Pluridisciplinarité, transdisciplinarité, interdisciplinarité pour une prospective au service des territoires

Auteure : Aline Delater, étudiante du Master 2 Ingénierie du Développement Territorial. Travail réalisé dans le cadre de l’atelier inter-master « Métropolisation et territoires de montagne« .

Contexte et cadre

Se professionnaliser dans la pluridisciplinarité  

C’est au sein d’un exercice inter-master qu’un travail de prospective sur les liens ville/montagne a été réalisé. Ces travaux ont été effectués dans le cadre des Ateliers propres au Master Ingénierie en Développement Territorial (IDT) qui, pour la toute première fois a réuni quatre Masters[1] issus de deux disciplines phares dans le développement territorial : le droit et la géographie/aménagement du territoire.

Ces Ateliers d’IDT sont un travail collectif d’étudiants se déroulant sur 6 mois et s’appuyant sur une équipe pédagogique d’enseignants-chercheurs avec une commande passée par un partenaire et la mobilisation de la Junior Entreprise « idées territoires »[2].

Cet exercice professionnalisant permet aux étudiants dans le cadre de leurs Masters 1 et 2 de réaliser des travaux en situation et des commandes issues de professionnels. Après une phase de reformulation de la commande initiale, l’équipe fixe les objectifs et les produits finaux à livrer, propose la méthode d’investigation, de traitement et de restitution des données. Enfin, des séances de présentation du travail au nombre de deux ponctuent l’ensemble de l’Atelier. Atelier qui est par ailleurs suivi par une période de valorisation ayant pour objectif de produire des livrables à la demande du ou des commanditaires.[3]

Questionner la relation ville/montagne par l’étude de cas de la Métropole grenobloise et des massifs de Chartreuse, Belledonne et du Vercors : « L’Atelier Métropole et territoires de montagne »

L’Atelier Métropole et territoires de montagne s’inscrit dans le cadre d’une commande formulée par le Laboratoire d’Excellence Innovation et Territoire de Montagne (Labex ITEM). Ce dernier rassemble une équipe pluridisciplinaire de chercheurs en Sciences Humaines et Sociales, « sa vocation est d’apporter aux territoires de montagne la capacité d’analyse et d’expertise qu’appellent les différentes formes de changement auxquelles ils sont confrontés »[4]. La Labex ITEM situe son action dans la réflexion selon laquelle la montagne amplifie les changements et les enjeux associés à ces mutations globales qui représentent un défi pour les territoires du 21è siècle[5].

Par ailleurs ces changements se structurent autour de deux axes que sont les mutations socio-économiques globales telles que l’urbanisation, l’accroissement des mobilités, les modifications des usages du sol ou encore des pratiques touristiques ainsi que les bouleversements environnementaux à l’échelle planétaire. Localement, ces derniers impactent sur les ressources ou encore le paysage. Or c’est bien en termes de développement territorial que se situent les enjeux issus de ces bouleversements.

Ainsi, dans le cadre de son projet et fort de son expérience pluridisciplinaire qui est la raison même de son existence puisqu’ il s’agit de l’association de plusieurs laboratoires scientifiques, le Labex a été porteur de cet Atelier inter-master sur la question des relations, des liens et de l’interdépendance entre les deux systèmes que sont d’une part la ville (représentée par la Métropole grenobloise) et d’autre part la montagne (représentée par les massifs de Belledonne, Chartreuse et du Vercors). En effet les territoires de montagne représentent pour le Labex ITEM « des terrains-laboratoires de premier plan pour observer, analyser des phénomènes, des situations en cours, et expérimenter des solutions ou des propositions dans une co-construction avec les différentes catégories d’acteurs »[6]. En bref, le Labex ITEM cherche à évaluer la résilience des territoires de montagne afin d’élaborer des outils innovants en termes de développement territorial et de gestion durable.

