Un tourisme des interstices au Pays des Écrins ?

© M1 ITER & Philippe Bourdeau

« Le voyageur de l’interstice est ce touriste qui, au cœur de l’espace connu ou quotidien, réinvente le regard distancié nécessaire à l’expérience de l’étrangeté et au plaisir de la découverte. […] Dans ces conditions, compte tenu précisément de sa nature, répertorier les formes du tourisme interstitiel serait une tentative absurde. Possible n’importe où, en marge comme au centre des sites touristiques réputés, totalement ouvert et imprévisible quant à ses lieux, la variété des espaces de ce tourisme apparaît infinie. […] Secret par définition, dresser un catalogue du tourisme interstitiel ce serait donc le détruire. Pour autant, même s’il emprunte des “portes étroites”, ce tourisme n’est pas rare. […] C’est un tourisme attiré par l’enclave, le mystère, l’obscur, le souterrain, voire l’illégal. Il peut ainsi revêtir des formes extrêmes, se situer à la confluence de l’acte gratuit et de l’espionnage ».

Jean-Didier Urbain, L’idiot du voyage. Histoires de touristes, Payot & Rivages, 1993

Un tourisme des interstices au Pays des Écrins ?

En quoi et comment un tourisme des interstices discret, très largement impensé et ininstitué, peut constituer un facteur de créativité –aussi bien pour les opérateurs touristiques que pour les pratiquants– dans le contexte de la transition touristique contemporaine ?

Ce carnet de terrain issu d’une immersion de 3 jours au Pays des Écrins, du 22 au 24 avril 2015, a été rédigé à partir de la production écrite des étudiants du Master 1 Innovation & Territoire : Ahmet Tchilouta Rhoumour, Bolle Reddat Maxime, Chargy Romane, De Pertat Sébastien, Di Franco Charlène, Hamel Tristan, Lecomte Élise, Morel Johan, Noah Menongo Sandrine, Perros Rosalie, Prost-Boucle Valentin, Revol Florian, Roe Sylvia, Samman Juliette, Sauldubois Clément, SimonThomas, Stukanova Anna, Tangi Shady, Veitl Simon, Vincent Ulric, Wong Fat Thomas.

Photographies de Philippe Bourdeau sauf mention particulière.

Une démarche exploratoire, à la rencontre de lieux et de créacteurs d’interstices touristiques

Au cours d’une immersion de trois jours au Pays des Écrins nous avons interrogé les usages touristiques contemporains et exploré la notion de tourisme des interstices. Les différents acteurs touristiques que nous avons rencontrés nous ont chacun donné leur propre définition du tourisme des interstices et l’ont illustrée par des exemples. Nous allons ici reprendre ces définitions et les discuter pour pouvoir faire ressortir les aspects principaux de tourisme des interstices.

Lors d’une première entrée en matière, Philippe Bourdeau nous a proposé de définir le tourisme des interstices comme une pratique de lieux, de temps et d’activités latéraux, excentrés, décalés, périphériques, impensés et ininstitués au regard des polarités et des rationalités du tourisme main stream. Il nous a invité à expérimenter une destination à partir de ses creux et non de ses pleins, de ses angles morts et non de ses saillances, et de ses « petits lieux » et non de ses hauts lieux tels que Puy Saint Vincent ou le pré de Madame Carle, pour le cas des Écrins. Le touriste des interstices serait donc celui qui au lieu de suivre des chemins tout tracés se créerait son propre itinéraire, éviterait les sentiers battus pour se concentrer sur des lieux qui semblent présenter peu d’intérêt, du moins pour les opérateurs touristiques. Aux interstices spatiaux s’ajoutent des interstices temporels : expérimenter un lieu à une saison qui n’est pas forcément favorable au tourisme ou peu développée –dans le cas des Écrins qui fonctionnent sur une bi-saisonnalité été-hiver, il s’agirait des intersaisons.

L’Argentière-la-Bessée : du tourisme des interstices dans un territoire interstitiel…

A l’Argentière-la-Bessée on peut dire que le tourisme s’est inséré de manière interstitielle dans l’histoire et la géographie industrielle de la commune. La traversée de la commune est en cela, encore aujourd’hui, très éloquente : entre le centre du village, assez typique de n’importe quel village, avec sa place, ses commerces, sa mairie etc., et les bords de la Durance, aménagés pour les loisirs et les pratiques sportives, nous avons traversé un interstice, un « couloir » qui s’insinue entre des bâtiments d’usines désaffectées, où des panneaux informent sur le passé industriel et témoignent d’une dynamique de patrimonialisation. En nous glissant par une porte entrouverte, nous avons eu accès à une gigantesque friche industrielle que nous avons arpentée à la recherche de traces éparses de la vie industrielle (matériel abandonné, moules de fonderie, documents administratifs) et d’une profusion de tags qui témoignent d’une intense activité artistique. De fait, cette ancienne ville industrielle a su peu à peu se reconvertir, en investissant non pas sur des pratiques de hauts lieux touristiques, de recettes toutes faites, mais sur des petites choses, des ressources spécifiques en quelque sorte : exploitation du lit de la Durance pour en faire un stade d’eaux-vives à la place d’une friche industrielle, mise en valeur de traces de l’histoire et du patrimoine local au cœur de la commune et dans le vallon du Fournel avec le dégagement et l’ouverture à la visite des anciennes mines d’argent.

