Crise de légitimité des politiques publiques : une solution territoriale ? Analyse autour du cas de la LGV Lyon-Turin dans la Vallée de Suse.

Ce texte est une note d’intention en vue d’une communication à la Deuxième Université Internationale d’Hiver, rédigée par Marina L.A. Soubiroudoctorante en Aménagement du territoire, Université de Grenoble-Alpes, PACTE (UMR 5194).  Retravaillée, la communication finale sera diffusée à la suite de l’événement, complétée et affinée.

Les travaux de Jean-Paul Bozonnet sur l’écocentrisme en Europe basés sur les résultats de la European Values Study de 2008 nous apprennent qu’en Europe occidentale, en Europe du Nord et en Europe méditerranéenne, plus de cinquante-cinq pour cent de la population adhère plutôt à un rapport écocentrique à la nature au sein duquel l’Homme fait partie d’un écosystème (plus de trente.cinq pour cent de l’échantillon pour ces zones adhérant à un rapport écocentrique modéré à la nature et plus de vingt pour cent à un rapport écocentrique affirmé).

Cette proportion est bien plus importante que pour les catégories intitulées prométhéens modérés ou théocentristes affirmés qui ne représentent respectivement que moins de trente pour cent et moins de quatre pour cent de l’échantillon (Bozonnet, 2014). S’ajoute à ces données le fait que les théocentristes sont les personnes les plus âgées, les prométhéens majoritairement d’âge mûr alors que les écocentristes représentent la part de la population la plus jeune. Une mutation « post-industrielle et post- religieuse » (Bozonnet, 2014) dans notre rapport à la nature semble se dessiner. Malgré ce bouleversement intellectuel et notre perception chaque jour un peu plus étendue des effets collatéraux délétères dans l’espace et dans le temps des activités humaines, le récit prométhéen où les humains dominent la nature et peuvent connaître un développement économique sans limites reste aujourd’hui encore le paradigme dominant l’action publique en Europe. Pourtant, dans des sociétés composées de citoyens majoritairement écocentristes et conscients de la portée temporelle et spatiale de leurs actions, le développement en tant que « mise en valeur des libertés réelles auxquelles les gens aspirent » (Sen, 2003) – et le développement durable semblent logiquement tendre à se confondre.

Entre redéfinition dans le temps, l’espace et l’écosystème de l’identité des destinataires de l’intérêt général et délitement de la souveraineté des citoyens, cette communication abordera dans un premier temps les raisons de la dichotomie actuelle entre orientation des politiques publiques et aspirations des citoyens. Dans un second temps, nous verrons comment les territoires – pensés en tant que systèmes-territoires liant « un ensemble d’acteurs et l’espace géographique qu’ils utilisent, aménagent ou gèrent » (Moine, 2007) mais aussi en tant que collectifs de type « natures-cultures » (Latour, 1991) peuvent permettre de dégager des pistes favorisant le renforcement de la capabilité des citoyens à orienter l’action publique dans une optique de développement durable. Le territoire semble en effet l’échelle la mieux à même de permettre aux citoyens de saisir pleinement la complexité des enjeux liés à la durabilité, rendant ainsi possible la réalisation d’une démocratie délibérative informée et par conséquent la mise en œuvre de politiques publiques légitimes. Nous illustrerons notre propos à l’aide de l’analyse du conflit autour de la ligne ferroviaire à grande vitesse Lyon-Turin dans la Vallée de Suse en Italie.

Bibliographie

  • Bobbio L. et Dansero E., 2008, La TAV e la Valle di Susa. Geografie in competizione, Torino, Umberto Allemandi.
  • Boltanski L. et Thévenot L., 1991, De  la  justification : les  économies  de  la  grandeur, Paris, Gallimard.
  • Bozonnet J..P., 2014, « L’écocentrisme en Europe : une mise en récit de la nature, post. industrielle et post.religieuse », in Bréchon P.(dir.), Gonthier F. (dir.), Les  valeurs  des  européens. Évolution et clivages, Paris, Armand Colin.
  • Buclet N., 2011, Écologie industrielle et territoriale : stratégies locales pour un développement  durable, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion.
  • Hess G., 2013, Éthiques  de  la  nature, coll. Éthique et philosophie morale, Paris, Presses Universitaires de France.
  • Latour B., 1991, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte.
  • Moine A., 2007, Le territoire : comment observer un système complexe, Paris, L’Harmattan.
  • Pepino L. et Revelli M., 2012, Non solo un  treno… La democrazia alla prova della Val Susa, Torino, Gruppo Abele.
  • Rangeon F., 1986, L’idéologie de l’intérêt général, Paris, Economica.
  • Rui S., 2004, La démocratie en débat. Les citoyens face à l’action publique, Paris, Armand Colin.
  • Sen A., 2003, Un nouveau modèle économique. Développement, justice, liberté, Paris, Odile Jacob.