Archives de catégorie : Innovation dans les ressources ? Les perspectives de développement du et par le tourisme

La femme rurale et son rôle dans le développement économique et dans la préservation du patrimoine au sud du Maroc.

Ce texte est une note d’intention en vue d’une communication à la Deuxième Université Internationale d’Hiver, rédigée par Mariam Benkhallouk et Samira Ghailane,  LERMA, Université Cadi Ayyad, Marrakech – Université Grenoble-Alpes, UMR PACTE. Retravaillée, la communication finale sera diffusée à la suite de l’événement, complétée et affinée.

Le Maroc a accordé durant ces dernières années une attention particulière au développement de ses territoires marginaux (c’est-à-dire ceux qui n’ont pas pu bénéficier des plans de modernisation de l’agriculture et de l’économie rurale, et qui représentent environ les ¾ de la superficie du pays), en particulier à travers un long processus de décentralisation engagé depuis les années 60. Depuis, d’autres politiques sont venues soutenir ce processus, avec en particulier l’Initiative Nationale de Développement Humain (INDH), le Pilier II du Plan Maroc vert, la vision 2020 pour le développement du tourisme durable.
Une mobilisation de différents acteurs et de différentes ressources est engagée autour des projets d’appui aux activités génératrices de revenus (AGR), visant le développement des territoires difficiles via le développement de « Produits de Terroir».
Dans l’ensemble de ces programmes une attention particulière est accordée pour l’implication de la femme rurale dans les dynamiques de développement socio-économique et patrimonial des régions montagneuses défavorisées. En effet, de nouveaux organismes sociaux tels que les associations et les coopératives féminines ont vu le jour, ils s’articulent souvent entre développement économique,valorisation des spécificités et patrimoine local.
Cette prolifération d’associations et de coopéraitves féminines témoigne à la fois de leurs rôles dans l’amélioration de la situation socio-économique de la femme rurale autant que dans la préservation et la transmission des savoir-faire relevés au statut de patrimoine. Le patrimoine alors offre des opportunités de développement économique à travers le tourisme et l’artisanat. De ce fait, plusieurs savoir-faire ancestraux transmis de mère en fille se sont développés vers des filières de production organisées notamment les filières d’argan, du safran et du tapis, et ce grâce à la femme rurale qui devient un élément déclencheur du processus de patrimonialisation. Ainsi, ces filières confondues font objet de plusieurs labellisations afin de valoriser et promouvoir autant le savoir-faire que le produit de terroir.
Dans ce sens la femme rurale œuvrant dans les associations et les coopératives féminines contribue à une dynamique économique importante ancrée dans la valorisation et la préservation du patrimoine local.
Le foisonnement de ces initiatives centrées sur le genre et leur évolution sur plusieurs années invite à une analyse qui porte sur la réflexion suivante :
Dans quelle mesure ces projets de développement des AGR dans les régions montagnardes en se référant à l’approche genre et à la valorisation des spécificités ont pu créer une dynamique visant le développement socio-économique et patrimoniale dans leur région? Quelles sont les femmes rurales qui ont été touchées par ces programmes ? Et quels sont les produits de la spécificité concernés par le processus de patrimonialisation qui peuvent déboucher sur le développement de ces territoires et améliorer la situation des femmes rurales ?

Auteur de la photographie :  Daniel PERRIES (CC BY-NC-ND 2.0) via Flickr (https://flic.kr/p/dYYZSR)