Les territoires sur lesquels se basent cette étude semblent de fait propices pour porter une réflexion sur cette résilience des territoires de montagne face aux changements sociétaux et environnementaux étant donné la vitesse des mutations en termes de développement et d’aménagement du territoire sur ces massifs ainsi qu’au sein de l’aire urbaine grenobloise. Ces mutations sont par ailleurs appuyées par le fait que cette dernière vient d’accéder au statut de Métropole en janvier 2015. Ainsi les Parcs naturels régionaux du Vercors et de Chartreuse et l’Association Espace Belledonne ont souhaités s’associer à ce travail de recherche puisqu’ils sont directement concernés par les résultats qui en découlent.

Un système d’étude à la croisée des montagnes :

L’aire métropolitaine grenobloise est enchâssée aux pieds de trois massifs montagneux, Belledonne, Chartreuse et Vercors, s’élevant entre 2000 et 3000 mètres d’altitude. Les reliefs sont présents dans l’agglomération et les montagnes constituent un paysage de référence partout dans la ville.[7]

Au Sud-ouest, le massif subalpin du Vercors présente un abrupt surplombant l’aire urbaine au dessus duquel s’étend un vaste plateau intermédiaire à environ 1000 mètres d’altitude. Ce massif calcaire culmine à 2453 mètres d’altitude au Rocher Rond et s’élève le long de la vallée de l’Isère entre Grenoble au Nord et Valence au Sud. A cheval entre le département de l’Isère et de la Drôme il est délimité à l’Est par le col de Lus-la-Croix-Haute et au Sud par Die.

Au Nord de l’agglomération, le massif subalpin de Chartreuse fait face à Belledonne par un imposant abrupt qui s’élève entre Grenoble au Sud, Chambéry au Nord, la vallée du Grésivaudan à l’Est et le Voironnais à l’Ouest. Son sommet culmine à Chamechaude à 2082 mètres d’altitude. Les reliefs du massif de Chartreuse sont très proches physiquement du cœur d’agglomération sur son versant Sud. En effet la Bastille qui représente une attraction touristique forte est située sur les derniers contreforts de Chartreuse.

Enfin, au Sud-est de l’agglomération, le massif de Belledonne s’élève du Nord au Sud entre Chambéry et Grenoble et le long de la vallée du Grésivaudan à l’Ouest. Il est délimité à l’Est par la vallée de la Romanche et le massif des Grandes Rousses. A cheval entre les départements de l’Isère et de la Savoie il culmine à près de 3000 mètres d’altitude au Grand Pic.

Le continuum formé par l’axe Valence, Grenoble, Chambéry représente la partie Sud du sillon alpin qui se poursuit jusqu’à Genève. Ce dernier est caractérisé par un maillage dense le long des vallées. La topographie singulière dans laquelle s’insère l’agglomération grenobloise, au cœur du sillon alpin, conditionne et accentue les problèmes liés à la pression urbaine. En effet, l’aire urbaine grenobloise a connu un fort développement économique et démographique entre les années 1980 et 2000 qui a eu pour effet direct la densification et l’extension du tissu urbain dans les fonds de vallée notamment. Par ailleurs on note une disproportion entre l’augmentation de l’espace urbanisé et des infrastructures face à la croissance démographique. En effet l’espace urbanisé de la Région Urbaine Grenobloise (RUG) a augmenté de 88% entre 1975 et 2000 alors que la population n’a accru que de 18%[8]: « 1700 personnes quittent chaque année l’agglomération centrale quand 2500 personnes arrivent dans le périurbain»[9]. Ce processus de « péri- urbanisation » croissante associé au départ du cœur de l’agglomération, entraine de fait de nouvelles formes d’urbanisations en « périphérie » de cette dernière. On observe notamment un développement des infrastructures et des habitations sur les piémonts et sur le bas des pentes et contreforts des massifs. Par ailleurs, certains villages au cœur des massifs, sur les plateaux intermédiaires connaissent un attrait grandissant et un accroissement de leur population.

