“HABITER LA MONTAGNE” En région grenobloise

auteurs:  Flora BERNARD – Gabriel CONSTANS – Simon VIOLINO – Maxime LEMAITRE – Chloé GIRIN Clémentine LAFOUGE – Thomas TISSOT – Benjamin LEYRIS – Alexis MERLIN, Institut de Géographie Alpine, Master IDT

UNE REGION MARQUEE PAR LA RELATION VILLE-MONTAGNE

Entourée par des massifs montagneux, l’agglomération grenobloise entretient des relations spécifiques avec ses espaces périphériques en transition, du fait de la construction métropolitaine actuelle. La situation géographique de cette région, bordée par de nombreux massifs (Chartreuse, Vercors, Trièves, Matheysine, Taillefer, Oisans et Belledonne), caractérise le développement métropolitain et amène à parler de « Métropole Alpine ».

Avec une population qui ne dépasse pas les 700 000 habitants, l’aire urbaine de Grenoble présente un profil métropolitain développé, original et marqué par une économie très spécialisée (INSEE, 2013). La métropolisation de Grenoble, qui repose sur les fonctions de conception-recherche (21 000   emplois)   et   de   prestations   intellectuelles,   pourrait   être   qualifiée   de   “scientifique”. Effectivement, l’aire urbaine se classe au premier rang des régions françaises pour l’emploi dans les secteurs de l’innovation technique et technologique. Cette métropolisation étant contrainte par le relief, elle se démarque des autres aires urbaines en concentrant l’économie productive au cœur de son territoire. Parallèlement à cela, les montagnes environnantes constituent un élément majeur d’attractivité avec un tourisme de loisirs et sports de plein-air. Ainsi, le dynamisme socio-économique et l’originalité de cette métropole sont non seulement alimentés par sa relation avec la montagne, mais également par  le  développement  de  l’université.  Nadir  Boumaza  a d’ailleurs  évoqué  cette particularité en 1997 : « Grenoble fait figure de métropole secondaire et de capitale des Alpes selon l’expression  de  Paul  Veyret (…) Les  éléments  de  sa  singularité  se  rapportent  principalement  à l’environnement montagnard et à un poids socio-culturel et économique spécifique du monde universitaire et scientifique ».

Ce territoire qui présente de forts enjeux économiques et démographiques, avec notamment une augmentation progressive de l’habitat en plaine mais aussi en zones de montagne bordant l’agglomération, est concerné par la réforme territoriale avec la construction intentionnelle d’une « Métropole» intégrant 49 communes et plus de 437 000 habitants. Dans le cadre de la loi de modernisation de l’action publique territoriale du 27 janvier 2014, les grandes agglomérations françaises  dont  Grenoble  Alpes  Métropole,  auront  au  1er   janvier  2015  un  nouveau  statut  de Métropole afin de leur donner « les atouts dont elles ont besoin pour exercer pleinement leur rôle en matière de développement économique, d’innovation, de transition énergétique et de politique de la ville ».  En  région  Rhône  Alpes,  la  Métropole  de  Grenoble  se  substituera  à  l’intercommunalité existante et disposera de compétences étendues.

L’attractivité de la région et la proximité géographique entre ville et montagne, créent des enjeux pour le développement futur du territoire. En effet, les reliefs environnants qui délimitent cette aire urbaine, constituent une contrainte physique mais n’empêchent pas pour autant le phénomène de périurbanisation et de migrations d’agrément. Le terme de périurbanisation traduit le phénomène d’urbanisation observé depuis les années 1970 en périphérie des agglomérations, avec un   tissu   urbain   moins  dense   caractérisé   notamment  par   de   l’habitat  pavillonnaire  et   des constructions de maisons individuelles, habitées majoritairement par les classes moyennes. Cela amène ainsi à parler d’espaces périurbains qui renvoient aux « périphéries des agglomérations où se localise aujourd’hui la plus grande partie de la croissance urbaine, où de nouvelles manières d’habiter la ville invitent à en revoir les définitions habituelles » (Donadieu (P.), 1998). Alors que la définition de l’espace périurbain fait l’objet de nombreux travaux, débats et remises en question, pouvant rendre son  utilisation  délicate,  le  phénomène  de  périurbanisation  et  ses  effets  géographiques  sont considérés comme créateurs d’enjeux par les acteurs des territoires. Effectivement, alors que les politiques mènent une lutte contre l’étalement urbain, notamment à travers le SCOT de la Région Urbaine Grenobloise et son objectif d’économie d’espace, ce phénomène persiste et gagne les montagnes. Cette progression de l’urbain sur le rural, cette urbanisation de la montagne, se traduit notamment  par  l’artificialisation  des  sols  ou encore  une  augmentation  des  déplacements  de  la population. 

