Habiter la Montagne : présentation des enseignants

Professeurs référents : Emmanuel Roux, Rémi Lefur, Institut de Géographie Alpine

L’atelier Innovation et Territoires de Montagne (ITEM) s’inscrit dans le cadre d’une commande formulée par le Laboratoire d’Excellence ITEM, dans lequel sept laboratoires sont représentés. Ces derniers forment une équipe de chercheurs  pluridisciplinaires interpellés par des problématiques environnementales et territoriales, tout en cherchant à apporter  un regard innovant sur les territoires  montagnards. Pour cela, le Labex est structuré  selon trois Work Package, appelés plus couramment WP et c’est dans la transversalité de ces trois WP que les étudiants de Master 1 et 2 de l’Institut de Géographie Alpine interviennent.

Le projet ITEM se situe à la croisée de problématiques territoriales complexes. En effet, tandis que les politiques sont préoccupées  par le phénomène  d’étalement urbain, celui-ci demeure  toujours présent. Il est entendu, à travers les termes d’étalement urbain ou de périurbanisation, une avancée de l’urbain sur le rural. Cela a pour conséquences l’artificialisation des sols, l’augmentation des gaz à effet de serre, etc. entrainant de ce fait un changement des dynamiques territoriales  et des activités observées jusqu’alors. Ce constat soulève les interrogations suivantes : Quel est le rôle à jouer pour la métropole  face à cet étalement progressif de l’urbain sur le rural ? Peut-on traiter de façon distincte la métropole de ce qui l’entoure ?

Au sein de ce projet, ce sont les déplacements des centres urbains vers les territoires  montagnards qui sont les plus particulièrement étudiés.

L’hypothèse initiale consiste à énoncer qu’habiter dans les montagnes aux alentours de Grenoble est une manière de faire la métropole grenobloise, souvent appelée « métropole alpine ». Pour exemple, l’élargissement de la Metro à la commune de Chamrousse est un sujet en cours de discussion quant à son intégration dans la communauté d’agglomération élargie. Ceci traduisant bien la volonté de ne pas cantonner la métropole grenobloise à sa plaine, mais en intégrant de toute  part les territoires  de montagne. Mieux connaitre les territoires  montagnards qui bordent l’agglomération permet de comprendre  quels enjeux endogènes et exogènes sont présents. Le questionnement : « Que se passe-t-il au sein même des territoires? (Quelles spécificités  ? Quels acteurs ? Quelles actions ? Quels projets ?) » est ici confronté à une seconde interrogation qui constituera le fil conducteur de cette étude : « quelles sont les représentations, les motivations, les aspirations des futurs arrivants sur ces territoires  ? ». Cette  mise en perspective a pour but de mieux appréhender les enjeux de ces territoires, en insistant davantage sur la vision des futurs habitants ayant un nouveau point de vue dû à leur inexpérience du lieu.

C’est aux abords de la Metro, territoire  de plus de 400 000 habitants, où les enjeux démographiques et économiques sont forts, que le travail va se réaliser. L’essor économique et démographique se traduit en effet par une augmentation progressive de l’habitat en plaine mais aussi sur les reliefs. En effet, nous faisons l’hypothèse qu’il y a toujours plus d’arrivées que de départ sur les versants. Ainsi, c’est au cœur des sept massifs les plus proches de la métropole : Chartreuse, Vercors, Trièves, Matheysine, Taillefer, Oisans et Belledonne, que nous allons essayer de comprendre  quelles sont les représentations  de ces territoires  dans l’esprit des futurs habitants.

Les objectifs de cette étude sont de s’interroger et de parvenir à innover sur des méthodes de recherche conventionnelles et interdisciplinaires, en co-construction avec les différentes catégories d’acteurs.

Démarches de travail

L’atelier a pour vocation d’étudier les motivations, représentations  et pratiques des acteurs qui choisissent d’habiter la montagne. Dans le cas de la métropole  grenobloise, il s’agit  de connaitre plus spécifiquement les facteurs incitant de nouvelles personnes à habiter la montagne.

L’analyse du discours de ces nouveaux habitants permettra  d’identifier ces facteurs à travers un questionne- ment comprenant :

  • Les particularités de la montagne évoquées
  • Les atouts et les contraintes du territoire présentés
  • Les critères d’installation retenus par les futurs habitants
  • Ce qui est dit, et n’est pas dit
  • L’idéalisation de ce milieu quant à ceux qui souhaitent s’y installer
  • L’évolution de l’opinion portée sur les territoires montagnards

Dans cette  perspective il convient de mettre  en place et tester différentes méthodologies. Cette  première phase s’appuiera d’une part sur une méthode pour trouver et contacter les acteurs projetant de venir habiter la montagne et d’autre part sur la procédure d’enquête. L’étape suivante portera  sur la réalisation d’entretiens semi-directifs en face à face ou par téléphone, suivi de leur retranscription  et leur analyse. La dernière phase consistera à amener un regard critique sur la méthodologie utilisée, notamment sur ses atouts et ses faiblesses, dans l’optique de la rendre plus pertinente.