Une problématique questionnant les relations ville-montagne :

L’espace d’étude est un système global réunissant des espaces/territoires aux caractères structurels et fonctionnels différents, complémentaires qui peuvent parfois sembler s’opposer. Ces espaces, loin d’être cloisonnés semblent dans le cadre de la réflexion portée par l’Atelier être une imbrication de dynamiques dans un espace aux contours mouvants et variés, voir différents en fonction du prisme par lequel ont les observe  (institutionnel, politique, culturel, géologique etc.).

Ainsi, dans le cadre des mutations actuelles liées d’une part, aux nouvelles représentations des espaces naturels de montagne, et d’autre part, aux évolutions du cadre juridique de l’action territoriale, l’étude a eu pour objet d’étudier les liens et les relations d’interdépendances existantes et potentielles entre ces espaces aux caractères structurels et fonctionnels différents. Les recherches ont permis de qualifier et de quantifier ces liens selon une typologie les regroupant en trois catégories (institutionnel et juridique/ politique et relationnel/ vécu et perçu), or la question de leur évolution et donc de leur mise en prospective a permis de les questionner, mais surtout « d’ouvrir un espace de débat pour les acteurs territoriaux »[10] et enfin d’ouvrir à ce travail inter-master la possibilité de produire de l’interdisciplinarité.

Vers l’association du droit et de l’aménagement du territoire pour questionner les dynamiques spatiales : « Croiser les disciplines, croiser les arts »[11]

Vers la transdisciplinarité : un nouveau moteur

L’association du droit et de l’aménagement du territoire autour d’un objet d’étude associé au développement territorial a permis une approche plurielle de ce dernier et donc une certaine richesse dans la réflexion produite. Enfin ce contexte a été favorable à une relative innovation dans le cadre des scénarios de prospective et des priorités d’actions stratégiques associées, proposés à l’issu du travail.

La complémentarité, la juxtaposition et la différence des regards et des méthodes de travail ainsi que les individualités ont permis d’approcher et de traiter cet objet d’étude de façon singulière. En effet, si la pluridisciplinarité a pour définition la juxtaposition des différents regards dans l’objectif de faire coïncider différentes disciplines sur le même objet d’étude[12] cela résume la première phase de travail de l’Atelier. Durant cette phase, les étudiants ont été confrontés à la définition et à la compréhension des termes du sujet. En cela l’approche pluridisciplinaire s’est suffi à elle-même, en revanche, concernant la phase de définition de la méthode de travail globale et sa réalisation qui passait dans un premier temps par une phase de récolte des données de terrain il a été nécessaire de dépasser cette « simple » juxtaposition des regards.

Ainsi l’équipe a pris conscience dans une seconde phase de travail de l’enrichissement qu’apportaient le dialogue et l’échange entre les disciplines pour nourrir la réflexion générale. Cet échange a constitué alors un nouveau moteur, une nouvelle composante productrice de réflexion et faisant partie intégrante de l’équipe. A ce stade c’est une véritable démarche consciente de recherche interdisciplinaire qui a été mis en place au cœur de l’équipe.[13]

Schéma des différentes phases de travail de l’équipe de l’Atelier Métropole et Territoires de montagne
Schéma des différentes phases de travail de l’équipe de l’Atelier Métropole et Territoires de montagne

En bref, si la juxtaposition des différents prismes d’analyses issues des deux disciplines respectives a rendu cette approche pluridisciplinaire, le croisement et la confrontation des différents regards  par l’organisation d’une interaction permanente entre juristes et géographes dans l’objectif de répondre à une problématique commune, a rendu notre approche interdisciplinaire. Enfin la réalisation d’une prospective territoriale n’appartenant à aucune discipline mais permettant de travailler autour d’objets spécifiques de façon à répondre à des objectifs communs a véritablement impulsée une démarche transdisciplinaire[14].

