Archives de catégorie : Ateliers

En quoi le triptyque Balcon-de-Villard/Via Vercors/les Bouchards offre des ressources créatives au territoire ? (4)

Cette note de synthèse est un travail d’étudiants (rédaction en temps limité : 3h)

Le massif Préalpin du Vercors s’inscrit dans un imaginaire essentiellement dédié à la nature, au tourisme et dans une moindre mesure, à l’agriculture. A proximité immédiate de l’agglomération grenobloise, ce vaste territoire est massivement fréquenté en période hivernale pour les activités sportives qui sont proposées sur les différents domaines skiables dont celui de Villard de Lans. Ce « tourisme blanc », générateur d’une économie touristique saisonnière, pose la question de la dépendance, de l’adaptation et des dynamiques de ces territoires face à ce type d’industrie formatée, générique et marchande, aujourd’hui menacés par les diverses crises globales aux impacts locaux (environnement, énergie, économie…), tandis que d’autres pratiques et économies culturellement ancrées restent peu valorisées à l’image de l’agriculture, de l’artisanat… Continuer la lecture de En quoi le triptyque Balcon-de-Villard/Via Vercors/les Bouchards offre des ressources créatives au territoire ? (4)

En quoi le triptyque Balcon-de-Villard/Via Vercors/les Bouchards offre des ressources créatives au territoire ? (3)

Cette note de synthèse est un travail d’étudiants (rédaction en temps limité : 3h)

Dans le contexte actuel d’accélération constante des mobilités, des échanges et des expériences, on voit se développer des initiatives portant des modes de vie plus doux, faisant l’éloge de la lenteur comme un nouveau paradigme de nos pratiques. Ce mode de vie permettrait le développement de mobilités « propres » (du point de vue de l’empreinte carbone) mais également un autre ‘confort’ de vie. C’est dans ce contexte que s’inscrit la Via Vercors. Projet porté par la communauté de communes des montagnes du Vercors (CCMV), la Via Vercors est un itinéraire de cheminement privilégiant les modes de déplacement doux et devant relier les communes de la CCMV : Autrans, Méaudre, Corrençon, St Nizier, Lans en Vercors, Villard de Lans et Engins. Livrée en partie à l’été 2013, elle devrait, à terme, présenter environ 43km de chemin. Cette première livraison se compose de 4 tronçons, pour un total de 27 km. Notre étude porte sur une partie de l’un de ces tronçons, reliant le lieu dit du Balcon de Villard et le hameau des Bouchard. Continuer la lecture de En quoi le triptyque Balcon-de-Villard/Via Vercors/les Bouchards offre des ressources créatives au territoire ? (3)

En quoi le triptyque Balcon-de-Villard/Via Vercors/les Bouchards offre des ressources créatives au territoire ? (2)

Cette note de synthèse est un travail d’étudiants (rédaction en temps limité : 3h)

A l’occasion d’un atelier terrain sur les sites du Balcon de Villard -de -Lans, de la Via Vercors et des Bouchards nous avons pu avoir un aperçu de la potentialité des lieux en terme de tourisme et « d’alter -tourisme ». Ce furent trois jours agrémentés d’interventions d’acteurs du territoire, mais aussi d’arpentage du milieu et de l’espace bâtit pour enfin finir sur un Forum créatif autour de la question d’un alter -tourisme autour du triptyque. A la question « en quoi le triptyque Balcon/Via Vercors/les Bouchards offre des ressources créatives au territoire ? », je répondrai en trois temps. Je commencerai mon argumentation en faisant un constat, une présentation du lieu en termes de potentialité touristique. Je passerai ensuite aux facteurs favorisant la créativité, pour enfin revenir sur notre Forum de créativité pour faire ressortir les ressources, les idées et les possibilités du lieu. Continuer la lecture de En quoi le triptyque Balcon-de-Villard/Via Vercors/les Bouchards offre des ressources créatives au territoire ? (2)

En quoi le triptyque Balcon-de-Villard/Via Vercors/les Bouchards offre des ressources créatives au territoire ? (1)

Cette note de synthèse est un travail d’étudiants (rédaction en temps limité : 3h)

Dans un contexte d’incertitudes pour les stations de sports d’hiver lié au changement climatique, à la mutation des pratiques, comportement et clientèle ; penser un autre modèle de développement apparaît nécessaire. À cet effet, un investissement volontaire et innovant des acteurs territoriaux et s’intéressant aux spécificités des lieux, à leurs dimensions sémiotique, symbolique, sensible, mais aussi aux potentialités qu’ils recèlent, est à impulser en vue de mettre en exergue les ressources créatives.