Photo 1 Photo 2 Photo 3 Photo 4 Photo 5 Photo 6

Lors d’une promenade dans le village au-dessus de l’Argentière, nous sommes tombés par hasard sur une exposition d’anciens outils agricoles dans un jardin privé, voilà un bel exemple de tourisme d’interstice, d’un objet qu’il faut savoir dénicher par une pratique sensible du territoire, en sortant des sentiers battus. Pour l’opérateur touristique, capter cette forme de tourisme peut s’avérer difficile notamment pour des raisons légales (problème d’assurance dans des lieux privés ?). Ce qui n’empêche ni des pratiques informelles, ni l’édition de guides alternatifs comme par exemple le guide des catacombes de Paris…

Photo 7

 Une autre façon de penser le tourisme : rencontre au refuge du Kern avec Vincent Bel, créateur de refuge, moniteur de ski, accompagnateur en montagne et charpentier

Dans notre déambulation nous sommes allé.e.s à la rencontre de Vincent Bel qui a adopté une démarche très particulière de tourisme que l’on peut qualifier d’interstitielle. V. Bel a d’abord vécu 32 ans dans les Alpes du sud, en travaillant comme berger et moniteur sportif, puis après être parti vivre en Alaska, il est rentré en France où il a voyagé en famille pendant 1 an. Il présente cette expérience comme un « voyage initiatique » ou tout du moins une réflexion sur soi-même. A son retour il a acheté un terrain et construit lui-même avec des matériaux de récupération un refuge à 1700 m d’altitude dans le vallon du Fournel, lieu qu’il inscrit dans une démarche de contre tourisme : il pratique la sous-information (pas de site internet, pas de panneaux indicateurs), fonctionne avec une philosophie du prix libre, chacun paie ce qu’il pense être juste.

Ainsi, le premier aspect interstitiel de ce refuge est sa localisation : il ne se situe pas sur un chemin de grande randonnée, mais sur une variante de la Via Alpina (GR50). Photo 9On est dans un endroit reculé, où aucune indication ne balise le chemin, et où le seul panneau indiquant le refuge est délibérément placé… devant le refuge. Vincent Bel prône la simplicité de son refuge, refuse de l’agrandir ou de proposer d’autres aménagements : « avec plus de prestations, on retrouve son quotidien, avec de l’exotisme en plus ».

Photo 8La démarche initiée par Vincent Bel est tout autant interstitielle : il est à contre-pied des modèles standard de l’activité touristique : la sienne n’est pas rentable, et ne cherche pas à l’être au delà d’une forme d’équilibre financier. De plus fait, Vincent Bel cherche à bousculer les certitudes de ses interlocuteurs, et pousse les visiteurs à réinterroger la manière de pratiquer le tourisme. En mettant notamment en place un prix libre, il montre le tabou majeur dont l’argent fait l’objet.

Si cet interstice paraît difficile à saisir en tant que moyen de développer une activité touristique, il n’en permet pas moins de réinterroger beaucoup d’éléments de notre société : notre manière de faire du tourisme, mais pas uniquement, notre rapport à l’argent et au temps notamment. Et c’est justement une des choses que l’on va chercher dans le tourisme. Dès ses débuts, les pratiques touristiques correspondaient à une recherche d’évasion, de sortir de son quotidien, de se ressourcer. C’était un moyen de se confronter à l’altérité, à d’autres mondes.

Si peu à peu cette recherche d’altérité s’est faite dans une démarche ultra-consumériste, à la recherche du grandiose et de l’extraordinaire, et que le tourisme est devenu le symbole d’exagération, nous tenons peut-être ici ce fameux fil de l’interstice, à travers la démarche de Vincent Bel. On vient se confronter ici aussi à un autre mode de pensée, d’autres manières de faire, qui bousculent nos habitudes. Et ce en étant forcés d’abandonner nos habitudes consuméristes, et sans être obligés de parcourir la moitié de la planète à la recherche de communautés étrangères.

Pour les pratiquants donc, nous avons ici un très bon exemple d’interstice, un lieu touristique qui répond à beaucoup d’ « exigences » qui pourraient émaner d’un touriste (recherche d’un ailleurs), tout en prenant le contre-pied des manières de faire des activités touristiques « classiques ».

Le refuge est construit de façon à avoir besoin de peu de chauffage l’hiver, un panneau solaire fournit l’électricité, trois bassins en aval permettent la gestion des eaux usées. Il fonctionne sur le modèle des refuges scandinaves, ouverts en permanence, et sans clé, ce qui signifie que n’importe qui ayant besoin d’un abri peut y venir. Ce mode de fonctionnement n’empêche pas toutefois qu’il soit possible de réserver les nuitées à l’avance, les réservations se faisant par téléphone avec un numéro qui circule par le bouche-à-oreille.