Quand la différence nourrit la réflexion :

Toute discipline est fondée sur un ensemble de règles, de normes et de protocoles. Elle possède son propre appareil de connaissances, sa sémantique, son vocabulaire et son champ d’activité. Les méthodologies, les moyens et les outils peuvent donc différer selon les disciplines. De ce fait l’objectif de cet Atelier a tout d’abord été de réussir à travailler ensemble et d’aller au-delà du travail pluridisciplinaire qui comporte le risque de morceler l’approche et l’étude du sujet.

En effet, une réflexion sur un langage commun, une méthodologie commune et une compréhension croisée du sujet afin de pouvoir travailler de façon interdisciplinaire a été portée. Cette nécessité est apparue dès la première phase de travail lorsqu’il s’agissait de procéder à la reformulation du sujet et dans le même temps de confronter notre compréhension du sujet et de ses termes. Ainsi, à la définition de la notion de « montagne » ou de « territoire de montagne » il est apparu que le droit comme la géographie avaient une vision propre et différente.

Par ailleurs concernant la forme des rendus, le droit et l’aménagement du territoire (géographie) ont des « habitudes » très différentes. Les étudiants juristes ont été confronté à dépasser la forme traditionnelle de « la dissertation en deux parties deux sous-parties ». En effet, pour les étudiants aménageurs, au-delà de la traditionnelle carte, les résultats et rendus prennent de multiples formes : tableaux statistiques, textes scientifiques, schémas, chorèmes etc. Ces rendus sont généralement visuels car ils sont destinés à une communication à destination d’un public souvent extérieur à la discipline (élus, techniciens etc…).

Enfin, en terme de méthodologie, lorsque la géographie suis la démarche suivante :

metho_geo

Le droit suit plutôt celle-ci :

metho_droit

Ainsi une période d’adaptation a été suivie de la mise en place d’une véritable méthodologie de travail au service de l’interdisciplinarité, car au final l’objectif poursuivi de part et d’autre semble bien commun : produire de l’ingénierie au service de la décision et de l’action territoriale, ce qui représente le cœur du sujet de l’Atelier. 

Favoriser l’échange des compétences : moyens mis en œuvre

L’équipe a mobilisé dès le départ différents outils et a mis en place différentes méthodes pour favoriser l’interdisciplinarité, optimiser l’échange, le dialogue et l’interaction entre les disciplines.

  1. Un tableau de compétence a été réalisé avec pour objectif de cibler et de faire le point sur les motivations, les connaissances et les compétences de chacun. Cet outil nous a permis une optimisation dans l’organisation et la répartition du travail, tout en respectant les envies de chaque membre de l’équipe.
  2. De même, un carnet de bord a été rempli tout au long de l’Atelier. Ce dernier relate les objectifs de la journée, le travail accompli, ainsi que les points positifs et négatifs de chaque réunion, permettant à tous de s’y référer et de suivre le fil du travail.
  3. D’autres méthodes ont été mises en place tout au long de la réalisation du projet. Des réunions de travail avaient lieu tous les vendredis, réunissant juristes et géographes. Lors de ces réunions étaient fait chaque matin et soir un focus groupe permettant d’échanger tous ensemble sur les objectifs de la journée et de la semaine. Lors du focus du soir, un temps était dédié à l’échange sur les ressentis et les volontés de chacun pour la suite du travail.

    Séminaire sur la question de l’entrée paysagère, organisé par l’équipe, animée par un géographe et un juriste. Intervenants : M. Serges GROS (Conseil Architecture Urbanisme et de l'Environnement), Mme Agnès DABURON (Conseil de l'Architecture Urbanisme et de l'Environnement), Benoît PARENT (Agence d'urbanisme de Grenoble).
    Séminaire sur la question de l’entrée paysagère, organisé par l’équipe, animée par un géographe et un juriste. Intervenants : M. Serges GROS (Conseil Architecture Urbanisme et de l’Environnement), Mme Agnès DABURON (Conseil de l’Architecture Urbanisme et de l’Environnement), Benoît PARENT (Agence d’urbanisme de Grenoble).
  4. Il a été par ailleurs établi une règle suivant laquelle toutes les tâches devaient être réalisées en équipe mixte, que ce soit pour la récolte des données de terrain ou encore la rédaction des travaux. Par exemple chaque entretien a été réalisé par un binôme réunissant un juriste et un géographe. Certains travaux seulement ont été réalisés de façon distincte par discipline et dans ce cas, la relecture de la production était automatiquement faite par des étudiants des deux disciplines.

