En quoi le triptyque Balcon-de-Villard/Via Vercors/les Bouchards offre des ressources créatives au territoire ? (2)

Cette note de synthèse est un travail d’étudiants (rédaction en temps limité : 3h)

A l’occasion d’un atelier terrain sur les sites du Balcon de Villard -de -Lans, de la Via Vercors et des Bouchards nous avons pu avoir un aperçu de la potentialité des lieux en terme de tourisme et « d’alter -tourisme ». Ce furent trois jours agrémentés d’interventions d’acteurs du territoire, mais aussi d’arpentage du milieu et de l’espace bâtit pour enfin finir sur un Forum créatif autour de la question d’un alter -tourisme autour du triptyque. A la question « en quoi le triptyque Balcon/Via Vercors/les Bouchards offre des ressources créatives au territoire ? », je répondrai en trois temps. Je commencerai mon argumentation en faisant un constat, une présentation du lieu en termes de potentialité touristique. Je passerai ensuite aux facteurs favorisant la créativité, pour enfin revenir sur notre Forum de créativité pour faire ressortir les ressources, les idées et les possibilités du lieu.

Constat : le triptyque : Balcon/VV/ les Bouchards, un potentiel créatif par sa flexibilité ?

 Le Balcon

Note2_IMG1Un parc de 850 logements, rempli à 85 % en haute saison, seulement à 25 % en saison creuse, avec de nombreux logements vétustes, des commerces peu ouverts, et même un cinéma désaffecté. Une station qui fonctionne l’hiver, un domaine skiable relativement important, une fréquentation tournée vers la famille, le domaine de Villard -de -Lans est connu du bassin grenoblois d’une part mais on a surtout une fréquentation de la part du bassin lyonnais. On a un parc locatif des années 70, très moderne à l’époque mais qui souffre d’un manque de fréquentation en saison creuse. Sa vétusté, ses espaces libres offrent une certaine flexibilité en termes de revalorisation de l’espace. S’il y a un travail et une coopération à faire avec les propriétaires des appartements, ce parc des balcons peut être une ressource de créativité

La Via Vercors

40 km de voie prévus entre les villages du Vercors. Voie dédiée à la mobilité propre et douce. Piste naturelle, pas d’étanchéité.

Note2_IMG2La Via Vercors s’inscrit dans un programme interalpin porté par l’UE, l’État et la Région en matière de développement touristique. Si sa « construction » a été faite par des professionnels les acteurs locaux encouragent les habitants et touristes à s’approprier l’espace, à engager des actions participatives autours d’événements. Cette voie est utilisée tant l’hiver que l’été, avec des activités de neige l’hiver, de la marche et du vélo l’été. Cette voie n’a pas qu’un objectif touristique, elle est là pour inciter les locaux ou les touristes à se déplacer en transport doux.

Cette volonté des acteurs de laisser l’habitant s’approprier les lieux peut être une ressource de créativité.

Les Bouchards

Note2_IMG3

Les Bouchards est un petit hameau où se côtoient des agriculteurs, des « périurbains », des touristes et des artisans. Avec 5 habitants en résidence principale (6 familles à l’année, 4 résidences secondaires), c’est un lieu qui se défend de l’influence grenobloise, ou pourrait sr développer un nouveau type de tourisme loin du modèle du Balcon.

Le triptyque « Balcon -Via Vercors -Les Bouchards » offre de nombreuses ressources créatives au territoire dans le sens où ces trois composantes sont hétérogènes. On a un espace touristique de « masse », un espace de transition pouvant aussi être l’objet central en termes d’animation et un espace de marge plus malléable en termes de création d’un nouveau type de tourisme. Lors de l’atelier de créativité se déroulant en semaine 1 à Grenoble, on a pu relever une phrase qui est de « faire du tourisme de masse pour faire du tourisme de marge » mais je peux aussi ajouter que faire du tourisme de marge peut inspirer le tourisme de masse, c’est une vérité qui peut surement s’appliquer au triptyque.

Le triptyque : un certain nombre de facteurs favorables à la créativité

Quand la métropolisation est autant un ami qu’un ennemi

« Le Vercors est un lieu de résistance » ?