De telles considérations économiques, institutionnelles et spatiales paraissent cependant insuffisantes pour comprendre le sens de la construction métropolitaine et les enjeux territoriaux associés. En partant du principe qu’habiter dans les montagnes autour de Grenoble est une manière de faire la métropole grenobloise, il apparaît nécessaire d’être attentif aux représentations associées à la montagne. Celles-ci sont propres à chaque individu, selon sa sensibilité, ses perceptions et son expérience. Il y a donc bien un intérêt réel pour la géographie et les territoires, à s’interroger sur les représentations, les motivations et les aspirations des futurs néo-habitants de ces espaces montagnards autour de Grenoble, pour mieux saisir cet ensemble de dynamiques territoriales. Il semble alors pertinent de chercher à comprendre dans quelles mesures les représentations de la montagne  motivent  les  trajectoires  résidentielles  des  futurs  habitants  et  influencent  le  choix d’habiter  la  montagne.  Connaitre  les  motivations  et  aspirations  qui  sont  au  cœur  du  projet résidentiel de ces individus, et quels arguments sont mobilisés, sont d’autres questions qui méritent d’être soulevées. Par ailleurs, il est question de déterminer le rôle et l’influence de la montagne dans le projet d’installation. Ainsi, peut-on affirmer qu’il existe des enjeux résidentiels spécifiques aux territoires  de  montagne ?  Il  est  en  effet  intéressant  de  vérifier  si  les  raisons  évoquées  sont caractéristiques du phénomène de périurbanisation, ou si elles sont spécifiquement liées aux milieux montagnards. 

LA MONTAGNE, OBJET GÉOGRAPHIQUE COMPLEXE

Dans  l’optique  de  comprendre  les  trajectoires  résidentielles  liées  à  l’attractivité  des territoires montagnards, il apparaît en premier lieu nécessaire de s’interroger sur l’acception du terme montagne.

De prime abord, la montagne s’identifie traditionnellement par des critères physiques tels que le climat, le relief et le degré de pente, mais également par la forte présence de milieux naturels, d’activités agricoles ou encore de contraintes physiques et naturelles. Pour autant, ces critères ne donnent pas lieu à la constitution d’une définition précise et indiscutable. Effectivement, comme l’explique Raoul Blanchard en 1934 dans la préface de l’ouvrage « L’homme et la Montagne » de Jules Blache, « réaliser une définition même de la montagne, qui soit claire et compréhensible, est à elle seule à peu près impossible à fournir ». De la même manière, Paul et Germaine Veyret estiment dans « Essai de définition de la montagne » publié en 1962, que « les mots ‘mont’, ‘montagne,’ qui désignent des choses si dissemblables, manquent de la plus élémentaire précision ». Ces deux auteurs affirment en effet que « ces mots sont venus trop tôt dans la langue, quand le berceau du français ignorait les vraies montagnes et que personne n’éprouvait le besoin de mettre un ordre de grandeur parmi les aspérités de la surface terrestre ». Par ailleurs, Bernard Debarbieux, à travers son article « La montagne : un objet géographique ? » (2001), précise que « la géographie n’est jamais parvenue à produire une définition précise et indiscutable de la montagne », ce qui pose problème pour déterminer scientifiquement ce qui est ou n’est pas montagne. Une telle lacune et indétermination proviendraient d’une certaine « incapacité des spécialistes à produire une définition rigoureuse de portée universelle » (Messerli (B.), Ives (J.), 1997).

