Archives de catégorie : Deuxième Université Internationale d’hiver 27 – 29 janvier 2016 : Notes d’intention

Soutien à l’innovation par la diffusion des travaux de futurs ou jeunes chercheurs

Les 27, 28 et 29 janvier 2016 à l’Escandille d’Autrans

Le LabEx Innovation et Territoires de Montagne (ITEM) organise pour la seconde fois l’Université Internationale d’hiver.
Destinée à promouvoir les travaux de futurs chercheurs et de jeunes chercheurs autour du thème de la Montagne, elle porte sur l’innovation et les mutations des territoires de montagne.
Les communications présentées cette année éclairent un peu plus la notion d’innovation et l’interroge sous des angles multiples : innovation des modes de faire, innovation des formes, des ressources.
Certaines approches plus critiques viendront compléter ces interrogations et procéderont à une mise en perspective des processus d’innovation.
Durant cette université, étudiants et jeunes chercheurs présentent en matinée leurs communications. Les après-midis donnent lieu à des séances d’ateliers autour des thématiques de recherche du LabEx.
Enfin, une table-ronde mêlant élus, professionnels, universitaires et étudiants autour du développement territorial du Vercors et de l’innovation conclura cette deuxième université internationale d’hiver.

De la (re)qualification à la disqualification ? Territoires et sociétés des marges à l’épreuve de la labellisation. Le cas de Taliouine (Anti -Atlas, Maroc)

Ce texte est une note d’intention en vue d’une communication à la Deuxième Université Internationale d’Hiver, rédigée par Mari Oiry, chercheur au Center for Mountain Studies,  Perth College UHI. Retravaillée, la communication finale sera diffusée à la suite de l’événement, complétée et affinée.

Cette communication porte sur les processus de singularisation dans des régions de montagne marginalisées dans lesquelles l’obtention de labels fait figure de nouvelle manière de fabriquer du territoire, en mettant en avant ce qu’il a de spécifique, pour lutter contre la marginalisation. Labelliser permettrait de requalifier des territoires laissés pour compte, de les distinguer par rapport aux autres, en faisant reconnaitre leurs qualités. Pourtant, qualifier autrement des espaces transforme effectivement ces espaces, mais pas toujours dans le sens attendu : la labellisation peut renforcer les différentiels entre territoires, en disqualifier certains, exclure certains acteurs et attiser les conflits. Continuer la lecture de De la (re)qualification à la disqualification ? Territoires et sociétés des marges à l’épreuve de la labellisation. Le cas de Taliouine (Anti -Atlas, Maroc)

La femme rurale et son rôle dans le développement économique et dans la préservation du patrimoine au sud du Maroc.

Ce texte est une note d’intention en vue d’une communication à la Deuxième Université Internationale d’Hiver, rédigée par Mariam Benkhallouk et Samira Ghailane,  LERMA, Université Cadi Ayyad, Marrakech – Université Grenoble-Alpes, UMR PACTE. Retravaillée, la communication finale sera diffusée à la suite de l’événement, complétée et affinée.

Le Maroc a accordé durant ces dernières années une attention particulière au développement de ses territoires marginaux (c’est-à-dire ceux qui n’ont pas pu bénéficier des plans de modernisation de l’agriculture et de l’économie rurale, et qui représentent environ les ¾ de la superficie du pays), en particulier à travers un long processus de décentralisation engagé depuis les années 60. Depuis, d’autres politiques sont venues soutenir ce processus, avec en particulier l’Initiative Nationale de Développement Humain (INDH), le Pilier II du Plan Maroc vert, la vision 2020 pour le développement du tourisme durable.
Une mobilisation de différents acteurs et de différentes ressources est engagée autour des projets d’appui aux activités génératrices de revenus (AGR), visant le développement des territoires difficiles via le développement de « Produits de Terroir».
Dans l’ensemble de ces programmes une attention particulière est accordée pour l’implication de la femme rurale dans les dynamiques de développement socio-économique et patrimonial des régions montagneuses défavorisées. En effet, de nouveaux organismes sociaux tels que les associations et les coopératives féminines ont vu le jour, ils s’articulent souvent entre développement économique,valorisation des spécificités et patrimoine local.
Cette prolifération d’associations et de coopéraitves féminines témoigne à la fois de leurs rôles dans l’amélioration de la situation socio-économique de la femme rurale autant que dans la préservation et la transmission des savoir-faire relevés au statut de patrimoine. Le patrimoine alors offre des opportunités de développement économique à travers le tourisme et l’artisanat. De ce fait, plusieurs savoir-faire ancestraux transmis de mère en fille se sont développés vers des filières de production organisées notamment les filières d’argan, du safran et du tapis, et ce grâce à la femme rurale qui devient un élément déclencheur du processus de patrimonialisation. Ainsi, ces filières confondues font objet de plusieurs labellisations afin de valoriser et promouvoir autant le savoir-faire que le produit de terroir.
Dans ce sens la femme rurale œuvrant dans les associations et les coopératives féminines contribue à une dynamique économique importante ancrée dans la valorisation et la préservation du patrimoine local.
Le foisonnement de ces initiatives centrées sur le genre et leur évolution sur plusieurs années invite à une analyse qui porte sur la réflexion suivante :
Dans quelle mesure ces projets de développement des AGR dans les régions montagnardes en se référant à l’approche genre et à la valorisation des spécificités ont pu créer une dynamique visant le développement socio-économique et patrimoniale dans leur région? Quelles sont les femmes rurales qui ont été touchées par ces programmes ? Et quels sont les produits de la spécificité concernés par le processus de patrimonialisation qui peuvent déboucher sur le développement de ces territoires et améliorer la situation des femmes rurales ?

