcelpoil, 2009; Guibert, 2004) puis de la littérature relative aux festivals et à l’organisation de rassemblements culturels qui offre un point de vue intéressant à ce sujet (Gravari-Barbas & Veschambre, 2005; Crozat & Fournier, 2005; Di Méo, 2001), il s’agit d’exposer comment un événement temporaire peut tenter de s’ancrer dans le temps et dans l’espace pour fabriquer du territoire, et surtout d’étudier les mécanismes d’innovation territoriale et de tentative d’innovation territoriale dans le domaine du sport et du tourisme en Pyrénées.  Continuer la lecture de Le projet touristique et sportif Pyrénées : Laboratoire de l’Olympisme au début des années 1990 ou l’avortement d’une innovation territoriale entre la France et l’Espagne

De l’invention du tourisme à son institution : construction d’un territoire et enjeux de pouvoir (l’exemple des Pyrénées centrales, Second Empire-1914)

Auteur : Steve Hagimont, Doctorant contractuel en histoire, FRAMESPA, UMR 5136, Université Toulouse II – Le Mirail.

            L’invention des pratiques touristiques a fait l’objet d’un grand nombre de recherches, depuis Michel Chadeffaud jusqu’aux recherches sur l’empire colonial français, en passant par les travaux de Bernard Debardieux ou de Marc Boyer[1], toutes recherches qui ont pointé le rôle fondamental de l’imaginaire dans la production d’attraits touristiques, que ceux-ci soient historiques ou folkloriques, urbains ou ruraux, maritimes ou montagnards. Ces inventions touristiques s’accompagnent de la construction d’un territoire où se représente cet imaginaire. De l’invention du tourisme on passe ainsi à son institution : il s’inscrit dans l’espace des sociétés et normalise des comportements et des rapports sociaux. L’institution est la matérialisation de l’imaginaire des sociétés, autant instituée qu’instituante, autant produite que performative. Le tourisme, indissociable de sa composante imaginaire et de fantasmes plus ou moins partagés, est bien une pratique sociale capable de construire les territoires touristiques dont elle a besoin.

          Par Gauchard, Félix-Jean (1825-1872). Graveur Thiollet, Auguste. Illustrateur Guérin, L. Imprimeur [Public domain], via Wikimedia Commons  Parmi ces espaces investis figurent bien entendu les montagnes, dont font parties les Pyrénées. L’imaginaire touristique a inventé ses propres montagnes, qui correspondent aux désirs romantiques de l’élite urbaine, désirs de paysages exotiques et d’altérités fantasmées. Dans les Pyrénées françaises, cet imaginaire touristique s’institue dès le XVIIIe siècle à partir de sources thermales (pour certaines fréquentées précocement)[2], et au travers d’un regard nouveau sur cet espace montagnard, essentiellement dérivé des Alpes suisses[3]. Certaines stations thermales en formation ont été capables de se conformer à cet imaginaire formalisé autour du modèle alpin et ainsi de construire un territoire touristique reconnu, institué comme tel.

            Il s’agira ainsi à la suite de montrer ce que cette notion d’institution peut apporter à la réflexion sur l’histoire du tourisme, cette activité autant liée à l’évolution de l’imaginaire des sociétés (urbaines et occidentales en particulier) que porteuse de transformations matérielles. Nous reviendrons donc dans un premier temps sur l’intérêt de compléter la notion d’invention du tourisme par celle d’institution, avant d’en voir la traduction en terme de construction territoriale et pour finir en terme de normalisation des sociétés réceptrices avec quelques exemples puisés dans les Pyrénées centrales au XIXe siècle, ce moment majeur de structuration de l’offre touristique en Europe. Continuer la lecture de De l’invention du tourisme à son institution : construction d’un territoire et enjeux de pouvoir (l’exemple des Pyrénées centrales, Second Empire-1914)

QUANTITATIF VERSUS QUALITATIF ? Lorsque l’enquête ethnographique contrarie les résultats du questionnaire

Auteur : Christophe Baticle, post-doctorant, socio-anthropologue, Labex ITEM, Université Grenoble-Alpes

Lors d’une expérience vécue au moment de la thèse[1], est apparue une remise en question massive de l’hypothèse centrale, à savoir la dimension éminemment spatiale du sens de la chasse, notamment dans la France post-moderne. Insérée au sein d’un questionnaire de plus de soixante-dix variables, une question essentielle à nos yeux voyait l’enjeu territorial relégué derrière les problématiques temporelles. Résultat d’autant plus problématique que ce cinquième questionnaire était le plus ambitieux quant au public visé : les plus de 28 000 chasseurs de la Somme, dont 5 240 répondirent.

Notre propos visera d’une part à montrer en quoi l’enquête ethnographique menée antérieurement et en parallèle à ces questionnaires permettra de discuter les données quantitatives ainsi produites.

Dans un deuxième temps et comme conséquence logique, nous avons été amené à nous interroger sur les biais inhérents à l’exercice du questionnaire, notamment quant à la charge symbolique des termes employés dans la formulation des questions, l’ordonnancement de ces dernières et la temporalité du questionnaire lui-même au regard de la conjoncture sociopolitique du moment, dont ici particulièrement les dossiers cynégétiques présents sur l’agenda politique.

Enfin, cet échec initial, ou ce qui aurait pu être interprété comme tel, a pu être « retourné » dans la mesure où il a obligé à produire une « théorie » de ce paradoxe, notamment en proposant une conversion du temps en espace. Pour le dire en un mot, chez les chasseurs de migrateurs, l’espace parcouru par le gibier convoité est mentalement transmuté en espace-temps. En ce sens, cette expérience perturbante nous a convaincu de la nécessité de mixer les approches pour appréhender notre objet. Continuer la lecture de QUANTITATIF VERSUS QUALITATIF ? Lorsque l’enquête ethnographique contrarie les résultats du questionnaire