Le discours de Vincent Bel est très construit. Il argumente sa démarche par des préoccupations écologiques et humaines. Il explique la nécessité de retourner à la simplicité et de changer de modèle face au « colonialisme touristique ». Isolé à flanc de montagne au bout d’une piste accessible quelques mois de l’année, sans information, il accueille environ 200 nuitées chaque année, proposant aux visiteurs de renouer avec une vie simple ( repos, contemplation, échanges, cueillette de plantes comestibles, marche, ski de randonnée). C’est un parfait exemple de tourisme interstitiel et de sa capacité à créer des niches dynamisantes pour le territoire tout en restant dans une logique de développement humain et de préservation de l’environnement.

Pour lui, l’important est l’authenticité du lieu, et construire ce refuge semble être un moyen de proposer aux gens un moment de vérité pour se ressourcer et être dans l’instant présent plus que dans le voyage qui est fait « pour montrer que l’on a voyagé« . Il a d’ailleurs insisté sur la « vulgarité économique » de ce type de tourisme où l’on cherche le paysage sans en comprendre le sens, où l’on va là où l’on est censé aller. Il évoque même un « colonialisme territorial » pour parler du tourisme de masse, à comprendre comme une réappropriation malsaine de la part des acteurs et des pratiquants qui ne peuvent pas être présents au moment, au lieu, aux autres et à eux-mêmes car ils sont trop pressés ou trop occupés à se mettre en situation de narration pour pouvoir raconter ce qu’ils ont « vu ». Le tourisme est ainsi donné à voir par V. Bel comme galvaudé par la recherche de rentabilité que ce soit sur le plan économique pour les opérateurs, ou sur le plan culturel pour les pratiquants.

Pour lui, l’important est de « satisfaire nos libertés et nos responsabilités » que ce soit comme pratiquant ou comme acteur du tourisme et cela passe pour lui par une autonomie maximale avec en premier lieu celle de son refuge, et le fait de ne pas être dépendant de son activité pour continuer à offrir aux gens de passage un lieu qui soit sincère : voilà aussi pourquoi il s’oppose à toute démarche de marketing de son refuge et le fait que 90 % de sa clientèle soit une clientèle locale ou que les prix sont libres prouve qu’il cherche à offrir une expérience personnelle, un moment de vie au service de la personne qui est là (pour ne pas dire du client) plus qu’une expérience déterritorialisée ou qui perdrait le sens de l’ « ici et maintenant ». Sur le plan économique, la vie de V. Bel repose sur une pluriactivité : accompagnateur de montagne, moniteur de ski de fond, moniteur d’État de kayak, charpentier… autant d’activités dans lesquelles il cherche également à pratiquer le prix libre dans ses prestations. Il considère qu’aucune de ces activités n’est rentable, mais que toutes lui permettent de vivre.

 Au final, pour Vincent Bel, le tourisme des interstices apparaît comme tourné non seulement vers de nouveaux lieux, mais surtout de nouveaux usages. Le tourisme des interstices serait un tourisme qui permet d’éprouver le territoire en profondeur, de prendre le temps d’une immersion ; il ne s’agit pas seulement de voir, prendre une photo et repartir. Il définit également son refuge comme un interstice, puisqu’il se refuse à en faire un lieu touristique uniquement destiné attirer un public croissant à grand renfort de promotion, pour au contraire rester discret et intégré dans son environnement ; on rejoint ici la définition donnée plus haut des interstices comme des lieux en creux, loin des hauts lieux touristiques. Vincent Bel ajoute l’idée que le lieu interstitiel –ici, son refuge– doit être une opportunité de ralentir, de s’imprégner du territoire, et donc être porteur de ces nouvelles pratiques.

A la découverte des interstices de l’histoire et de la mémoire : rencontre à Pelvoux avec Olivier Joseph, historien et photographe

Olivier Joseph, historien et scientifique qui est actif au sein de l’office du tourisme de Vallouise, nous a fait part de ses réflexions sur le tourisme des interstices à partir de deux exemples : le tourisme historique, qui apporte à travers l’histoire sociale un angle de vue original sur le territoire, et le tourisme scientifique. Pour lui, ces exemples représentent des interstices dans la mesure où ils n’ont pas pour vocation d’être développés, mais ils permettent de faire vivre des lieux en creux. Il a évoqué l’importance d’utiliser des ressources spécifiques et non génériques, c’est-à-dire de créer un territoire attractif à partir de ce qu’il a de plus particulier.

