1912, l’innovation et sa diffusion. Détour historique et géographique sur l’aménagement des stations de sport d’hiver

Ce texte est une note d’intention en vue d’une communication à la Deuxième Université Internationale d’Hiver, rédigée par Steve Hagimont, Université de Toulouse Jean Jaurès, UMR FRAMESPA. Retravaillée, la communication finale sera diffusée à la suite de l’événement, complétée et affinée.

À partir de la trajectoire de Superbagnères, il s’agit de réévaluer certains modèles rendant compte des « générations » de stations ou des « moments de lieu », en s’interrogeant non seulement sur l’innovation mais plus encore sur sa diffusion et sa capacité à faire modèle.

À la croisée de problématiques d’histoire de l’innovation et du tourisme, d’aménagement, et de géographie, nous souhaiterions apporter un éclairage décalé sur une histoire des stations de sports d’hiver relativement « alpocentrée » et qui peut pêcher par téléologie. C’est en effet dans un contexte (les années 1960-1970) où les Pyrénées sont totalement en retrait par rapport aux Alpes françaises dans le grand mouvement d’aménagement de la montagne pour les sports d’hiver, que des modèles descriptifs de l’histoire des stations de sports d’hiver ont été proposés.

Partant de cette prééminence toute naturelle des Alpes sur les autres massifs français, le modèle des « quatre générations », le plus durable, a ainsi laissé de côté l’innovation radicale en matière de sports d’hiver : l’aménagement sportif et hôtelier du plateau de Superbagnères (1 800 m.) dans les Pyrénées centrales, fonctionnel dès la saison 1912-1913. Aujourd’hui station familiale, surtout réputée pour son école de ski, Superbagnères est très loin de jouer les premiers rôles hivernaux. Son histoire paraît ainsi bien anecdotique : il s’agit pourtant d’un cas remarquable lorsque l’on souhaite s’interroger sur le contexte de l’innovation et sur sa capacité à faire modèle. En effet, la mise à l’écart de Superbagnères des modèles « évolutionnistes » des stations révèle par défaut que la station pyrénéenne, toute innovante fut-elle, n’a pas (ou peu) fait modèle. On a fait, à la rigueur, remonter la fonction hivernale de cette station haute-garonnaise à l’ouverture du Grand hôtel en 1921, tout en la catégorisant comme « station de première génération » à l’imitation de Megève. Or, c’est très explicitement dès 1912 et l’appel à souscription pour former la société exploitante, que ses promoteurs proposent un aménagement ex-nihilo du plateau, pour créer une station nouvelle, tandis que le marché des sports d’hiver émerge à peine en Europe.

Cette question des modèles, tant discutée, peut sembler un débat d’arrière-garde. Ceux-ci, toutefois, par leurs effets performatifs, que continuent à alimenter les constats de « retard » voire « d’archaïsme » de l’offre touristique pyrénéenne (singulier prolongement des discours portés avec vigueur sur les populations de ces montagne à partir de la seconde moitié du XIX siècle), systématiquement à la traîne des Alpes (sauf sur des niches comme ce fut le cas du snowboard), il nous paraît important de réévaluer la place de ces Pyrénées dans le mouvement européen d’innovation touristique en montagne, et donc de revenir sur des modèles trop souvent repris par commodité didactique.

Grâce à un travail sur les archives de l’autre versant des Pyrénées, l’Espagne, le rôle ambivalent de Superbagnères dans l’aménagement de certaines stations ibériques pourra par ailleurs être évoqué (la station de Baqueira par exemple, avec 800 000 journées-skieurs en 2014-2015, montre que rien ne déterminait les Pyrénées à une soumission complète aux Alpes en matière de sports d’hiver).