Une méthode d’analyse des dynamiques territoriales d’adoption, de diffusion et d’usages des télécentres : l’exemple du Cantal.

Ce texte est une note d’intention en vue d’une communication à la Deuxième Université Internationale d’Hiver, rédigée par Louis Salgueiro, Doctorant en Aménagement de l’espace, urbanisme, Université de Toulouse Jean Jaurès, LEREPS (EA4212).  Retravaillée, la communication finale sera diffusée à la suite de l’événement, complétée et affinée.

L’Ariège, le Lot, la Lozère, le Tarn ou encore le Cantal sont autant de départements en zone de Massif où le télétravail et les « tiers-lieux » font l’objet d’un développement par les politiques publiques. Pour ce faire, les territoires ont déployé des « télécentres », lieux dédiés au télétravail au sens large. Impulsés par la DIACT à partir de 2005, on en compte un peu plus d’une centaine sur le territoire national. Via ces dispositifs, l’objectif des pouvoirs publics est double : déconcentrer des activités en périphérie des grandes agglomérations afin de réduire les congestions urbaines tout en redynamisant les territoires ruraux.

Nous nous sommes donc interrogés quant aux effets des politiques publiques en la matière sur les territoires isolés, notamment semi-montagneux, tant sur l’espace que sur les mobilités. La pénétration des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans les différentes sphères ont entraîné un assouplissement des conditions de l’activité au regard du temps et de l’espace (Lenz, Nobis, 2007). Certains politiques et les médias alimentent toutefois des imaginaires a priori technicistes en surestimant le potentiel des TIC, dans la lignée de certains auteurs annonçant la fin des mobilités physiques (Cainrcross, 2001), de la ville (Webber, 1964 ; Gilder, 1995) ou encore de la géographie (O’Brien, 1992). Or, les politiques publiques du télétravail et des télécentres se sont révélées en grande partie inefficaces pour « rééquilibrer » les territoires (Paavonen, 1999 ; Crouzet, 2002 ; Moriset, 2011).

L’enjeu de cette communication sera donc de proposer et de discuter une méthodologie a priori transférable permettant l’analyse de dispositifs publics en interaction avec leurs dynamiques territoriales d’ancrages et leurs effets en matière de différenciation spatiale et de mobilités. Ce sera également l’occasion de présenter succinctement les premiers résultats de son expérimentation menée auprès de 10 télécentres dans le Cantal, en plein cœur du Massif central.

Pour ce faire, à partir d’une approche systémique, nous sommes partis de l’hypothèse que les dispositifs publics de télétravail mobilisant les télécentres et leurs usages et les dynamiques territoriales d’ancrages interagissent pour former des dispositifs « socio-techniques territorialisés » types, leurs propres effets sur l’espace et les mobilités.

La méthodologie est organisée en trois étapes expérimentales dédiées à l’analyse des composantes indissociables que sont l’offre, les usages et leur dynamique territoriale. Nous avons recueilli les données en nous servant de divers outils :

  • recherche de données pour qualifier le territoire et sa dynamique (données démographiques, économiques, organisation territoriale et infrastructures, etc.),
  • auprès des acteurs de l’offre impliqués de manière opérationnelle, des entretiens semi-directifs, comportant des questions fermées sur les caractéristiques techniques de l’offre et des usages, des questions semi-ouvertes portant tant sur les stratégies,
  • une enquête en ligne avec une cinquantaine de répondants et une dizaine d’entretiens semi-directifs auprès des utilisateurs potentiels sur leurs pratiques en termes de travail et de mobilité, mais aussi sur leurs parcours de vie.

Les résultats préliminaires révèlent une gouvernance multiniveau de l’offre qui produit deux modèles de dispositifs en lien avec le positionnement stratégique des acteurs locaux, et des usages et des non-usages liés aux stratégies des utilisateurs potentiels. Les effets induits, attendus ou imprévus par les politiques publiques sont dépendants de certaines conditions liées à l’offre, aux usages, à la dynamique du type de territoire considéré, mais aussi à des facteurs exogènes au système spatial.