Dans les échanges que nous avons eu avec lui, Olivier Joseph nous a apporté beaucoup d’éléments qui pourraient répondre à la question des interstices touristiques. Selon lui, cette démarche des interstices va à contresens de la logique des stations. Pour celles-ci, on applique des recettes qui marchent : on achète une remontée mécanique, on organise de gros événements, des feux d’artifices etc. A Vallouise, toute petite station, il faut arriver à se faire sa place dans un environnement ultra-concurrentiel. Et la manière la plus efficace est justement de sortir de cette logique concurrentielle. A partir de sa passion pour l’histoire Joseph et de son expérience Olivier Joseph, est en perpétuelle recherche d’interstices historiques et culturels, qui lui permettent de mieux comprendre le territoire dans lequel il vit et de dessiner les contours de possibles micro-ressources touristiques.

Il nous a présenté deux exemples d’interstices particulièrement inventifs : le premier concerne l’histoire des Hautes-Alpes, où un bataillon irlandais a été mobilisé aux côtés des français à la fin du XVIIème siècle et au début du XVIII XVIIème siècle. Or des descendants de ces soldats font partie d’une communauté d’irlandais très active en région parisienne, et qui a été impliquée dans un événement commémoratif. A partir de traces micro-historiques très spécifiques et de liens entre le passé et le présent, Olivier Joseph montre alors comment un public potentiellement intéressé par la région peut être identifié.

Dans son second exemple, Oliver Joseph nous a expliqué comment il a découvert de façon inattendue que des groupes d’étudiants Canadiens en géologie venaient chaque année dans la région pour des séjours scientifiques, et constituaient de fait des « touristes scientifiques » qu’aucune campagne de marketing coûteuse n’a cherché à faire venir en cassant les prix. C’est d’ailleurs le cas d’un grand nombre de groupes d’étudiants français et étrangers intéressés par les facettes naturelles et culturelles du territoire, et qui le fréquentent en toute discrétion, le plus souvent en dehors des hautes-saisons et hauts-lieux touristiques. Au delà de la prise de conscience de l’existence de cette pratique touristique diffuse, se pose alors la question de la mise en place d’un système d’accueil spécifique pour ce public, par exemple pour en matière de solutions d’hébergements et de séjour adaptées à leurs besoins.

(source : Le Dauphiné)
(source : Le Dauphiné)

 Cette approche du tourisme des interstices se rapproche de la notion de tourisme de niche, qui n’a pas nécessairement vocation à être développé au delà d’un certain seuil. Nous pouvons alors introduire la notion de « degré d’intersticité » : les exemples d’Olivier Joseph ne modifient pas autant les comportements que Vincent Bel, mais ils ne rentrent pas non plus directement dans une économie touristique classique tournée plus ou moins explicitement vers une logique de « tourisme de masse sinon rien ». Mais si les niches demeurent des interstices restreints comparés aux des grands pôles touristiques, cela ne les empêche en rien d’avoir une importance cruciale dans les équilibres économiques, culturels spatiaux et temporels du territoire. Pour Olivier Joseph l’interstice est donc « cette petite ouverture par laquelle on va tirer un fil, que personne n’avait identifié auparavant », et qui va permettre de découvrir quelque chose de tout à fait nouveau et original, et susciter l’intérêt de visiteurs curieux et exigeants.

Rencontre à Fressinières avec Julie Delahaye et Lionel Condemine

Après ces échanges nous nous sommes rendus à Fressinières pour discuter avec Julie Delahaye et Lionel Condemine. Julie Delahaye nous a défini le tourisme des interstices comme une pratique consistant à « prendre les choses par les bords et les creux ». Il s’agit de développer des espaces et des pratiques qui sont délaissées, ou auxquels on ne pense pas.Photo 11 Lionel Condemine a ainsi créé une Via Ferrata pour favoriser le tourisme ici, mais c’était alors une pratique nouvelle et au départ, personne ne pensait que ça fonctionnerait – « on m’a pris pour un fou », dit-il. Quand on prend les choses différemment de l’ordre habituel, ça prend du temps avant que ce soit accepté.

Matière à discussion

Le tourisme des interstices consisterait donc à sortir des sentiers battus et des suggestions touristiques pour se placer dans des « creux ». Ces « creux », qui sont en fait ce que l’on appelle « interstices », se situent sur différents registres : lieux peu touristiques –tels que l’Argentière ou Fressinières–, formes de tourisme laissées de côté –tel que le tourisme historique ou d’autres ressources spécifiques–, temps creux –intersaisons–, ou usages différents –s’imprégner d’un lieu, prendre le temps de s’y intégrer. Qu’il s’agisse de lieux, de pratiques, de thèmes et de ressources, ou de saisons, pour être qualifié.e.s d’interstices, il faut qu’il.elle.s se situent plutôt en marge du tourisme actuel, et soient peu pratiqués, négligés, voire ignoré.e.s. Un point commun est que ces « creux », même s’ils sont intégrés dans de possibles pratiques touristiques, ne cherchent pas à être surdéveloppés, et dans la plupart des cas ne s’y prêtent guère.