L’objectif de l’atelier est d’obtenir un panel permettant  d’appréhender les motivations qui incitent à habiter en montagne. Compte tenu de l’incertitude concernant la faisabilité et l’opérabilité de la méthode ainsi que les différents obstacles susceptibles d’être rencontrés, le nombre d’entretiens à réaliser ainsi que l’échantillonnage des enquêtes n’est pas fixé.

 Méthodologie

 Organisation générale

Les quinze étudiants mobilisés dans le cadre de cet atelier se réunissent tous les vendredis afin de mener à bien leur mission. Cependant les neuf étudiants de master 2 sont amenés à s’impliquer tout  au long de la semaine. Deux coordinateurs  chapotent l’organisation générale de l’atelier, qui varie chaque semaine selon les différentes tâches à accomplir.

Pour une communication optimale entre les membres de l’atelier, mais également avec les professeurs encadrants ainsi que les commanditaires, des outils numériques ont été créés.

Aussi, une plateforme d’échange, faisant partie des livrables, a été créée. Elle permettra  aux commanditaires de disposer des documents  travaillés par les étudiants, ceux-ci seront  classés dans plusieurs dossiers.

Etapes  de travail

Suite à la première rencontre , les étudiants de l’atelier ont fait un point afin de clarifier la demande qui a été formulée. Il est alors apparu nécessaire de définir les termes  du sujet dans le but de délimiter un terrain  d’étude pertinent  dans sa composition mais également dans sa faisabilité. A partir de là, une base de contacts par massif a été créée  afin de lister tous les acteurs  susceptibles d’être interpellés et  de nous apporter  des informations sur les nouveaux arrivants. Ces acteurs sont considérés ici comme des « acteurs relais » (exemples : mairies, agences immobilières, campings etc.). ils permettront de faire le lien avec les futurs arrivants. Cette  base sera complétée au fur et à mesure de l’avancement de l’atelier. Afin d’assurer une certaine visibilité et crédibilité auprès des acteurs contactés, un site internet est en cours de création. Celui-ci se fera en partie connaitre grâce à des flyers qui seront distribués dans des structures  clés.

Pour chaque interlocuteur, une méthode de prise de contact sera spécifiquement définie et testée. L’ensemble des méthodes et des résultats sera décrit dans le cahier méthodologique, qui constitue l’un des livrables. La réussite ou non des méthodes déterminera le nombre d’entretiens et conditionnera leur analyse.

Afin de mener à bien le travail d’enquête, il est prévu d’investir le terrain d’étude pour réaliser une première prise de contact avec des acteurs incontournables dans la recherche des futurs habitants.

Définitions des termes

Les termes « habiter », « nouveaux habitants » et « montagne », paraissent indispensables à définir en amont de l’étude, afin de bien s’entendre sur la signification retenue.

Inspiré de la définition de l’atelier Terrhab  2012-2013, nous retenons  qu’habiter un lieu, c’est y vivre, c’est le domicile, le  lieu d’habitation qui est évoqué ici. Ce premier axe fait largement référence à l’intimité. Mais habiter, c’est aussi se trouver dans un milieu que l’on marque de son emprunte, de ses pratiques. Le milieu n’est porteur de sens que dans la mesure où il fait référence à des pratiques.

Dans cette appropriation des lieux, la notion de représentation  est très déterminante. Ces représentations  sont conditionnées par les pratiques antérieures, les trajectoires  de vie, ce sont elles qui rendent  les lieux attractifs pour les uns et répulsifs pour les autres. Ces pratiques sont l’occasion d’interfaces, de relations avec les lieux mais aussi avec les autres pratiquants de l’espace.

Habiter comprend donc plusieurs dimensions que sont : le domicile, les pratiques les relations avec l’extérieur, le milieu, ainsi que les représentations  du milieu.

Afin de compléter  cette  définition,  il apparaît nécessaire de définir ce qui est considéré  comme étant  un «nouvel habitant » :

– Un acteur de 16 ans ou plus ayant un projet d’habiter la montagne dans un futur proche.

