Une première approche de la dépendance liée à l’âge en montagne : entre adaptation individuelle et réponse collective. Un autre regard sur la durabilité

Ce texte est une note d’intention en vue d’une communication à la Deuxième Université Internationale d’Hiver, rédigée par Florent Cholat, Doctorant en géographie au sein du projet du LabEx ITEM –  Université Grenoble Alpes, UMR PACTE et Universita degli studì di Milano-Bicocca, Dipartimento di sociologia e ricerca sociale.  La communication finale sera diffusée à la suite de l’événement, complétée et affinée.

Les sociétés occidentales sont aujourd’hui caractérisées par un vieillissement progressif des populations (Wackermann, 2005, 2011 ; Dumont, 2013). Associée à une dégénérescence plus ou moins rapide des facultés motrices, cognitives, physiologiques, etc. l’avancée en âge s’accompagne d’une difficulté croissante à être autonome, à exercer les tâches du quotidien et à se socialiser (Phillipson, 2013). Pour lutter contre l’isolement et fournir les aides nécessaires au maintien de la qualité de vie, les politiques publiques doivent confronter les besoins des ainés aux différentes réalités économiques, financières, sociétales et environnementales (Viriot-Durandal, 2012).

Le choix le plus communément opéré est celui du maintien à domicile de ces personnes, réputé moins onéreux et plus humain que la vie en institution du type « maison de retraite », « établissement de soins longue durée », etc. Ce choix qui a un coût important pour la société (Senin, Cherubini, Mecocci, 2003) sera nécessairement renégocié avec l’accroissement de la part de personnes âgées dépendantes dans la population (Dumont, 2013). Déjà soumis à de fortes contraintes économiques, ce modèle nécessite un ensemble de « mobilités inversées » qui sont opposables à une injonction au développement durable.

Les populations qui habitent en montagne connaissent un vieillissement global accompagné d’une augmentation de la dépendance dans une situation de contraintes (Fourny, 2007).

La communication sera basée sur les premiers mois d’un travail de recherche mené dans le cadre d’une thèse de géographie sur la thématique du « vieillissement » en montagne et d’un programme de recherche international associant des universitaires, techniciens et acteurs de la société civile en France et en Italie.

Il s’agira dans un premier temps d’évaluer la vulnérabilité (Garrau, 2013) (physiologique, psychologique, sociale) des personnes âgées face à la perte progressive d’autonomie. Du vieillissement naturel à la dépendance lourde, nous aborderons les étapes du parcours de vie à partir de différentes disciplines (géographie, sociologie, psychologie,..) et proposerons une première approche chronotopique des usages de quelques personnes âgées dépendantes afin de repérer les adaptations individuelle et collective.

Dans un deuxième temps, nous mettrons en perspective les spécificités des territoires de montagne par rapport au vieillissement et à la perte d’autonomie : faible densité, contraintes liées à la pente, distance aux services, saisonnalité, etc. afin de mettre en avant les objectifs centraux de cette recherche.

Dans un troisième temps, nous détaillerons la manière dont les personnes âgées, les aidants et les collectivités des territoires alpins français, italiens et suisses, innovent, s’adaptent et déploient des stratégies pour répondre à la dépendance. Enfin dans le cadre d’une approche comparée des impacts (environnementaux, économiques, socio-culturels..) nous nous interrogerons sur la durabilité respective des modèles d’accompagnement à domicile et en institution