En quoi le triptyque Balcon-de-Villard/Via Vercors/les Bouchards offre des ressources créatives au territoire ? (4)

Cette note de synthèse est un travail d’étudiants (rédaction en temps limité : 3h)

Le massif Préalpin du Vercors s’inscrit dans un imaginaire essentiellement dédié à la nature, au tourisme et dans une moindre mesure, à l’agriculture. A proximité immédiate de l’agglomération grenobloise, ce vaste territoire est massivement fréquenté en période hivernale pour les activités sportives qui sont proposées sur les différents domaines skiables dont celui de Villard de Lans. Ce « tourisme blanc », générateur d’une économie touristique saisonnière, pose la question de la dépendance, de l’adaptation et des dynamiques de ces territoires face à ce type d’industrie formatée, générique et marchande, aujourd’hui menacés par les diverses crises globales aux impacts locaux (environnement, énergie, économie…), tandis que d’autres pratiques et économies culturellement ancrées restent peu valorisées à l’image de l’agriculture, de l’artisanat…

Mais face à cette industrie formatée prédominante et aux aménagements qui en sont issus, de nouvelles pratiques émergent et avec elles de nouveaux aménagements (et inversement). Ainsi une tendance actuelle au développement des voies douces (comme la Grande Traversée des Alpes), ainsi qu’un tourisme de proximité et lié au bien -être émergent et se diffusent à l’échelle planétaire.

C’est dans ce contexte que s’inscrit notre terrain d’étude, reliant le site du Balcon de Villard (construit dans la dynamique du Plan neige visant à redynamiser les espaces ruraux et de la réalisation du domaine skiable de Villard de Lans en 1973) totalement touristifié par l’industrie des sports d’hiver, au site des Bouchards, véritable hameau construit sur des pratiques agricoles. Ces deux espaces sont reliés par la Via Vercors, voie Verte reliant St Nizier à Corrençon, et donc ces deux espaces vertacomicoriens.

La triple crise évoquée, associée au projet de téléphérique devant relier Grenoble à Villard de Lans, est une injonction à la création pour reprendre en main l’avenir du territoire et lui donner une vision commune souheités pour ne pas subir les effets grandissants des migrations d’agrément et d’un mésusage de ces espaces vécus. La création fait donc appel à la conception, à l’ingéniosié, à l’imaginaire, au sensible et à la nouveauté.

Alors face à ce constat, en quoi le triptyque Balcon/Via Vercors/les Bouchards offre des ressources créatives au territoire ?

Répondre à cette question suppose d’aborder les caractéristiques de ce territoire et le contexte dans lequel il s’inscrit.

Il s’agira donc dans un premier temps d’aborder la question des dynamiques déjà à l’oeuvre, puis celle des ressources physiques et humaines comme leviers de création dans ce territoire.

Un « déjà -là », socle de ressources créatives

Les ressources sont ce sur quoi peut s’appuyer un territoire et des acteurs pour fabriquer du territoire, qu’elles soient déjà révélées ou non. Le triptyque Balcon/Via Vercors/Les Bouchards (que nous appellerons « terrain » ou « triptyque ») recèle de nombreux projets qui ont transformé le territoire et peuvent constituer autant de leviers sur lesquels s’appuyer pour engager ces espaces vécus vers de nouvelles dynamiques.

Le premier site du Balcon de Villard résulte  -comme nous l’avons précisé dans la phase liminaire – d’infrastructures diverses destinées à l’exploitation du domaine skiable. Ce tourisme saisonnier, même en haute saison, ne permet pas de remplir les 850 logements à 100%, et le site n’est actif que quelques mois par an (comme nous avons pu le constater lorsque nous l’avons arpenté en avril), laissant le champ libre le reste de l’année pour réinvestir ces espaces et les détourner de leur fonction initiale si l’envie s’en présentait. Sur cet espace, de nombreux espaces sont à l’abandon, comme les terrains de tennis, mais aussi et surtout le cinéma actuellement en vente, les commerces dont celui dédié aux jeux vidéo… Ce « plein » rempli de vides est un support physique qui ne demande qu’à être réinvesti et rempli d’humain et d’initiatives ponctuelles et décalées, dans un espace mono – fonctionnel au rythme intense en période hivernale. Ces creux font place nette pour l’émergence de projets associatifs, culturels ou autres, et requalifier cette station.