Auteur de la photographie :  Daniel PERRIES (CC BY-NC-ND 2.0) via Flickr (https://flic.kr/p/dYYZSR)

Mise en scène et valeur territoriales: une approche inspirée des territoires de montagne

Ce texte est une note d’intention en vue d’une communication à la Deuxième Université Internationale d’Hiver, rédigée par Delphine Guex, Université de Neufchâtel.  Retravaillée, la communication finale sera diffusée à la suite de l’événement, complétée et affinée.

Le travail, la production et les travailleurs étaient au cœur de la société industrielle, et des théories en sciences sociales et sciences régionales. Spatialement, les lieux de travail déterminaient le lieu de résidence des travailleurs, de leur famille et de la quasi‐totalité de leurs activités. La plupart des théories en développement régional (Clusters, TIMs, etc.) considèrent ainsi principalement voire exclusivement la mobilité des biens, du travail et de la production. La mobilité des personnes est généralement réduite à la mobilité des travailleurs. En termes de développement, la valeur territoriale dans une telle société et selon de tels modèles repose sur la capacité locale à produire des biens compétitifs et à les exporter. La productivité de leurs secteurs d’exportation détermine ensuite les revenus entrant dans la région, aussi bien que la rente urbaine locale.
La société postindustrielle est caractérisée par l’essor des « nouvelles mobilités » (Urry, 2005, 2012) : transports, voyages, information, pendularité, etc. Urry parle d’un phénomène d’ « offshoring » généralisé (2014). Ce contexte postindustriel est également marqué par l’importance croissante des dimensions immatérielles dans la création de valeur. D’un point de vue spatial, on observe un découplage entre le lieu et le moment du travail et le lieu et le moment de la consommation, due à la mobilité des consommateurs (Markusen, 2007, 2009 ; Glaeser, 2001, 2006 ; Davezies, 2004, Davezies & Talandier, 2014): désormais les lieux de travail et de consommation sont dissociés. En termes de développement, la valeur territoriale de ce point de vue repose sur la capacité locale à générer de l’attention « médiatique », et en termes de flux à attirer des investissements, des consommateurs externes, et d’éviter les fuites (des travailleurs locaux partant consommer autre part).
Les territoires de montagne sont particulièrement intéressants précisément parce qu’ils sont un profil « hybride », c’est‐à‐dire productif et présentiel. Du moins, contrairement à la plupart des territoires, l’importance de la consommation a concentré l’attention durant les dernières décennies. Cette caractéristique a fait de l’objet tourisme un objet traité « à part », dans les sciences sociales comme dans les sciences régionales. Le tourisme est une forme ancienne de mobilité des personnes; d’un point de vue territorial on s’intéresse aux présences des personnes en un lieu. C’est l’une des premières formes de mobilités qui permette le développement économique d’une région, avant les phénomènes de pendularité par exemple, de durée et centralisation des lieux d’étude, ou de retraite. L’approche par la scène est une approche territoriale tenant compte des conséquences de l’ensemble des mobilités (qui concernent la production et la consommation), qui toutes traduisent une combinaison d’enjeux concrets, symboliques et marchands. L’application du modèle à des cas de territoires concernés par le tourisme conduit de fait à questionner en particulier les présences. Cette approche, inspirée de la compréhension de trajectoires de stations touristiques en Suisse depuis le 19ème siècle se situe théoriquement et méthodologiquement au carrefour des champs de la géographie, de l’économie, et de la sociologie.

Illustration : Châtel par Alain Bachellier (CC BY-NC-ND 2.0) via Flickr (https://flic.kr/p/9Fnq3)

Visions et construction d’un territoire, l’Oisans au cours des années 1960

Ce texte est une note d’intention en vue d’une communication à la Deuxième Université Internationale d’Hiver, rédigée par Dorothée Fournier, Doctorante financée dans le cadre du LabEx ITEM – Université Grenoble-Alpes, EA SENS, UMR LARHRA. Retravaillée, la communication finale est diffusée à la suite de l’événement, complétée et affinée sur Les carnets du LabEx ITEM.

Cette communication vise à décrypter par une analyse fine au niveau micro-historique à l’échelle de l’Oisans  les processus socio-culturels ayant amené au remodelage de l’espace montagnard par l’extension des loisirs de masse (Rioux & Sirinelli, 2002) et des infrastructures dédiées. Les sources, principalement deux éditions du journal le Dauphiné Libéré (Oisans et Grenoble) permettent de dégager les visions et motivations ayant conduit des acteurs, locaux ou extérieurs au territoire, à transformer la montagne. Continuer la lecture de Visions et construction d’un territoire, l’Oisans au cours des années 1960

La construction d’un territoire pour le loisir. Le cas des alpes franco-italiennes dans l’après-Seconde Guerre mondiale.

Ce texte est une note d’intention en vue d’une communication à la Deuxième Université Internationale d’Hiver, rédigée par Caterina Franco, MHA-evt, Ecole Nationale Supérieure d’architecture de Grenoble – Université Grenoble-Alpes. Retravaillée, la communication finale sera diffusée à la suite de l’événement, complétée et affinée.

Dans le cadre d’une thèse de doctorat en architecture je propose une contribution qui reflète le rôle que l’architecte a joué dans le procès de transformation du territoire alpin entre France et Italie, suite à la diffusion du tourisme de masse, dans deux systèmes politiques, économiques et culturel différents.

Si le développement du tourisme de masse a déjà été étudié par les sociologues et les économistes, la recherche architecturale n’a pas encore suffisamment exploité les liens entre demande, conception et construction des lieux voués au loisir et aux vacances. En outre, l’impact considérable que ce phénomène a eu en montagne fait des Alpes un terrain d’étude privilégié. Continuer la lecture de La construction d’un territoire pour le loisir. Le cas des alpes franco-italiennes dans l’après-Seconde Guerre mondiale.