Puisqu’ils sont peu développés et souvent nouveaux, les interstices sont en eux-mêmes une forme inventive, et recèlent un potentiel de création. Mais leur intégration au tourisme est également un facteur de créativité pour renouveler le monde du tourisme. En effet ils permettent de redessiner la carte touristique, d’imaginer un autre fonctionnement du tourisme. Au lieu d’être uniquement polarisée sur des hauts-lieux, la territorialité touristique serait constituée d’une multitude de micro-lieux en constant renouvellement.

En effet, par leur caractère très ouvert, les interstices appellent le touriste à faire preuve d’imagination et à mobiliser ses goûts personnels pour trouver les lieux qu’il souhaite éprouver. Ce ne serait plus les lieux touristiques qui créent l’usage mais l’usage qui créerait les lieux touristiques : au lieu d’ouvrir un guide, le touriste se renseignerait par lui-même et en fonction de ses goûts, créerait son propre itinéraire et son usage du territoire comme aux temps initiaux du voyage. En imaginant une carte touristique vierge, chaque usager dessinerait un champ des possibles.

Cette image est idéalisée car le touriste n’est jamais complètement libre, il est influencé par les images qui lui sont données et les propositions récréatives. Mais les opérateurs peuvent aussi faire preuve d’imagination pour trouver des micro-niches ; au lieu de les développer, ils pourraient d’ailleurs donner des informations nécessaires pour que le touriste puisse ajouter ces lieux à sa liste de parcours potentiels. C’est ce que proposait Olivier Joseph avec le tourisme scientifique : il ne s’agit pas de développer une offre à grande échelle et un haut lieu, mais d’ « offrir une possibilité pour ceux qui veulent ».

Enfin, dans le tourisme des interstices, l’offre touristique est multipliée car tout peut être touristique, tout est digne d’intérêt. Par exemple, plutôt que de détruire la friche de la dernière fonderie de l’Argentière, un tourisme des interstices pourrait proposer d’en faire une ressource. On pourrait créer un tourisme autour de l’histoire économique, mais aussi culturel en mettant en valeur le street-art qui s’y est développé. On pourrait aussi valoriser l’expérience sensible que constitue une immersion dans cette friche industrielle, y compris de manière éphémère en attendant sa destruction programmée -mais qui se fait attendre.

En plus de créer de nouveaux lieux touristiques hors des sentiers battus, le tourisme des interstices est aussi un moyen de repenser le fonctionnement du système touristique. Tout d’abord, comme l’ont développé Julie Delahaye et Lionel Condemine, cela peut être l’occasion de ne pas utiliser le tourisme comme mode d’entrée pour développer un territoire : c’est d’abord en créant un territoire où il fait bon vivre que l’on attirera les touristes. Olivier Joseph a illustré cette idée à propos des groupes d’étudiants canadiens qui fréquentent la région, lesquels évoquent entre autres pour expliquer leur choix de destination la beauté du lieu et l’accueil chaleureux des habitants et opérateurs : même si cela semble aller de soi, il n’est pas inutile de (re)prendre conscience que le « bien vivre » et le sensible permettent de développer un tourisme renouant avec l’hospitalité et l’habitabilité. Or aujourd’hui on pense surtout à créer des activités et services touristiques tournés vers une « satisfaction totale » des clients, mais de plus en plus coupés des réalités du territoire, alors que le tourisme n’a d’intérêt que lorsqu’il y a une (belle) vie locale.

Cette perspective permettrait-elle également de diminuer la dépendance de l’économie au secteur touristique dans certaines régions ? En effet, on peut penser à un tourisme des interstices qui serait dé-professionnalisé. La communication pourrait par exemple se faire entre les usagers qui feraient connaître les lieux qu’ils ont appréciés et que l’on ne retrouve pas dans les guides. Par exemple, au cours de l’atelier de créativité, nous avion imaginé des trains Inter-rail en Europe dont les murs seraient un support pour que les voyageurs écrivent leurs suggestions, conseils, propositions.

Bien que le tourisme des interstices soit à l’opposé du tourisme de masse, les deux peuvent évidemment être complémentaires. En effet, l’interstice peut se trouver à proximité d’un lieu touristique majeur, voir même à l’intérieur de ce lieu, tout est une question de regard. Néanmoins, le tourisme interstitiel à plutôt tendance à s’écarter de ces lieux majeurs. Le touriste des interstices peut s’émerveiller des lieux du quotidien allant du chemin forestier à l’usine désaffectée. C’est un antitouriste, un touriste du quotidien qui cherche l’extraordinaire dans des lieux ordinaires, le dépaysement dans son pays… Il ne cherche pas les « bout du monde » car ceux-ci ont déjà été découverts et visités. Il cherche les lieux passés inaperçus, qui ne figurent pas dans les guides. Il cherche avant tout les rencontres avec les habitants et ceci dans leur quotidien et non des rencontres basées sur un rapport tarifaire (visite guidée…). Il veut avant tout voir comment se déroule leur vie et même la vivre avec eux discrètement loin des « villages parcs d’attractions ».