Malgré  les difficultés  rencontrées  dans  l’exercice  de  définition  de  la  montagne,  certains scientifiques proposent des éléments paraissant nécessaires et indispensables pour sa construction. En 1974, Pierre George associe la montagne à une « partie saillante ou relief de l’écorce terrestre à la fois élevé […] et occupant une grande étendue ». Ces critères morphologiques ont été repris et complétés  en 1984  dans l’article  « La montagne,  les  géographes  et  la  géographie  »  publié  par Catherine Bras, Maryvonne Le Berre et Anne Sgard, expliquant que les géographes accordent au « mot  montagne  »  trois  sens  différents  :  l’ « élévation  isolée  de  terrain  nettement  délimité, généralement par des vallées périphériques » ; une « portion d’espace formée par un ensemble de reliefs saillants » ; un « milieu pris dans sa globalité : la montagne par excellence, c’est-à-dire ce qui fait référence à la topographie, au paysage mais aussi à toute forme d’activité humaine. »

Il est notable que la forme de relief et l’altitude sont les caractéristiques les plus fédératrices et les moins discutées pour ce que l’on qualifie de montagne. Cela se confirme d’ailleurs dans le « dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés » (2003) de Jacques Lévy et Michel Lussault, où l’on retrouve Bernard Debarbieux définissant la montagne comme « une forme de relief saillante caractérisée par des altitudes, des formes et des volumes qui font l’objet de conventions variables selon les contextes ». Ce dernier a d’ailleurs résumé différentes tentatives de définition en indiquant qu’au fond la montagne correspond à « un objet qui se différencie pour des raisons essentiellement topographiques » et « désigne des éléments d’une structure paysagère différenciée, éléments situés en contre-haut du lieu ». De plus, il ajoute que la montagne véhicule également pour les individus des « valeurs, images, représentations […] qui conditionnent l’appréhension et la pratique de chacune de ses occurrences » et qu’elle constitue l’objet d’un « véritable enjeu social et culturel, parfois politique ». 

Comme le souligne Jean-Louis Cazaubon dans le rapport « Agriculture et montagne : une relation à haute valeur ajoutée » publié en février 2010, la notion de « zone de montagne » est « apparue en France dans les années 60 et a ensuite été précisée par la directive du Conseil des Communautés  européennes  du  28  avril  1975  ».  Celle-ci  définit  «  des  critères  de  classement  du territoire » dans le but de prendre en considération « des communes ou des parties de communes » caractérisées par une « altitude minimale de 700 mètres » (excepté pour les Vosges et les montagnes méditerranéennes pour lesquelles les altitudes minimales sont respectivement de 600 m et 800 m) mais aussi par « des conditions climatiques très difficiles traduisant une période de végétation sensiblement raccourcie ». Par ailleurs, ces territoires de montagne peuvent être également définis par « la présence, à une altitude moindre, dans la majeure partie du territoire (au moins 80%), et de fortes  pentes  (supérieures  à  20  %) ».  Ainsi,  dans  la  continuité  de  cette  directive  apportant  des éléments  de  caractérisation  des  territoires  montagnards,  la  loi  « montagne »  (loi  relative  au développement et à la protection de la montagne)  du 9 janvier 1985 indique dans l’article 3 que « les zones de montagne se caractérisent par des handicaps significatifs entraînant des conditions de vie plus difficiles et restreignant l’exercice de certaines activités économiques. Elles comprennent, en métropole, les communes ou parties de communes caractérisées par une limitation considérable des possibilités  d’utilisation  des  terres  et  un  accroissement  important  des  coûts  des  travaux ».  Un classement des zones de montagne a été élaboré dans le cadre de cette loi, avec une application locale relayée par les Directions Départementales des Territoires (DDT). La dimension technique d’un tel classement selon des critères et caractéristiques spécifiques, permet de constituer une base commune pour l’identification générale des territoires montagnards.

Cependant, un territoire peut aussi être considéré comme montagnard en fonction des représentations et des perceptions que chaque individu peut exprimer à travers son discours autour de la montagne. Il est alors important de préciser qu’au-delà des multiples définitions existantes, la montagne n’est pas une simple entité mesurable par l’altitude de ses territoires, la pente, le relief, les contraintes physiques ou encore les milieux naturels et paysages, pour justifier un classement et une délimitation territoriale et administrative. La montagne peut également se matérialiser par des représentations  sociales  et  donc  se  trouver  là  où  elle  n’est  pas  forcément  attendue.  Si  les classements et zonages existants constituent une référence pour la réalisation d’études ciblées sur les territoires montagnards, la construction socioculturelle de l’idée de montagne ne peut être occultée, à plus forte raison pour étudier les trajectoires de vie et stratégies résidentielles menant au choix d’habiter la montagne.

Après avoir remis en question la définition de montagne dans le cadre des migrations d’habitants vers les montagnes de la région grenobloise, il est alors utile voire même indispensable de se focaliser sur l’idée d’habiter un espace, un territoire. 

