En quoi le triptyque Balcon-de-Villard/Via Vercors/les Bouchards offre des ressources créatives au territoire ? (3)

Cette note de synthèse est un travail d’étudiants (rédaction en temps limité : 3h)

Dans le contexte actuel d’accélération constante des mobilités, des échanges et des expériences, on voit se développer des initiatives portant des modes de vie plus doux, faisant l’éloge de la lenteur comme un nouveau paradigme de nos pratiques. Ce mode de vie permettrait le développement de mobilités « propres » (du point de vue de l’empreinte carbone) mais également un autre ‘confort’ de vie. C’est dans ce contexte que s’inscrit la Via Vercors. Projet porté par la communauté de communes des montagnes du Vercors (CCMV), la Via Vercors est un itinéraire de cheminement privilégiant les modes de déplacement doux et devant relier les communes de la CCMV : Autrans, Méaudre, Corrençon, St Nizier, Lans en Vercors, Villard de Lans et Engins. Livrée en partie à l’été 2013, elle devrait, à terme, présenter environ 43km de chemin. Cette première livraison se compose de 4 tronçons, pour un total de 27 km. Notre étude porte sur une partie de l’un de ces tronçons, reliant le lieu dit du Balcon de Villard et le hameau des Bouchard.

Le balcon de Villard fait partie des infrastructures de l’espace de domaine skiable Villard – Corrençon, et est la principale porte d’entrée du domaine. Celui -ci ce divise en 4 différents secteurs, dont celui de la Cote 2000, adjacent au balcon. Le balcon est un fait une immense copropriété composée d’une demi -douzaine de grandes barres d’habitation, d’un centre commercial, d’un cinéma (désaffecté), bâti dans les années 70. Aujourd’hui le site est plus ou moins abandonné une partie de l’année car délaissé et sous -utilisé hors saison. La seconde articulation de la zone est Les Bouchards, un hameau essentiellement résidentiel situé à une quinzaine de minutes à pied sur la Via Vercors. Quelles ressources créatives cette articulation offre-t-elle au territoire ?

Tout d’abord, en tant qu’itinéraire de mobilité douce, la Via Vercors invite à réfléchir aux dynamiques de cheminement. C’est une occasion offerte à une autre découverte du territoire. D’autres itinéraires existent déjà sur le plateau, et certains d’entre eux, comme le GR, empruntent des tronçons communs avec la Via Vercors. Néanmoins, l’accessibilité de celle -ci, et la facilité des trajets qui la constitue permettent à des cyclistes moins expérimentés, à des joggeurs non portés sur le trail ou à des promeneurs non randonneurs, l’accès à des sites et à des paysages jusqu’alors réservés à des pratiques plus sportives. Penser le cheminement autour de cette articulation peut se faire de différente manière. Par exemple, on pourrait envisager un chemin portant sur les différents contrastes rencontrés dans le paysage, ou encore se pencher sur les itinérances induites. Au final, la Via en elle -même serait un moteur de création de ressources.

L’itinéraire Balcons/Bouchard rend compte de nombreux contrastes dans le paysage et les pratiques de l’espace. En eux -mêmes ces contrastes sont une ressource créative. Leur existence, mise en perspective par la Via Vercors, vient enrichir le paysage et l’expérience de ce cheminement. Le Premier de ces contrastes est celui entre l’urbain, les immeubles, les routes goudronnées etc. et la nature, le paysage imposant qui l’entoure.

Figure 1 : différents exemples du contraste urbain nature – Source : Juliette Michel

Ces contrastes s’opèrent également entre la modernité et la tradition. En effet la Via Vercors longe des prés ponctués de murgers, tas de pierres mises de côté pour les labours, pratique ancestrale qui côtoie ici le tracteur moderne de l’exploitant. On constate encore le contraste entre le Balcon, espace immense mais vide et les Bouchards, tout petit hameau mais habité. Enfin il existe aussi des contrastes au sens propre, des contrastes de lumières entre les trouées et la végétation, la roche et l’eau.

Figure 2 : Contrastes – Source : Juliette Michel

Ainsi ces contrastes peuvent être mis en valeur, voire être sujet à une exploitation en tant que richesse et non pas en tant que défaut. Les barres d’immeubles ne sont plus des ‘verrues’ dans le paysage, elles sont le caractère d’un panorama. Cette terre de contraste pourrait s’enrichir de nouveaux objets insolites, comme par exemple l’installation de structures d’art moderne visant à présenter le paysage sous différent angles suivant la perception que l’on en a en différents points de la Via Vercors. On pourrait également imaginer des ateliers de photographie afin de prendre traces de ces contrastes. De tels ateliers alliés au festival de photographie des Focales en Vercors seraient ainsi une ressource créative du territoire.

