Quelles postures adopter pour mener une recherche de proximité sur les activités de trois conseils scientifiques dans les espaces protégés alpins ?

Ce texte est une note d’intention en vue d’une communication à la Deuxième Université Internationale d’Hiver, rédigée par Gaëlle Ronsin, Doctorante en sociologie au sein du projet du LabEx ITEM –  Université Grenoble Alpes. Laboratoires : Irstea (UR DTM – Grenoble ), Edytem (Savoie).  La communication finale sera diffusée à la suite de l’événement, complétée et affinée.

Cette communication vise à présenter l’originalité des objets qui constituent ma recherche et leur inscription dans les thématiques de réflexion du LabEx et également à analyser la posture méthodologique développée dans le cadre de la construction de terrains d’études très proches professionnellement de l’enquêteur.

Les conseils scientifiques se sont développés de manière exponentielle en France depuis la fin de la seconde guerre mondiale dans le domaine de l’action publique environnementale. On retrouve ce type d’organisation dans d’autres domaines en prise avec les registres de l’incertitude et de l’innovation tels que la santé ou l’éducation. En effet, les conseils scientifiques sont en général chargés d’appuyer une institution et ses employés confrontés à des questions complexes, dans leurs activités de production de connaissances et d’opérations de gestion.

Le travail de description des conseils scientifiques, de leurs membres et de leurs activités est au cœur de mon travail de recherche et mobilise plusieurs échelles. Par une enquête réalisée à l’échelle alpine, nous constatons que c’est en France que les conseils scientifiques ont été les plus mobilisés par les espaces protégés. En outre, une étude nationale nous indique que se sont également les espaces protégés dotés du plus de moyens (soit par leur taille, leur pouvoir réglementaire, leur notoriété, leur statut) qui possèdent un CS. En raison de la géographie nationale des espaces protégés, une concentration  dans les massifs de montagnes (notamment alpins) et le  littoral méditerranéen est également à noter. Des inégalités organisationnelles et territoriales dans le recours à des conseils scientifiques apparaissent donc en filigrane.

Ces enquêtes quantitatives où l’implication du chercheur n’est que très limitée sont complétées au cours de ma thèse par une ethnographie de trois conseils scientifiques situés dans les Alpes. La pratique de l’ethnographie nécessite la création d’une relation de proximité avec ses terrains d’étude. Or, dans ces trois cas  une partie des acteurs qui composent mes terrains sont mes directeurs ou collègues de laboratoires ou d’autres sociologues. Une partie des personnes rencontrées sont donc à la fois des personnes participants à la construction de ma position professionnelle et également à la réalisation de ma recherche. La relation classique de domination de l’enquêteur sur les enquêtés est donc ici chamboulée. Cette posture originale invite à mener une recherche réflexive sur la distanciation possible dans le cadre d’une ethnographie et donc à penser différemment les cadres de cette méthode. Comment (ne pas) associer les enquêtés à sa recherche, alors qu’ils sont à la fois  « objets » d’étude et acteurs de la qualité scientifique de mon travail ?