La communauté de commune des 4 montagnes tient à avoir son autonomie face à la pression grenobloise. Les projets viennent souvent de la part de Grenoble, il y a une certaine méfiance de la part des locaux. En quoi cette position est -elle une ressource de créativité ? Si le Balcon et l’ensemble du triptyque veulent garder une offre touristique conséquente, les acteurs doivent faire face aux changements sociétaux (par exemple par rapport à la durée du séjour), à un renouvellement de l’offre (nouvelles activités, nouvelles manières d’habiter les lieux). S’ils ne veulent pas être dépendants de Grenoble ils doivent être réactifs d’eux mêmes et faire preuve d’imagination et de compréhension de la nouvelle offre touristique calquée sur les nouveaux cadres de fonctionnement de la société (souci environnemental, transports doux, do it yourself).

Une association d’acteurs volontaires pour développer un nouveau tourisme et une nouvelle forme d’habiter .

On a pu remarquer, lors de notre venue sur les lieux, que les acteurs travaillent beaucoup ensemble pour la mise en valeur des lieux. Nous n’avons entendu dans leur discours que pour fabriquer un territoire durable, souhaitable, intégré il fallait que tous les acteurs soient entendus. Les acteurs se ne sont pas que les professionnels de l’aménagement ou de l’urbanisme, ce sont aussi les habitants, les agriculteurs, les employés de stations, les promoteurs immobiliers.

Nous avons pu rencontrer Nicolas Antoine, chargé d’urbanisme dans le PNR du Vercors : « La péréquation est le mécanisme de redistribution qui vise à réduire les écarts de richesse, d’inégalités entre différentes collectivités territoriales. »

« L’héritage de la station nous emmène aujourd’hui à réfléchir sur sa réhabilitation, il faut réfléchir à quoi faire de nouveau pour créer de l’emploi. »

Cécile Guicharel, monitrice de ski, agent de développement et habitante des Bouchards a une vision de ce qu’elle veut pour le tourisme de demain, mais aussi ce qu’elle veut pour garder son mode de vie et celui des autres habitants : « le territoire est aussi fait avec des individus et leur sensibilité »

Faire un tourisme au rythme des locaux

 « La communauté de communes associe la priorité du plateau de remplir l’intersaison tout en respectant le rythme du travail d’agriculteur ». (Thierry Lauzé, Chargé de mission Via Vercors)

Certains acteurs comme Thierry Lauzé veulent développer le tourisme à l’année et pas seulement en pleine saison. Ceci n’est pas forcément de l’avis des employés du tourisme du Balcon, souvent parce qu’ils occupent plusieurs emplois ce qui leur donne envie d’être tranquilles une bonne partie de l’année. Ce triptyque est à mon avis suffisamment hétérogène pour faire du tourisme de masse l’hiver et à moindre proportion l’été, et faire du tourisme de marge en intersaison, pour les gens qui cherchent à sortir de la ville le temps d’un weekend et qui recherchent dans le Vercors une autre forme de vivre et ressentir la nature. On est bien ici sur la théorie d’Amandine Chapuis et du 5ème tourisme, où un tourisme en lien étroit avec les locaux est possible. C’est ce que recherchent les professionnels du Vercors et qui a encore du chemin à faire avant d’être accompli au vu des témoignages recueillis.

Le facteur neige

 « Le PNR a une vision globale sur le système économique, avec la question du changement climatique et les questions environnementales. On se pose des questions différentes, par exemple que faut -il faire quand il n’y a pas de neige ? » (Nicolas Antoine).

Note2_IMG4La station de Villard est une station de moyenne montage, cela pose de réelles questions pour le futur au niveau de la problématique du changement climatique et de la diminution de la neige. Les employés de la station nous ont affirmés que l’on ne ressent pas pour l’instant la baisse du niveau de neige mais que certaines années sont catastrophiques à ce niveau -là et que la station est souvent voire toujours obligée d’utiliser les canons à neige pour en produire. Les prévisions pour le futur annoncent cette baisse de quantité de neige. Si ce n’est pas positif pour l’économie de la station cela reste une ressource créative au territoire dans l’idée où il va falloir penser des nouvelles pratiques pour conserver l’emploi.

Conclusion

Si on doit retenir une chose de cette UE, je me référerais à une phrase de Cécile Guicharel : « Penser le changement ou changer le pansement ? ». Le triptyque Balcon/Via Vercors/les Bouchards doit répondre à une problématique d’accueil du touriste, aux nouveaux facteurs d’offre touristique, environnementale. Pour cela les acteurs du territoire et les locaux oeuvrent dans un nouveau sens du tourisme, cela est particulièrement favorable au niveau du triptyque du à son hétérogénéité et à la possibilité de faire du territoire de masse tant que du territoire de marge


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.