RETOUR D’EXPÉRIENCE SUR LE WORKSHOP DE FORMATION ET RECHERCHE « LE TERRITOIRE DE LA LIGNE DES ALPES : ACTEURS, MOBILITÉS, PROJETS »

par Karine Basset et Gabriella Trotta-Brambilla (responsables pédagogiques)

 Formations concernées :

  • Master Ingénierie du Développement Territorial (Institut de Géographie Alpine)
  • Master Urbanisme et Projet Urbain (Institut d’Urbanisme de Grenoble) 
  • Master Architecture Environnement et Cultures Constructives (École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble)

Enseignants-chercheurs ayant participé à l’organisation et à la formation :

Karine Basset (Institut d’Urbanisme de Grenoble, LARHRA), Jean-Claude Bouvier (Aix-Marseille Université), Anne Coste (École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, Labex AE&CC), Dominique Dalga (Institut d’Urbanisme de Grenoble), Nicolas Dubus (École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, Labex AE&CC), Samuel Martin (Institut d’Urbanisme de Grenoble, PACTE), Kamila Tabaka (Institut d’Urbanisme de Grenoble, PACTE), Gabriella Trotta-Brambilla (Institut d’Urbanisme de Grenoble + École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, PACTE + Labex AE&CC)

Principaux partenaires :

Association pour la promotion de la ligne Grenoble-Veynes (AGV), Mairie de Lus-la-Croix-Haute, Communauté de communes du Diois, Écomusée du Cheminot Veynois, Ville de Grenoble, PNR du Vercors 

Continuer la lecture de RETOUR D’EXPÉRIENCE SUR LE WORKSHOP DE FORMATION ET RECHERCHE « LE TERRITOIRE DE LA LIGNE DES ALPES : ACTEURS, MOBILITÉS, PROJETS »

Dynamisme des savoirs écologiques traditionnels & Adaptation au changement climatique dans une région montagneuse himalayenne, le Ladakh

Ce texte est une note d’intention en vue d’une communication à la Deuxième Université Internationale d’Hiver, rédigée par Stéphanie Piffeteau, Assistante, Institut des sciences de l’environnement , Université de Genève. Retravaillée, la communication finale sera diffusée à la suite de l’événement, complétée et affinée.

Le changement climatique est considéré comme l’un des défis majeurs du 21ème siècle. A l’heure actuelle, ce phénomène est à l’origine de 70% des catastrophes naturelles, soit près de deux fois
plus qu’il y a 20 ans, modifiant ainsi le paysage et impactant directement en moyenne 211 millions de personnes chaque année (Nations Unies. 2015. Les catastrophes naturelles. Publié le 10 juin 2015, en ligne : http://www.un.org/fr/humanitarian/overview/disaster.shtml.) Continuer la lecture de Dynamisme des savoirs écologiques traditionnels & Adaptation au changement climatique dans une région montagneuse himalayenne, le Ladakh

Un tourisme des interstices au Pays des Écrins ?

© M1 ITER & Philippe Bourdeau

« Le voyageur de l’interstice est ce touriste qui, au cœur de l’espace connu ou quotidien, réinvente le regard distancié nécessaire à l’expérience de l’étrangeté et au plaisir de la découverte. […] Dans ces conditions, compte tenu précisément de sa nature, répertorier les formes du tourisme interstitiel serait une tentative absurde. Possible n’importe où, en marge comme au centre des sites touristiques réputés, totalement ouvert et imprévisible quant à ses lieux, la variété des espaces de ce tourisme apparaît infinie. […] Secret par définition, dresser un catalogue du tourisme interstitiel ce serait donc le détruire. Pour autant, même s’il emprunte des “portes étroites”, ce tourisme n’est pas rare. […] C’est un tourisme attiré par l’enclave, le mystère, l’obscur, le souterrain, voire l’illégal. Il peut ainsi revêtir des formes extrêmes, se situer à la confluence de l’acte gratuit et de l’espionnage ».

Jean-Didier Urbain, L’idiot du voyage. Histoires de touristes, Payot & Rivages, 1993

Un tourisme des interstices au Pays des Écrins ?

En quoi et comment un tourisme des interstices discret, très largement impensé et ininstitué, peut constituer un facteur de créativité –aussi bien pour les opérateurs touristiques que pour les pratiquants– dans le contexte de la transition touristique contemporaine ? Continuer la lecture de Un tourisme des interstices au Pays des Écrins ?

Les alternatifs d’Ariège : « innovateurs par retrait » du monde rural montagnard?

Ce texte est une note d’intention en vue d’une communication à la Deuxième Université Internationale d’Hiver, rédigée par Benjamin Dubertrand – EHESS Toulouse – CAS-LISST. Retravaillée, la communication finale sera diffusée à la suite de l’événement, complétée et affinée.

Actuellement doctorant en quatrième année de thèse d’anthropologie, mon travail porte sur des individus qui cherchent à vivre de manière alternative en milieu rural français, plus particulièrement dans la moyenne montagne ariégeoise. L’enquête de terrain réalisée a essentiellement porté sur la vallée de Massat, archétype de la vallée montagnarde réinvestie par les « néos » à partir des années 1970. Cette vallée est située dans le Couserans, périphérie montagnarde au sein d’un département, l’Ariège, lui-même considéré comme un des espaces français les plus
marginalisés depuis le XIXe siècle. Continuer la lecture de Les alternatifs d’Ariège : « innovateurs par retrait » du monde rural montagnard?

L’innovation, un autre bluff ?

Ce texte est une note d’intention en vue d’une communication à la Deuxième Université Internationale d’Hiver, rédigée par Julien Dupoux – Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand 2 – EA CERAMAC. Retravaillée, la communication finale sera diffusée à la suite de l’événement, complétée et affinée.

Si nous parlons des innovations dans les territoires de montagnes, faut-il les prendre comme un à priori obligatoirement favorable à ces territoires ? Cela nous amènera à discuter la nature des innovations et la manière dont elles sont perçues sur un territoire particulier.

Dans cette communication, je propose donc une lecture des mes enquêtes de terrain sur le Plateau de Millevaches d’après l’ouvrage de Jacques Ellul : le bluff technologique.

Les témoignages recueillis l’ont très majoritairement été auprès de paysans par des entretiens très ouverts, où, en partie, ils décrivaient leurs pratiques. Sur 7 communes du Plateau de Millevaches, j’ai abordé et me suis entretenu avec tous les paysans (plus d’une centaine au total) mais aussi avec leurs voisins. Il s’agira donc de présenter leurs perceptions des innovations. Cette présentation aura donc pour base majeure des témoignages. Continuer la lecture de L’innovation, un autre bluff ?