Les alternatifs d’Ariège : « innovateurs par retrait » du monde rural montagnard?

Ce texte est une note d’intention en vue d’une communication à la Deuxième Université Internationale d’Hiver, rédigée par Benjamin Dubertrand – EHESS Toulouse – CAS-LISST. Retravaillée, la communication finale sera diffusée à la suite de l’événement, complétée et affinée.

Actuellement doctorant en quatrième année de thèse d’anthropologie, mon travail porte sur des individus qui cherchent à vivre de manière alternative en milieu rural français, plus particulièrement dans la moyenne montagne ariégeoise. L’enquête de terrain réalisée a essentiellement porté sur la vallée de Massat, archétype de la vallée montagnarde réinvestie par les « néos » à partir des années 1970. Cette vallée est située dans le Couserans, périphérie montagnarde au sein d’un département, l’Ariège, lui-même considéré comme un des espaces français les plus
marginalisés depuis le XIXe siècle.

Cette recherche d’alternatives de la part de ces néo ou alter-ruraux n’aboutit pas à la création d’un modèle unifié mais davantage au développement d’un spectre de pratiques et de discours plus ou moins radicaux. Pour autant, cette relative hétérogénéité apparente des expériences vécues semble renvoyer à un certain nombre de traits et de valeurs caractéristiques qu’il s’agit donc de mettre en lumière. Pour ce faire, l’enquête s’est tournée plus spécifiquement vers les hôtes du réseau wwoofing d’Ariège, réseau qui a pour but de mettre en contact de petites exploitations agricoles avec des personnes souhaitant travailler bénévolement dans ce domaine, en échange du gîte et du couvert.

Cette quête d’une « vie autre », qui n’est ni la reproduction des expériences néo-rurales précédentes ni celle de la « norme », tend ainsi vers la mise en place d’un mode de vie que l’on pourrait qualifier de plus écologique et/ou relativement autonome. La plupart de ces individus cherchent en effet à réinventer un certain nombres de registres de leur vie quotidienne et leur intrication mutuelle. Ceci notamment au travers de la question du lien entre travail et non-travail (et par la même au monde marchand ), mais aussi par l’établissement d’une relation particulière à la nature ou encore par un questionnement sur l’acquisition et la transmission de savoirs spécifiques (liés à l’agriculture, aux formes d’habités …).

Ce travail de recherche est donc l’occasion de questionner à la fois ces aspects constitutifs d’un mode de vie alternatif et la manière dont les individus les réagencent, les réinventent et, par là même, « innovent ». Les individus rencontrés épousent le plus souvent la figure du « braconneur» de de Certeau et apparaissent comme des bricoleurs de savoirs et savoir-faire qui parviennent à associer des éléments symboliques, cognitifs et matériels disparates.

Ce colloque sur l’innovation en montagne me semble donc l’occasion d’insister sur le caractère innovant de tel « bricolages », ce qui a été peu mis en avant jusqu’à présent. Pour ce faire, je souhaite proposer une intervention qui s’appuie sur le concept « d’innovation par retrait » tel que l’ont développé Frédéric Goulet et Dominique Vinck ( L’innovation par retrait. Contribution à une sociologie du détachement, 2012) et qu’ils définissent comme une innovation par « la réduction d’une pratique ou la mise en retrait d’un artefact ».

Cette intervention s’appuiera donc sur ce concept à partir d’exemples ethnographiques tirés de mon enquête de terrain afin de montrer comment les enquêtés effectuent un certain nombre d’actions relevants de ce que l’on pourrait qualifier « d’innovation par retrait » . Ceci non seulement par le type de bricolages cités précédemment mais aussi par leurs manières originales de les diffuser socialement et dont la pratique du wwoofing constitue une parfaite illustration. Ces exemples seront ainsi l’occasion de réfléchir au rôle des marges dans la diffusion des innovations sociales, particulièrement dans des espaces montagnards spécifiques.