Un tourisme plus vertueux ? Se faire discret pour mieux s’immerger ?

Finalement, le tourisme des interstices est-il plus vertueux que le tourisme polarisé sur les hauts-lieux ? Comme nous l’avons évoqué, Vincent Bel prône un tourisme pour transformer les comportements. Il nous a raconté une anecdote : en tant qu’accompagnateur en montagne, il a cotoyé une personne qui a passé toute une randonnée à raconter très précisément son expérience de randonnée de l’année précédente. Vincent Bel nous a alors expliqué que ce comportement l’avait surpris : le randonneur ne semblait pas faire attention à ce qui l’entourait, il ne s’imprégnait pas du lieu, mais était capable de raconter une expérience où il avait sans doute eu le même comportement de « rétrotourisme ». Pour lui, le touriste doit davantage vivre le moment qui se présente à lui. Il doit s’imprégner, prendre le temps d’éprouver le lieu et revenir vers l’essentiel. « C’est difficile d’être heureux, mais ça en vaut la peine » et cette forme de tourisme le permettrait. D’après lui, à bien des égards, les touristes sortent différents d’un séjour dans son refuge.

Cette forme de tourisme permettrait donc un plus grand rapport au sensible et un ralentissement. Pour cela, les touristes doivent s’intégrer à l’environnement et donc le respecter ; c’est peut-être une façon de créer un tourisme plus vertueux.

En outre, les interstices étant des lieux en creux et restant peu fréquentés, on peut imaginer que l’usager laissera moins de traces de son passage. Enfin, ce tourisme permet de modifier les représentations et l’imaginaire touristique. Plutôt que des images exotiques et lointaines, le tourisme des interstices propose de s’éloigner des lieux les plus visités et des stéréotypes qu’ils façonnent.

Éléments de synthèse : le tourisme des interstices, un vecteur de créativité territoriale ?

Photo 12

Le tourisme est le plus souvent abordé par ses hauts-lieux : stations, flux majeurs, attractions touristiques… Il paraît cependant nécessaire de s’abolir de ce regard, et de s’intéresser aux petits lieux, aux signaux faibles nous permettant de comprendre le tourisme par ses creux. Les marges et les creux sont d’autant plus intéressants qu’ils représentent une bien plus grande partie du territoire que les hauts lieux. S’intéresser aux marges touristiques dans les Alpes est d’autant plus intéressant que celles-ci n’ont longtemps été vues que comme un chaos minéral à éviter. Elles n’ont ainsi été vues, par exemple en Allemagne, que comme des obstacles à un voyage dans les hauts-lieux touristiques d’Italie… S’intéresser aux marges touristiques au sein d’un territoire qui en était une il y a encore 150 ans permet donc de questionner le rôle des imaginaires dans la construction des hauts-lieux touristiques.

Photo 13On peut distinguer plusieurs différents types d’interstices et de marges touristiques : celles qui bénéficient d’une certaine mise en tourisme, reconnue par une petite clientèle spécifique, et celles qui sont tout à fait ignorées du public. Les premières sont ce qu’on appelle des niches touristiques et peuvent donc être une de ces formes de signaux faibles dans le tourisme. Il s’agit d’offres touristiques très spécifiques, ne visant pas la massification mais la spécialisation ou la spécificité. L’accent y est mis sur les ressources spécifiques du lieu, sur ce qui peut y attirer une population bien précise. Un exemple fréquemment cité comme relevant du tourisme de niche est, malgré sa massification croissante, l’écotourisme. Un exemple de développement touristique de ce type dans le pays des écrins est l’escalade de cascade de glace en vallée de Freissinières. Les secondes sont ce que nous appellerons des interstices. Il s’agit de ces lieux « devant lesquels tout le monde passe sans y faire attention » (Olivier Joseph). Ils peuvent néanmoins eux aussi bénéficier d’une mise en tourisme, par des spécificités locales à déterminer. Le défi est ici de trouver cette spécificité, et d’intéresser des visiteurs sans dénaturer ni le lieu, ni l’expérience qui peut y être vécue. « Patrimoine et histoire sont de très beaux interstices. La vallée d’à côté a d’autres histoires, on ne sera pas en concurrence, on aura des propositions différentes ». En continuant dans cette idée d’Olivier Joseph, on pourrait dire que le tourisme des interstices permet aussi de sortir de la logique concurrentielle agressive dans laquelle on est aujourd’hui, pour même se diriger vers des logiques de partage : on échange sur des méthodes, des manières de penser et de faire, mais chaque lieux aura des résultats spécifiques différents.

Il convient cependant, comme indiqué précédemment de sortir du cadre de pensée du tourisme actuel, de penser, dans le tourisme des interstices, l’évolution possible du tourisme dans les prochaines années,  avec les contraintes que représente notamment le changement climatique en termes de mobilités.