La pratique d’un chemin, d’une route, d’un itinéraire c’est également la pratique de ses abords et de ses bordures. C’est également en sortir. La découverte du territoire hors des sentiers battus prend alors tout son sens et permettrait un autre regard, et une autre expérience du territoire.

L’idée serait alors d’ouvrir le territoire aux visiteurs, de leur permettre de s’égarer, de sortir des sentiers battus pour plonger dans le territoire et ‘faire corps’ avec lui. Cette incitation se ferait alors par des traces, des indices des usages. Les indices des usages sont des éléments physiques qui représentent l’action de l’homme dans son environnement. Ils sont souvent caractéristiques du territoire et font partie de la culture locale. Ce sont les signaux faibles, les éléments résiduels du territoire qui paraissent invisibles mais qui représentent et forment celui -ci. Utiliser les éléments résiduels de l’espace et du paysage afin d’inciter les visiteurs à se perdre dans le territoire. On pourrait alors voir se développer une volonté de développer l’itinérance des visiteurs pour créer une nouvelle expérience touristique. Le principe repose donc sur le partage d’expériences entre les visiteurs, on laisse une trace de notre passage et de notre expérience (cairn, motif avec des branches… ). Le Triptyque Balcon/Via/Bouchard se prêterait particulièrement bien a cette pratique car il dessine un territoire support d’un grand nombre de ces indices d’usage, mais également car le hors – chemin y est facilement praticable et sûr. Cette pratique de l’itinérance induite serait donc une façon de recréer de la ressource sur un territoire, de fabriquer des sites qui ne le serait peut être pas autrement.

Enfin La via Vercors en elle -même est un moteur de création de ressources créatives pour le territoire, principalement car elle est porteuse de questions de problématiques dont la recherche de réponses génère de la ressource.

Tout d’abord cet itinéraire de liaison entre les différentes communes de la CCMV, différents lieux de vie et d’activité pousse à s’interroger sur les liens entre ses entités. Dans le cas qui nous intéresse, la Via Vercors borde le domaine skiable de la station Villard/Corrençon. Hors, comme nous l’avons, précédemment mentionné il existe de gros contraste entre les Balcon (en station) et les bouchards (Hors station). Sans pour autant être quelque chose de négatif ces contrastes poussent à s’interroger sur la relation qui existe entre la station et le hors -station, et les liens qui pourraient et/ou devraient être (re)développés.

Ensuite, la Via Vercors est une infrastructure hybride. Ce n’est ni un GR, ni un sentier de découverte, dessinée pour les touristes, visiteurs et gens de passage, c’est un tracé intercommunal. Pourtant elle est également promue comme étant une infrastructure touristique. C’est dans son appropriation entre riverains et touristes que la Via Vercors peut-être un moteur d’une nouvelle ressource créative. Si effectivement elle est adoptée comme un itinéraire de vie par les locaux, et comme un itinéraire de loisir par les touristes, Il se peut alors qu’elle devienne un objet de médiation, un catalyseur de relations et de rencontres entre les visiteurs et les visités.

Enfin c’est une structure utilisable toute l’année dans une zone (Balcon/Bouchard) ou les infrastructures sont saisonnières : le ski et la station l’hiver et la randonnée sur le GR l’été. La via Vercors offre donc une possibilité de penser le Vercors autrement que selon le slogan « tout vert ou tout blanc ». Les infrastructures peuvent être détournées, réutilisées pour d’autres usages aux saisons qui ne sont pas celles pour lesquelles elles sont pensées. Par exemple, le fait d’avoir accès par piste cyclable directement depuis Villard de Lans et Corrençon au pied des remontées mécaniques du Balcon de Villard peut permettre une augmentation de l’activité du VTT de descente le long des pistes du domaine si la remontée fonctionne en été. De même des près accessibles par la Via pourraient servir de spot de Kitesnow pendant l’hiver.

Ainsi, de par sa présence la Via Vercors peut être un moteur de ressources créatives pour le territoire car elle pose de nombreuses questions appelant ce genre de réponse.

En conclusion nous pouvons dire que le triptyque Balcon/Via Vercors/Les Bouchards offre de multiples ressources créative au territoire, que ce soit en tant que ressource territoriale créative, au travers de la promotion d’une terre de contrastes, par création de territoire par trace.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.