Etant donné les nombreux cas particuliers qui sont susceptibles de répondre  aux entretiens,  avec leur propre histoire, leur propre  trajectoire  de vie, ainsi que la difficulté à trouver  de nouveaux habitants, les critères  de sélection seront adaptés à chaque individu, pour déterminer s’ils sont retenus pour l’étude.

Enfin, concernant la montagne, Bernard Debarbieux la définit dans un article pour l’Observatoire des Territoires, comme « une forme de relief saillante caractérisée par des altitudes, des formes et des volumes qui font l’objet de conventions variables selon les contextes  ». Ce type d’espace s’identifie également par plusieurs spécificités comme la forte présence de milieux naturels, d’activités agricoles, mais aussi par des contraintes  climatiques, physiques et naturelles. De même, certaines communes se situent en « zone de montagne ».

En effet, comme  l’explique une directive de la Communauté  économique  européenne  en 1975, ces zones comprennent « des communes ou des parties de communes caractérisées par une altitude minimum de 700 m. ». Cependant, la montagne n’est pas une simple entité, mesurable à la lumière de délimitations administratives ou bien compte tenu de l’altitude de ces territoires  constitutifs. Le travail proposé par le Labex Item demande de travailler sur le discours des habitants.

La montagne peut donc être présente où elle n’est pas attendue, de ce fait, un territoire  pourra être qualifié de montagnard si les individus se le représentent comme tel.

Délimitation du terrain d’étude

Le territoire  d’étude s’étend ainsi sur sept massifs montagneux qui entourent  la métropole grenobloise soit le Vercors, Belledonne, la Chartreuse,  l’Oisans, le Taillefer, la Matheysine, ainsi que le Trièves. La complexité de celui-ci se retrouve  dans la superposition de deux échelles. Tout d’abord, la zone géographique de provenance des nouveaux habitants n’est pas limitée. Les « néo-montagnards » peuvent provenir de France, d’Europe ou du monde. Cependant, la zone géographique de destination, c’est à dire la commune où les futurs habitants projettent  de s’installer, doit correspondre à une commune de montagne de la périphérie grenobloise. Le terrain d’étude correspond  donc la zone géographique de destination.

Partant des différents éléments de définition des notions clés de l’atelier, l’équipe a choisi de délimiter le terrain d’étude selon deux critères :

La classification de la DDT Isère 2007 concernant la loi montagne

Le classement de la DDT Isère des communes montagnardes et partiellement montagnardes s’appuie sur la définition donnée par l’article 3 de la loi montagne du 9 janvier 1985 : « Les zones de montagne se caractérisent  par des handicaps significatifs entraînant des conditions de vie plus difficiles et restreignant l’exercice de certaines activités économiques […] ».

Ces handicaps liés à l’altitude, au climat ainsi qu’à la pente, contraignent l’utilisation des terres  et augmentent les coûts des différents travaux. Une note de handicap est calculée et doit être supérieure à deux pour que le territoire  soit classé en zone de montagne, ce qui représente  une altitude minimale de 700 m et/ou des pentes de plus de 20% sur au moins 80% du territoire à classer. Dans le cas particulier d’une commune ne répondant pas à ces critères mais dont l’économie est étroitement  liée à celle d’une commune limitrophe classée en zone de montagne, un « classement de cohérence » peut être effectué.

Cette  notion  de  commune  de  montagne, vue sous cet angle économique, permet  de ne pas restreindre notre  terrain  d’étude. Afin de garder une cohérence face à ce que nous connaissons de la montagne, nous nous laissons toutefois la possibilité de vérifier au cas par cas, s’il s’agit  d’une zone à prendre  en considération ou non.

La délimitation supplémentaire fixée  par l’atelier :

Dans  un  souci  de  faisabilité et   d’efficacité de l’enquête, nous  avons choisi de  borner  le terrain d’étude   par   le   découpage   administratif  qu’est le  département,  plus  les  communes  limitrophes à  celui-ci. En effet  bien  qu’aux extrêmes   limites du département  les communes puissent subir l’influence d’autres  métropoles   (notamment Chambéry au nord), les habitants doivent réaliser un ensemble de  démarches administratives auprès de leur département  de résidence  (allocations, aides, cartes grises, démarches juridiques, éducation, vote).

Si   une   attention   particulière   sera   portée    sur les migrations des habitants de l’agglomération grenobloise vers les communes montagnardes iséroises, notre  étude concernera  les nouveaux habitants de toute provenance.

Afin de clarifier le terrain  d’étude des communes de destinations retenues, l’atelier a réalisé la carte suivante :

carte2


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.