Notre cas d’étude concerne le triptyque Balcon/Via Vercors/les Bouchards, soit un pied de station moderne, une voie multiusage et polymodale et un hameau traditionnel. Nous allons expliquer en quoi ces trois éléments associés suggèrent des complémentarités et augurent possiblement un développement à contre – courant du modèle (dé)passé. Continuer la lecture de En quoi le triptyque Balcon-de-Villard/Via Vercors/les Bouchards offre des ressources créatives au territoire ? (1)

Compte rendu du Forum ouvert

Note rédigée par les étudiants du M1 ITER participants à l’atelier.

Le 18 avril 2014 , nous avons mis à profit notre esprit de créativité dans un forum ouvert où l’on était amené à s’exprimer sur des idées proposant des formes de tourisme intégré au triptyque Balcon de Villard -Via Vercors -Les Bouchards

FO_IMG1

Plusieurs propositions en sont ressorties, en s’appuyant sur la sensibilité du touriste, la culture locale, le pas de coté hors sentier, ainsi que le réinvestissement des lieux hors – saison.

L’échappée vertacomicorienne : Ce thème aborde un tourisme sans cadre, sans parcours, imposé, sans guide, dans le but de vivre une expérience spontanée, en redevenant sauvage, naturel, en osant se perdre. Il propose un parcours basé sur le sensitif, les 5 sens, qui seraient activés uniquement par les éléments spontanés du parcours (vue, son, odeur, touché, goût, audition).

Quand la nature par la flânerie fait découvrir ses contes et légendes : cet atelier propose une réécriture des contes et légendes par les locaux, et invite le touriste à découvrir le territoire par ces contes. Ont été évoqués des guides audio, des guides « pour se perdre dans la nature », une théâtralisation de ces contes, ou encore des mots ou des phrases gravés dans le bois, dans la roche. Cela fait appel au sensible, mais aussi au ludique.

Le résiduel, une itinérance touristique : le but ici est d’utiliser les éléments résiduels de l’espace, du paysage, souvent anthropique (murgers, cairns), afin de permettre au visiteur de se perdre dans son exploration, donc d’utiliser ces éléments comme les indices d’un parcours qui serait induit. Chaque visiteur laisserait une trace de son passage afin de faire partager son expérience et d’alimenter ce parcours induit. Cela encouragerait l’itinérance, l’expérimentation, la flânerie.

Penser le hors -saison : le but de cet atelier est principalement de réinvestir les ruines et bâtiments inoccupés du Balcon et des Bouchards en créant de l’événementiel par la venue d’artistes. Ainsi, le réaménagement du cinéma (en atelier d’artiste), de la boîte de nuit (en musée) et la mise en art des façades des immeubles et du téléphériques ainsi que de la Via Vercors seraient propices à attirer des visiteurs et ainsi réinvestir les logements inoccupés. Un parcours d’exposition d’art a ainsi été évoqué le long de la Via Vercors composé exclusivement de matériaux matériels à disposition, dont le départ serait le Balcon et l’arrivée les Bouchards, avec un spot de dialogue, de présentation des œuvres par les artistes pourquoi pas dans les locaux de l’ESF.

Le fluide : cet atelier propose une expérimentation de l’évolution des sens selon les lieux. Il prend l’image d’un fluide intracorporel, représentant le sens, le sensible, qui évolue selon les lieux. On pourrait ainsi construire une carte sensorielle des lieux.

FO_IMG2
Voici un schéma de l’ensemble des dispositifs proposés par chaque atelier, avec à gauche le balcon et à droite les Bouchards. On remarque que les espaces concernés par ces propositions se structurent essentiellement autour de la Via Vercors au centre.

Globalement, les propositions de chaque atelier reposent sur le sensible, le sensitif, mais aussi sur le décalé, le « non -parcours », l’itinérance, la flânerie, l’expérimental, ou encore le ludique, dans une logique de donner une nouvelle forme d’attractivité par un réinvestissement des lieux intégré au territoire, pourquoi pas en hors -saison. Cependant, le hors -saison est un moment de calme et de tranquillité pour les locaux, qui tiennent à ces moments. Faut -il donc réellement penser un tourisme hors -saison ?