Et face aux pratiques prédéterminées par le domaine skiable, des « dissidences » récréatives ont lieu, ne respectant plus les « horaires d’ouverture » de la station : ski de randonnée lorsque le domaine est fermé y compris la nuit, mais également du snowkite sur des prés non aménagés, du parapente…

Enfin, nombre de ces espaces sont à l’abandon, et leur réhabilitation ouvre la porte à de nouvelles formes de construction, de co -construction, avec des chantiers participatifs ou d’insertion, de la construction paille, l’emploi de matériaux locaux dont ceux issus du Vercors. Le tourisme et le Balcon de Villard constituent donc une première ressource pouvant générer de la créativité.

A l’inverse, le Hameau des Bouchards est un site habité par des résidents permanents mais également par des personnes ne résidant là que de façon ponctuelle, bien que propriétaires. Diverses pratiques professionnelles sont exercées par une ébéniste, une designer d’intérieur qui a transformé sa maison en lieu d’exposition… L’activité permanente du hameau, malgré sa très faible densité de population, un petit espace « plein », est en contre -pied du site du Balcon situé à quelques kilomètres. Le hameau comporte lui aussi un espace « intermittent » avec le Ski Club Valentinois, dont les locaux sont occupés partiellement, et qui accueille des jeunes surtout pendant les vacances scolaires.

Ainsi, ce site tout comme les pratiques « non marchandes » et habitantes du hameau contrebalancent avec les activités marchandes et touristiques du Balcon, et de cette dichotomie pourraient émerger de nouveaux support et de nouvelles dynamiques complémentaires, couplées ou non.

Les pratiques peuvent être hybridées, comme le suggérait Cécile Guicharel, en installant son projet de cabane pour accueillir lorsqu’elle le souhaite des passants ou backpackers aux valeurs partagées, en couplant cela à ses autres activités.

Note2_IMG3Le Balcon et les Bouchards sont reliés par la Via Vercors, voie verte intercommunale bien tracée et définie, promouvant des déplacements doux et accessibles à tous. Avec elle, une nouvelle forme de tourisme et de pratiques émerge, plus respectueuse de l’environnement, s’adressant aussi bien aux locaux qu’aux itinérants. Mais face à ce linéaire structuré, aménagé, nous avons pu constater lors de notre immersion que l’espace incite à sortir des sentiers battus, à faire un pas de coté et à explorer le territoire, pourquoi pas en itin -ér(r)ance. Ce parcours à l’avantage par ailleurs d’être relié à d’autres voies multimodales « douces » ou pédestres, comme la Grande Traversée du Vercors ou les chemins de petite et grande randonnées. Autant de connexions invitant à imaginer des parcours thématiques, des services, et à vivre et fréquenter ce territoire sur un autre rythme, plus lent, plus sensible et immersif.

Les ressources physiques et humaines du territoire

Lors de notre parcours, nous avons pu observer de nombreuses traces de pratiques révolues ou toujours actives, et spécifiques au territoire, tels que les murgers, la taille des arbres et la coupe des bois, les aménagements personnels relatifs à des activités dédiées… autant de signaux faibles qui sont activables à tout moment, autour de projets patrimoniaux, éducatifs, de réhabilitation, ou bien comme suggestion pour interroger indirectement les visiteurs curieux, support alors de rencontre et d’échanges avec les locaux, offrant également une lecture du paysage et des activités autochtones. Autant d’éléments invitant à découvrir le territoire par soi -même, à changer de regard et d’approche sur un territoire dépendant de pratiques touristiques marchandes et laissant jusqu’alors peu de place au sensible et à l’imaginaire ou la divagation. Habiter le territoire – y compris en visiteur–, c’est s’y connecter, l’éprouver, et une lecture personnelle y contribuer fortement.

Note4_IMG5

La nature, par ses volumes, ses espaces cultivés, forestiers, pâturages, préservés (Réserve des Hauts Plateaux, Parc Naturel Régional du Vercors) est une invitation à une approche différente des lieux, par l’expérience, l’expérimentation et une fois de plus le sensible, l’éducation (à l’écologie, aux pratiques agricoles…), mais aussi au bien -être et la santé, axe sur lequel le PNR du Vercors a orienté son image, comme beaucoup d’autres, et aux pratiques éphémères respectueuses des lieux (land art, développement personnel…). Ce rapport à la nature est facilité par la Via Vercors et les modes de déplacement doux.