Le tourisme des interstices apparaît souvent un tourisme des marges, souvent comme un tourisme hors les murs, un tourisme qui tient (stare) entre deux (inter). Cette forme de tourisme sidestream, met en avant des intervalles à la fois spatiaux et temporels, de sens et d’usages. En marge des lieux de tourisme de masse, elle véhicule un regard à la fois intime mais également distancié sur les lieux et les espaces fréquentés. Un regard de proximité, car le tourisme interstitiel est un tourisme des petits lieux, a priori sans vocation touristique évidente ou connue du grand public. Un regard distancié, car prendre du recul vis-à-vis des pratiques mainstream du tourisme, se détacher des haut lieux du tourisme à grande échelle, permet de comprendre et de déchiffrer l’espace que l’on fréquente.

On pourrait aussi considérer que le tourisme des interstices est un tourisme des lieux sans vocation touristique majeure (au sens commercial du terme). C’est un tourisme des lieux de passage, ou l’on s’arrête là où l’on ne s’arrête pas, ou l’on s’intéresse à ce qu’on ne voit pas habituellement. Le tourisme des interstices découle directement des pratiques illicites du tourisme, comme l’urbex avec l’attrait des lieux à l’abandon, le toitourisme l’exploration par les toits et la cataphilie l’exploration par les souterrains évoquée par J.-D. Urbain.  Mais le tourisme de l’interstice va au-delà de l’attrait pour l’illégal, l’obscur et le risque… Le tourisme interstitiel, c’est aussi l’exploration des lieux off, les lieux à signal faible ou les lieux que l’on ne montre pas, voire que l’on ne voit pas de prime abord.

Cependant, n’est-il pas impossible de parler de tourisme interstitiel sans parler de la dimension intrusive lorsque l’on pénètre dans de tels lieux ? L’aspect informel est une composante du tourisme qui tend à s’imposer dans la transition touristique actuelle. En effet, il est de plus en plus fréquent de traverser les barrières, de sortir des sentiers battus et de prendre des risques dans l’expérience de la pratique récréative. Le tourisme interstitiel relève également de cette expérimentation.

Nos diverses expériences sur le terrain au sein du pays des Écrins, de l’exploration de l’ancien site des Fonderies et aciéries de Provence, au belvédère de l’horloge des Hermes, à la visite de l’ancienne mine d’argent, à la montée au refuge du Kern et à la traversée du village de Fressinières, nous ont permis de voir quelles formes ces interstices prennent sur le terrain. Il en ressort une diversité des formes de ces interstices : site industriel abandonné, belvédère peu fréquenté (tour de l’horloge), site patrimonialisé à usage touristique et scientifique (mine d’argent), lieu de passage et de repos alternatif (refuge)… Mais également des interstices temporels : rencontre avec l’historien des sciences Olivier Joseph, évoquant les différents cycles de vie et les rythmes du territoire à travers le temps.

Les interstices territoriaux n’ont pas de formes on de normes prédéfinies. La richesse de ces lieux tient justement de cette non-catégorisation et de cette anahiérarchisation. Il convient donc pour le pratiquant d’innover, d’être acteur de son expérience. On peut voir le tourisme interstitiel comme la suite logique, sinon à mettre en parallèle, au tourisme de niches, un domaine du tourisme en constante évolution également.

Révéler le caractère interstitiel du territoire nécessite une part importante d’innovation notamment sur les nouveaux points de vue à adopter. Il est donc important de créer des temps de rencontre entre les acteurs du tourisme local et extérieurs, ainsi que des acteurs et des habitant du territoire sans nécessairement être en lien avec du développement touristique. Si la rentabilité économique à grande échelle du tourisme des interstices n’est pas une priorité, il est néanmoins pertinent d’innover dans cette piste. Vincent Bel, le créateur du refuge du Kern s’est penché par expérimentation sur cette question.

Assistons-nous à une réelle transition touristique des hauts-lieux vers leurs marges ? La question mérite au moins que l’on s’y intéresse tant elle peut étonner. Tout d’abord on peut imaginer que le contexte économique favorise une quête de dépaysement à moindre coûts, peut-être aussi le besoin de se retrouver dans la peau d’un explorateur, de se rendre dans des lieux où l’on a l’impression de faire partie d’un cercle très fermé de visiteurs, voire même d’en constituer l’un des précurseur.

Notre atelier de terrain au sein du Pays des Écrins a permis de nous confronter aux multiples facettes et formes auxquelles peut être assimilé le tourisme des interstices. Nous avons alors pu nous rendre compte de l’existence d’au moins trois grandes familles d’interstices de nature différentes mais qui pour autant s’entrelacent et sont souvent concomitantes. On pourrait dans ce sens catégoriser les différents phénomènes assimilables à des interstices comme étant de nature spatiale, temporelle ou économique.