Ce fonctionnement a permis une véritable confrontation des disciplines tant sur la mise en place de la méthode de travail générale, sur la récolte des données, mais aussi sur l’analyse de ces dernières ou encore la réalisation des résultats finaux.

De la pluridisciplinarité à la transdisciplinarité

Comme nous l’avons vu, la confrontation des disciplines n’est pas naturelle à priori et nécessite un temps d’adaptation et surtout la mise en place de stratégies spécifiques en ce sens. Après avoir observé que la confrontation des points de vus ne permettait pas l’enrichissement mutuel lors de la phase de reformulation, il est apparu nécessaire de porter une réflexion sur des définitions communes, et plus généralement sur des méthodes de travail et d’échange communes. La mise en place des différents outils et méthodes de travail présentés précédemment, ainsi que le temps d’adaptation qui a été nécessaire, ont permis d’enrichir considérablement l’apport de l’étude dans le cadre de cette commande.

En effet, une fois l’organisation de l’équipe et du travail cadrée, l’expérience d’une équipe pluridisciplinaire s’est avérée très positive. L’interaction continuelle pensée et voulue entre les géographes et les juristes, ainsi que la diversité des parcours (des connaissances, des compétences pratiques et théoriques…) et des caractères individuels a permis un travail efficace et mutuellement enrichissant.

Un premier temps d’adaptation d’environs 3 ou 4 semaines a été à l’origine d’un travail pluridisciplinaire où les compétences issues des différents masters se sont juxtaposées de façon complémentaire.

Puis, dans un second temps nous avons (grâce à une méthode de travail clairement définie et à des outils) pu entamer un travail interdisciplinaire. A ce niveau, c’est un véritable échange entre les disciplines qui a pu voir le jour permettant une imbrication du droit et de la géographie. De part et d’autre nous avons été initiés à des méthodes de travail nouvelles mais aussi à de nouveaux concepts issus des deux disciplines. Les étudiants géographes ont pu acquérir des connaissances juridiques tandis que les juristes on été initié à la méthodologie des entretiens et à l’analyse de données de terrains. C’est autant un apport en terme de savoir faire (techniques d’enquêtes, de cartographie,  animation de réunion, analyse de textes et documents juridiques, analyse de questionnaires, réalisation d’entretiens, outils informatiques, gestion de base de données) que de savoir-être qui a vu le jour.

Enfin, l’aboutissement de ce travail conjoint résulte selon nous dans le travail de prospective par la création de scénarios. La prospective a permis de mettre en place une véritable transdisciplinarité du droit et de la géographie dans le sens où la réflexion se portait sur la méthode prospectiviste en tant qu’objet et non plus en terme de discipline et de savoir en tant que tel. Par ailleurs dans le cadre de la problématique sur laquelle travaillait l’Atelier la réalisation de trois scénarios prospectivistes permet de questionner véritablement les volontés sur le devenir de ces territoires pour eux même et dans le cadre de l’interrelation avec le territoire voisin. En effet la présentation des scénarios aux Parcs naturels régionaux et à l’Espace Belledonne lors de la restitution finale permet de questionner les scénarios faisant écho avec ce qui est pressenti localement  « comme phénomènes émergents et évolutions probables ? »[15] . Effectivement, les scénarios « proposés » « questionnent plus qu’ils n’affirment. Ils ouvrent un espace de débat pour les acteurs territoriaux »[16] comme l’expriment les prospectivistes du projet de la Datar « Territoire 2040 ».