L’eau, cet élément vital fuyant et imperceptible si l’on n’y prête pas attention, constitue un élément patrimonial, par la gestion qu’il requiert, les problèmes qu’il pose, et le rapport des locaux avec lui, notamment dans un massif karstique comme le Vercors. Il constitue une ressource autour de laquelle créer des imaginaires, communiquer, mais aussi écouter tant son chant se fait rare compte -tenu de sa fugacité.

Les acteurs sont l’autre ressource fondamentale du territoire sur laquelle s’appuyer. Résultant d’une construction, le territoire ne peut exister sans ceux qui le pensent et qui le font, le défont et le refont. Qu’ils soient politiques, techniciens, associatifs, entrepreneurs privés et habitants, les projets individuels ou collectifs comme évoqués antérieurement existent bel et bien grâce à ces personnes, à leur mise en dialogue et à leur projection future, personnelle et territoriale.

Si le PNR est un acteur clé, il constitue une aide financière, et technique et de médiation pour aborder des projets territoriaux et les relayer.

Les exploitants privés du Balcon et du domaine skiable de Villard de Lans sont également des personnes sur lesquelles s’appuyer et avec lesquelles compter inévitablement pour mettre en œuvre de véritables projets territoriaux et pour qu’ils soient appropriés.

La communauté de communes, les associations de commerçants, l’agence ORPI, sont autant d’acteurs qui doivent être mobilisés pour mettre en œuvre un projet territorial.

Les habitants permanents ont plus que jamais leur place dans les débats territoriaux. Pratiquant le territoire au quotidien, le « cultivant » et entretenant sa mémoire, désireux d’une qualité de vie spécifique, nécessitant des services ou besoins particuliers, porteurs de projets, et du territoire.

La nature ne doit pas être oubliée, jouant son rôle d’actant, elle a toute sa place dans un discours territorial, support elle -même de créativité.

Les acteurs -actants sont une ressource, et c’est de leur coordination, dialogue et mode de gouvernance que naîtront des projets créatifs partagés pour le territoire Balcon/Via Vercors/Bouchards. Ils sont les instigateurs même des projets et démarches créatives.

En conclusion, tous les éléments cités, constitutifs d’autant de ressources, soulignent la place qui revient aux paradoxes territoriaux, devant être considérés comme les véritables ressorts générateurs de création et de territoire.

Qu’il s’agisse d’acteurs privés/publics/habitants, des vides et des pleins, du visible et de l’invisible, des indices et des usages, de la station/hors station, des expériences personnelles ou collectives, du sensible et de la mise en scène, de la saison/hors saison, de la fixité/fluidité, du permanent et de l’éphémère… tous ces contrastes se révèlent comme autant de pôles, ressources créatives en eux mêmes, mais surtout laissant apparaître des interstices, véritables moteurs et leviers de création, d’hybridité, permettant d’imaginer de nouvelles pratiques et de nouveaux rythmes, entre flux et mobilité, générant de la modularité et de la polyvalence. .

La création émerge de l’existant, de l’absent, et tous les paradoxes cités et qui peuvent être connectés et imaginés. Sur ce territoire tripartite relié. De leurs différences émerge déjà une cohésion par les liens que l’on y voit, et ceux que l’on pressent.

Autant de sources pour recomposer et penser ce territoire tant sur les aspects culturels que naturels, culturels et économiques, spatio -temporels pour dépasser les formes touristiques présentes sans pour autant les faire disparaître.

Tous ces entre -deux, et ces formes « plus complètes » déjà existantes laissent entrevoir l’émergence et les possibilité d’émergence de projets et d’initiatives créatives pour s’adapter aux contraintes à venir, en offrant une qualité d’activités ou en les suggérant seulement, (avec l’itinérance, l’expérientiel), en dépassant les aspects marchands du tourisme actuel, en revalorisant les activités agricoles et artisanales… et saisir les clés du territoire pour ne pas être dépassé par les incertitudes et crises futures.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.