L’interstice spatial serait identifié à des concepts tant horizontaux que verticaux de types « entre-deux » ou encore « en-dessous », « au-dessus », néanmoins l’interstice n’est pas forcément éloigné spatialement des sites reconnus. Il peut s’établir en leur sein même, mais leur exploration et consommation peut s’effectuer de manière divergente ou parallèle. Par ailleurs notre visite à Freissinières a permis d’illustrer la difficulté d’un développement touristique dans un lieu de passage vers Dormillouse ainsi qu’un très bon spot d’escalade de cascade de glace. La volonté de développer l’activité résidentielle afin de générer de l’attractivité  semble est plus intéressante en ce lieu plutôt que de « faire venir » à travers la construction d’infrastructures lourdes, pourtant chères aux élus.

A travers la notion d’interstice temporel, on rejoint la bisaisonnalité et celle de la pluriactivité. Ces situations sont d’autant plus effectives au sein des espaces de montagne très dépendants des flux touristiques, l’activité des populations locales s’en retrouve tout autant diversifiée et cette spécificité peut constituer des conditions favorables à l’élaboration d’un tourisme des interstices. Ceci peut être complété par les propos d’Olivier Joseph qui nous a montré l’intérêt de l’idée consistant à développer un tourisme en réseau et complémentaire, d’avantage que d’essayer de faire la guerre à son voisin qui exploite les mêmes ressources.

Dans une troisième dimension, on touche aussi à la dimension économique au tourisme des interstices, on pense ici notamment au témoignage de Vincent Bel qui a développé une sorte de système de micro-activités générant chacune un niveau de rémunération relativement limité et qui sont complémentaires au fil des saisons.

A la lumière des créacteurs et des situations que nous avons rencontré.e.s sur le terrain, le tourisme des interstices qui s’ébauche en filigrane consisterait à :

  • faire avec ce que l’on a
  • ne pas chercher le développement à tout prix
  • fidéliser la relation humaine et économique
  • encourager la pluriactivité (pour encourager la résilience)
  • faire avec et pour les locaux
  • trouver un équilibre entre trop de fréquentation (hauts lieux , haute saison) et pas assez (bas lieux, basse saison)

Photo 14La notion de tourisme d’interstices répond-elle au besoin de réinvention du tourisme contemporain ? Une nouvelle façon de penser le temps libre, les vacances et le voyage se développe t-elle en marge de la pensée dominante ? Ce nouveau paradigme très fortement alimenté par la conscientisation des enjeux environnementaux conduit-il à un ralentissement des consommations récréatives ? De nombreuses pratiques  émergent et ce sont autant d’indicateurs de ce que sera peut-être le tourisme de demain : éco-tourisme, cyclotourisme, tourisme participatif, scientifique…

Un travail intellectuel est donc nécessaire pour appréhender ces nouvelles formes de tourisme, les identifier, les mettre en valeur et montrer leur potentiel de « soft développement » pour les territoires. Ce travail est particulièrement intéressant pour les régions en déficit démographique, sans véritable moyen, qui ont besoin de nouvelles formes d’attraits touristiques. Il répond aussi au besoin des hauts-lieux touristiques de diminuer leur impact sur l’environnement et de réussir à s’intégrer dans la dynamique inéducable d’évolution vers un tourisme soutenable. Les territoires à fort potentiel touristique de demain seront ceux qui auront su intégrer cette dimension à la fois environnementale et plus humaine.

La notion d’interstice s’intègre ici dans une logique d’inversion intellectuelle et opératoire : en se concentrant sur les vides et non les pleins elle cherche à identifier les potentiels touristiques cachés des territoires. Elle cherche à identifier autant les vides spatiaux que temporels. C’est une notion qui n’a pas vocation à permettre au territoire de développer un fort potentiel touristique par l’aménagement d’infrastructures importantes, mais plutôt de mettre en lumière et de rendre accessible des zones des territoires « discrets » par un faible aménagement et une fréquentation limitée. La force de cette notion et de répondre à la fois aux enjeux environnementaux mais aussi économiques car elle nécessite un faible engagement financier et s’inscrit dans une logique de multifonction territoriale en sortant de la mythologie des « équipements structurants » qui polarise l’attention et les financements dans le champ touristique.

Les exemples envisagés à partir du cas du Pays des Écrins suggèrent que de valoriser un tourisme d’interstice conduit à s’intéresser à de micro-lieux et micro-évènements ou éléments géographiques, historiques, patrimoniaux et culturels « déjà là ». Ce sont ces micro-ressources et les alliages, assemblages et connexions auxquels elles peuvent donner lieu à l’échelle d’une destination qui constituent des potentialités capables d’ouvrir des marges créatives pour les habitants, les opérateurs locaux et les visiteurs. Ainsi le tourisme des interstices peut constituer un facteur de créativité, tant pour les opérateurs touristiques que pour les pratiquants, en ce sens qu’il demande à se décentrer de nos modes de réflexions initiaux, d’aller chercher des pistes qui ne sont pas évidentes, de faire peut-être des connexions improbables (des bissociations ?), et de sortir de la logique de masse, concurrentielle, qui veut que chaque territoire se développe l’un contre l’autre en revendiquant peu ou prou les mêmes ressources génériques.