LA NOTION POLYSÉMIQUE DE L’HABITER

Il convient donc de revenir sur la notion fondamentale d’« habiter » si l’on veut mettre en évidence les spécificités des logiques résidentielles des territoires de montagne. La recherche a produit une littérature variée sur cette question, dans des disciplines telles que la géographie, la philosophie ou encore l’écologie. Pour Mathis Stock, « le concept d’habiter pose problème, car il peut être utilisé de multiples manières en sciences humaines et sociales ». Par ailleurs la hausse de la mobilité, caractéristique majeure de la société contemporaine, de par la circulation des biens, personnes, informations, en continue et en tout lieu, questionne directement cette notion : « la condition urbaine, c’est la prédominance des flux sur les lieux, prédominance du « bouger » sur l’« habiter » (Furet (C.), décembre 1999-janvier 2000). Cette mobilité est au cœur même du processus de périurbanisation que connait la région grenobloise.

Rappelons  simplement  ici  que  cela  n’englobe  pas  uniquement  « l’action  humaine  liée  à l’habitation,  au  logement,  à  la  maison  »  mais  également  « tout  ce  qui  contribue,  pour  chaque humain, à être ». (Paquot (T.), Lussault (M.), Younès (C.), 2007). Elle est, à une échelle moins globale, « un   ensemble   d’attitudes   et   de   pratiques   spatiales,   d’abord   fondées   sur   des   temporalités quotidiennes, et visibles en particulier à travers le rapport au logement, à un espace local… » (Cailly (L.), Dodier (R.), 2007). Le fait de « loger » n’est pas « habiter » et cette dernière action possède une dimension   existentielle   importante :   construire   sa   personnalité,   apporter   sa   marque   à   son environnement et se l’approprier, être pleinement soi (Paquot (T.), Lussault (M.), Younès (C.), 2007). Plusieurs notions découlant directement de ce mot participent à la compréhension des problématiques d’habiter en montagne. Ainsi, le terme d’ « habitat » renvoie à la fois au milieu géographique (pour les espèces animales et végétales par exemple) et aux conditions de logement des êtres humains et renseigne donc sur l’espace géographique, voire souvent bio-géologique, ainsi que sur les mœurs. Jean-François Thémines précise même qu’il ne s’agit pas seulement d’une forme, cela est lié à un mode de vie et engage l’individu à des niveaux différents (équipements, vies de relation,  rapports  conjugaux,  vie  sociale  de  l’individu  etc.).  L’ « habitation »  exprime  le  « fait d’habiter la demeure ». Comme Roger Brunet l’explique en 1992, dans le dictionnaire « Les mots de la géographie », l’habitat « est l’ensemble et l’arrangement des habitations dans un espace donné ». Jacques Lévy et Michel Lussault ajoutent également dans le « Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés » (2003) que « l’habitat engendre des actions qui concourent à la formation d’un espace de l’habitat, les valeurs, savoirs et imaginaires qui les accompagnent ». On retrouve donc à travers ces définitions une certaine appropriation d’un espace de la part des individus. L’adjectif « habitable », dont est issue la notion « habitabilité », désigne « là où l’on peut habiter », « ce qui permet l’habitation ». L’habitabilité est la capacité d’un espace à favoriser un épanouissement en désignant  un  « système  (territorial)  qui  contribue  au  bien-être  physique,  social  et  mental  et  au développement personnel de tous les résidents, c’est-à-dire des espaces (…) plaisants et désirables qui offrent  et  reflètent  l’enrichissement  culturel  et  intellectuel. »  (Nola  (K.),  Tymer  (V.),  2006).  Un environnement « habitable » permet donc de favoriser les expressions des désirs personnels.

Dans le « Manifeste des montagnes 2040 » de Martin Vanier, est soulignée l’idée qu’habiter intègre bien l’ensemble des pratiques des individus sur plusieurs espaces, pour la résidence, les loisirs ou encore le travail. Ce texte donne l’exemple des jeunes Rhônalpins pour qui « il ne doit plus y avoir ‘la montagne pour travailler’ distincte de ‘la montagne pour résider’ ou de ‘la montagne pour se récréer’, mais une seule et même montagne par laquelle réunir ses projets personnels et familiaux ». L’auteur ajoute que « les jeunes rhônalpins ne séparent pas les montagnes des villes qui les bordent et les desservent » et explique « qu’il faut donc construire à la fois plus d’autonomie et plus d’interdépendance, pour que les montagnes de demain puissent pleinement jouer leur rôle ». Les futurs habitants qui s’installent en montagne rechercheraient des éléments typiques à ces territoires, qui s’opposent à ceux des villes comme par exemple l’environnement, la sérénité, ou encore la convivialité, ce qui est nommé « les aménités environnementales et la qualité de la nature » spécifiques au territoire de montagne et « celles-ci ne s’exportent pas, ni ne s’exploitent, mais se cultivent et se soignent ».