Pour conclure, un élément semble important à souligner dans le cadre de ce travail : l’existence certaine d’une véritable plasticité des territoires et donc d’une capacité de résilience (notamment des territoires de montagne). En revanche cette adaptation des territoires semble devoir prendre en compte la nécessité de « résilience des représentations » individuelles et collectives sur les espaces, sur les territoires et sur leurs relations. Il semblerait en effet que ce soit au travers d’un changement de « représentations » associées aux espaces et aux territoires qu’une certaine « mutation » si ce n’est une « évolution » offre la possibilité de rebondir sur les changements auxquels ils sont confrontés. [17]

[1] Master Ingénierie du Développement Territorial (9 étudiants, 4 de master 2 et 5 de master 1), Master Droit de la Montagne (3 étudiants de master 2, Université de Grenoble), Master Droit des Collectivités Territoriales ( 4 étudiants de master 2, Université de Chambéry), Master Administration et Droit de l’Action publique (3 étudiants de master 2, Université de Grenoble)

[2] Cadrage Ateliers IDT 2014-2015, Université Joseph Fourrier, Institut de Géographie Alpine, Grenoble

[3] Cadrage Ateliers IDT 2014-2015, Université Joseph Fourrier, Institut de Géographie Alpine, Grenoble

[4] http://www.labexitem.fr/

[5] http://www.labexitem.fr/le-labex/presentation

[6] http://www.labexitem.fr/le-labex/presentation

[7] Reformulation de la commande initiale, Junior entreprise Idées Territoires, Institut de Géographie Alpine, Décembre 2014, Grenoble

[8]Site de l’Etablissement public du SCOT de la région urbaine grenobloise, http://www.region-grenoble.org/;http://www.developpementdurable.gouv.fr/IMG/spipwwwmedad/pdf/01_fiche_region_urbaine_grenobloise_validee_cle2a31cb.pdf

[9] Atelier universitaire Etalement urbain, commandité par le Syndicat mixte du Schéma directeur et de l’Agence d’urbanisme de Grenoble, 2009

[10] http://territoires2040.datar.gouv.fr

[11] Croiser les disciplines, croiser les arts Repère 5 135 3 Évelyne Goupy, Les dossiers pédagogiques. Site du musée des Abattoirs.

[12] Croiser les disciplines, croiser les arts Repère 5 135 3 Évelyne Goupy, Les dossiers pédagogiques. Site du musée des Abattoirs.

[13] Croiser les disciplines, croiser les arts Repère 5 135 3 Évelyne Goupy, Les dossiers pédagogiques. Site du musée des Abattoirs.

[14] «  La transdisciplinarité travaille autour d’objets qui n’appartiennent pas en propre à une discipline. Elle relie des disciplines, sans obligation, de manière à atteindre le même objectif à travers des activités très variées » Croiser les disciplines, croiser les arts Repère 5 135 3 Évelyne Goupy, Les dossiers pédagogiques. Site du musée des Abattoirs.

[15] http://territoires2040.datar.gouv.fr/

[16] http://territoires2040.datar.gouv.fr/

[17] Résultats de l’Atelier Métropolisation et Territoires de montagne, document final, Junior entreprise Idées Territoires, Institut de Géographie Alpine, Mars 2015, Grenoble

Bibliographie :

  • Atelier universitaire Etalement urbain, commandité par le Syndicat mixte du Schéma directeur et de l’Agence d’urbanisme de Grenoble, 2009
  • Cadrage Ateliers IDT 2014-2015, Université Joseph Fourrier, Institut de Géographie Alpine, Grenoble
  • Croiser les disciplines, croiser les arts, Repère 5,135,3 Évelyne Goupy, Les dossiers pédagogiques. Site du musée des Abattoirs.
  • Reformulation de la commande initiale, Junior entreprise Idées Territoires, Institut de Géographie Alpine, Décembre 2014, Grenoble
  • Résultats de l’Atelier Métropolisation et Territoires de montagne, document final, Junior entreprise Idées Territoires, Institut de Géographie Alpine, Mars 2015, Grenoble

Sitographie :