Mise en scène et valeur territoriales: une approche inspirée des territoires de montagne

Ce texte est une note d’intention en vue d’une communication à la Deuxième Université Internationale d’Hiver, rédigée par Delphine Guex, Université de Neufchâtel.  Retravaillée, la communication finale sera diffusée à la suite de l’événement, complétée et affinée.

Le travail, la production et les travailleurs étaient au cœur de la société industrielle, et des théories en sciences sociales et sciences régionales. Spatialement, les lieux de travail déterminaient le lieu de résidence des travailleurs, de leur famille et de la quasi‐totalité de leurs activités. La plupart des théories en développement régional (Clusters, TIMs, etc.) considèrent ainsi principalement voire exclusivement la mobilité des biens, du travail et de la production. La mobilité des personnes est généralement réduite à la mobilité des travailleurs. En termes de développement, la valeur territoriale dans une telle société et selon de tels modèles repose sur la capacité locale à produire des biens compétitifs et à les exporter. La productivité de leurs secteurs d’exportation détermine ensuite les revenus entrant dans la région, aussi bien que la rente urbaine locale.
La société postindustrielle est caractérisée par l’essor des « nouvelles mobilités » (Urry, 2005, 2012) : transports, voyages, information, pendularité, etc. Urry parle d’un phénomène d’ « offshoring » généralisé (2014). Ce contexte postindustriel est également marqué par l’importance croissante des dimensions immatérielles dans la création de valeur. D’un point de vue spatial, on observe un découplage entre le lieu et le moment du travail et le lieu et le moment de la consommation, due à la mobilité des consommateurs (Markusen, 2007, 2009 ; Glaeser, 2001, 2006 ; Davezies, 2004, Davezies & Talandier, 2014): désormais les lieux de travail et de consommation sont dissociés. En termes de développement, la valeur territoriale de ce point de vue repose sur la capacité locale à générer de l’attention « médiatique », et en termes de flux à attirer des investissements, des consommateurs externes, et d’éviter les fuites (des travailleurs locaux partant consommer autre part).
Les territoires de montagne sont particulièrement intéressants précisément parce qu’ils sont un profil « hybride », c’est‐à‐dire productif et présentiel. Du moins, contrairement à la plupart des territoires, l’importance de la consommation a concentré l’attention durant les dernières décennies. Cette caractéristique a fait de l’objet tourisme un objet traité « à part », dans les sciences sociales comme dans les sciences régionales. Le tourisme est une forme ancienne de mobilité des personnes; d’un point de vue territorial on s’intéresse aux présences des personnes en un lieu. C’est l’une des premières formes de mobilités qui permette le développement économique d’une région, avant les phénomènes de pendularité par exemple, de durée et centralisation des lieux d’étude, ou de retraite. L’approche par la scène est une approche territoriale tenant compte des conséquences de l’ensemble des mobilités (qui concernent la production et la consommation), qui toutes traduisent une combinaison d’enjeux concrets, symboliques et marchands. L’application du modèle à des cas de territoires concernés par le tourisme conduit de fait à questionner en particulier les présences. Cette approche, inspirée de la compréhension de trajectoires de stations touristiques en Suisse depuis le 19ème siècle se situe théoriquement et méthodologiquement au carrefour des champs de la géographie, de l’économie, et de la sociologie.

Illustration : Châtel par Alain Bachellier (CC BY-NC-ND 2.0) via Flickr (https://flic.kr/p/9Fnq3)