L’innovation, un autre bluff ?

Ce texte est une note d’intention en vue d’une communication à la Deuxième Université Internationale d’Hiver, rédigée par Julien Dupoux – Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand 2 – EA CERAMAC. Retravaillée, la communication finale sera diffusée à la suite de l’événement, complétée et affinée.

Si nous parlons des innovations dans les territoires de montagnes, faut-il les prendre comme un à priori obligatoirement favorable à ces territoires ? Cela nous amènera à discuter la nature des innovations et la manière dont elles sont perçues sur un territoire particulier.

Dans cette communication, je propose donc une lecture des mes enquêtes de terrain sur le Plateau de Millevaches d’après l’ouvrage de Jacques Ellul : le bluff technologique.

Les témoignages recueillis l’ont très majoritairement été auprès de paysans par des entretiens très ouverts, où, en partie, ils décrivaient leurs pratiques. Sur 7 communes du Plateau de Millevaches, j’ai abordé et me suis entretenu avec tous les paysans (plus d’une centaine au total) mais aussi avec leurs voisins. Il s’agira donc de présenter leurs perceptions des innovations. Cette présentation aura donc pour base majeure des témoignages.

Par innovation, faudrait-il entendre technologie ?

La mécanisation des paysans, la professionalisation du matériel et l’informatisation de la gestion de l’exploitation (et de son contrôle) sont des sujets très largement abordés par les paysans et leurs voisins.

Bref tour d’horizon des innovations « technologiques » majeures relatées lors des entretiens.

  1. Une foi dans ces innovations technologiques liée à la volonté d’être un professionnel du métier.
    L’agrandissement et la mise aux normes de certaines fermes, des bâtiments, apparaissent comme des choix de filière, plus ou moins contraints ou volontaires, avec pour effet de déresponsabiliser le paysan qui s’en réfère aux choix prônés par la filière professionnelle.
  2. Une critique acerbe de la technologie, imposée depuis Paris et aliénant le paysan.
    Développement d’un discours « rural » opposé aux innovations « techniciennes » portées depuis l’extérieur.
  3. On retombe ici sur la thèse de Jacques Ellul : le bluff technologique. Présentation de cette thèse illustrée par des passages concernant le monde agricole.

Le plateau de Millevaches : un territoire d’innovations

Ce sont des habitants du Plateau qui m’ont parlé de Jacques Ellul. Un courant « décroissant » et écologiste, basé sur des choix de vie simples, sans gadget (on pourrait dire post-soixante-huitard) et très présent sur le Plateau. Et (paradoxe ?), il est perçu comme innovant.
Dans ce chapitre, vont donc être présentées des initiatives caractéristiques du Plateau.

  1. Des choix, originaux et volontaires, de refus de la technologie
    Je prendrai pour exemple dans ce chapitre, une pratique de vie en société à base agricole d’un groupe de Gentioux, dont plusieurs vivent en yourte, qui a fait partie des porteurs d’un projet de boutique de produits locaux (la Renouée). Nouveauté et nouveaux habitants, pourtant simple, qui ne font pas l’unanimité car bousculant trop les pratiques. Encore un paradoxe ?
  2. Des initiatives en terme de solidarité, d’accueil et de repeuplement paysan du territoire, de pratiques citoyennes.
    La mise à mal de la hiérarchie et la mise en avant de la solidarité est une des marques du milieu écologiste millevachois. Présentation des espaces tests agricoles, une initiative qui veut placer le stagiaire paysan dans des conditions optimales et qui le rend maître de son parcours.

Conclusion

Retour sur la question originelle : l’innovation est-elle un autre bluff qui rejoint le bluff technologique ? Des personnes sur les territoires de montagne, par une conscience de ce bluff, peuvent proposer des initiatives, qui peuvent être perçues comme des nouveautés, qui sont avant tout d’ordre social.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Rauzier (25 janvier 2016). L’innovation, un autre bluff ? "Au top !" Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/v20b