Comme cela a été proposé par les chercheurs du programme Terrhab de l’ANR (Territoire et Habitabilité des espaces périurbains), retenons qu’habiter fait largement référence à l’intimité, mais c’est aussi se trouver dans un milieu que l’on marque de son empreinte, de ses pratiques. Le milieu n’est  porteur  de  sens  que  dans  la  mesure  où  il  fait  référence  à  des  pratiques.  Dans  cette appropriation des lieux, la notion d’imaginaire est très déterminante. Ces représentations sont conditionnées par les pratiques antérieures, les trajectoires de vie, ce sont elles qui rendent les lieux attractifs pour les uns et répulsifs pour les autres. Ces pratiques induisent des relations avec les lieux mais aussi avec les autres pratiquants de l’espace. Habiter comprend donc plusieurs dimensions que sont  :  le  domicile,  le  travail,  les  pratiques,  les  relations  avec  l’extérieur,  le  milieu  et  ses représentations associées. 

ENTRE MOTIVATIONS PÉRIURBAINES ET ATTRAIT POUR LA MONTAGNE

Dans la perspective de mieux connaitre ces représentations de la montagne inhérentes aux logiques résidentielles, une étude a été réalisée en mars 2014 par les étudiants du master Ingénierie du Développement Territorial de l’Institut de Géographie Alpine de Grenoble, en collaboration avec le Laboratoire d’Excellence Innovation et Territoires de Montagne (ITEM). En interrogeant un échantillon de personnes ayant un projet (plus ou moins concrétisé) d’installation en montagne, pour des   raisons   personnelles   ou   professionnelles,   cette   étude   s’est   attachée   à   analyser   les représentations les plus vierges possibles, de toutes expériences d’habiter dans ce type d’espace. Comme cela a été abordé en introduction, l’hypothèse de départ était de dire que la périurbanisation de la région grenobloise gagnait progressivement les montagnes du fait de la topographie et que l’objet montagne ne présentait qu’un intérêt secondaire, voire inexistant, dans le projet d’habiter en territoire montagnard.

L’étude a révélé que les futurs néo-habitants des territoires de montagne, dans la région grenobloise, étaient principalement des personnes actives, ayant entre 25 et 40 ans et de CSP cadres et professions intellectuelles supérieures. Les projets de famille sont par ailleurs surreprésentés avec essentiellement des couples, qu’ils aient des enfants à charge ou non. De manière plus générale, près de la moitié des personnes interrogées habitent dans un rayon inférieur à deux cents kilomètres des massifs, tandis que l’autre moitié est à plus de cinq cent kilomètres. Les distances sont donc assez variables, allant des personnes qui se déplacent de la vallée grenobloise aux massifs voisins à celles qui viennent de l’autre bout de la France, ou même, dans une moindre mesure, du reste du monde.

Ces individus construisent le discours sur leurs projets d’habiter en montagne en mobilisant une combinaison de plusieurs idées et arguments. La prédominance d’une thématique pour chacun des  individus  a  cependant  été  mise  en  évidence  par  cette  étude.  Ainsi,  quatre  motivations principales, les conduisant à s’installer en territoire montagnard, ont été identifiées. La première est la recherche d’un cadre de vie de qualité, qui se traduit le plus souvent par un besoin de nature, de calme, un rapprochement aux loisirs, la recherche de lien social plus fort qu’en ville. La seconde motivation est la concrétisation d’un projet familial résidentiel passant par l’accès à la propriété (maison individuelle à des prix plus attractifs que dans la vallée) et l’idée d’élever ses enfants dans de meilleures conditions qu’en ville et en plaine. Ces deux arguments s’apparentent à ceux déployés par les résidents des espaces périurbains. Il s’agit des motivations principales des couples et c’est pour les 25 – 40 ans que le projet familial est le plus prégnant car il s’agit essentiellement de couples avec enfants à charge. Le rejet de la ville perçue comme bruyante, stressante, polluée et vectrice de rapports sociaux jugés trop anonymes ou artificiels, est une autre raison mise en avant par l’échantillon interrogé. Les individus ne voient plus que les nuisances de la ville et souhaite s’en échapper. Cette « urbaphobie » se retrouve davantage chez les 25 à 60 ans, tandis qu’elle n’est que très peu mentionnée chez les plus jeunes et les plus âgés. Les plus de 40 ans cherchent à la fois à s’extraire de l’urbain et sont attirés par un cadre de vie de qualité. Plus original, une partie des enquêtés révèlent qu’une opportunité professionnelle, une dimension plus aléatoire qui souvent se traduit par un nouveau travail, une mutation ou une reprise d’activité en montagne, est au cœur de leur projet résidentiel en montagne. Les célibataires interrogés et les moins de 40 ans s’installent en montagne essentiellement car ils saisissent une opportunité de travail.  Ces raisons, plus ou moins développées dans le discours des enquêtés en fonction du stade d’avancement de leurs projets (vague idée, dépôt de permis de construire, construction d’une maison, récente installation), restent donc les facteurs qui conduisent les personnes à franchir le pas de l’idée à la concrétisation. Les gens n’iraient donc pas habiter à la montagne pour la montagne, mais bien pour ces motivations précises qui sont les véritables éléments déterminants de leurs projets.

Cependant, l’étude a montré que pour la majorité des enquêtés l’objet montagne a une importance notable dans ces choix résidentiels. Les personnes en quête d’un cadre de vie de qualité, ainsi que celles désirant fuir la ville, accordent logiquement de l’importance à la montagne et aux aménités qu’elles associent à cet espace. Plus étonnant, pour les personnes s’installant suite à une opportunité professionnelle, la montagne reste tout de même perçue comme ayant une place très importante dans le projet de vie. Cela s’explique parfois directement par la profession en elle-même, comme c’est le cas de certains agriculteurs pour qui les caractéristiques physiques et socio- économiques du territoire jouent un rôle déterminant pour leur activité, ou encore des saisonniers pour  qui  la  montagne  est  à  la  fois  le  lieu  de  labeur  et  le  lieu  de  récréation.  Quand  le  choix d’installation à la montagne est motivé par un projet familial, l’importance de la montagne est plus relative. La montagne n’est donc pas le critère qui détermine l’installation, c’est plutôt le projet de famille en lui-même.

Ces choix d’habiter la montagne ne reposent pas uniquement   sur un idéal fantasmé, qui pourraient être expliqué par une inexpérience de la montagne. Il ressort au contraire de l’étude, qu’un nombre important d’expériences passées et actuelles en territoire de montagne, jouent un rôle  déterminant  dans  ces  trajectoires  de  vie.  Pour  les  habitants  des  vallées  de  la  région,  les pratiques  régulières  comme  la  randonnée,  le  ski  ou  encore  la  cueillette,  sont  déjà  une  forme d’habiter la montagne qui accentue le désir de s’installer au plus près de leurs activités actuelles. Les visites  de  proches,  familles  et  amis,  habitant  ce  type  d’espace  est  une  autre  porte  d’entrée conduisant des individus à appréhender la vie dans un territoire de montagne. Enfin, le tourisme plus traditionnel, notamment lors de séjours de vacances, peut offrir des émotions et des souvenirs spécifiques en faisant baigner les personnes dans un hors-quotidien, une ambiance perçue positivement et en proposant l’accès à des pratiques de loisirs, de découverte et de convivialité. Cela participe à ce désir de s’installer dans une commune montagnarde.

Les  représentations  de  la  montagne  mises  en  évidence  par  ce  travail  peuvent  être regroupées en quatre registres. Le premier est celui de la montagne-nature, qui renvoie aux notions de  nature,  de  calme  et  d’isolement.  Ce  sont  des  éléments  majeurs  des  représentations  de  la montagne qui ressortent dans les discours, bien souvent par opposition à un milieu urbain jugé indésirable. Dans ce cas, l’attrait pour la montagne est directement lié à des valeurs de respect de l’environnement, projetées sur un cadre idéal en harmonie avec la « nature ». C’est le cadre qui permet  la  contemplation,  l’évasion,  l’émerveillement  et  le  bien-être  à  proximité.  L’idée  de montagne-résidentielle renvoie, quant à elle, à un espace offrant des conditions idéales d’accès à un logement rêvé. Comme dans le phénomène de périurbanisation à la campagne, la quête d’une maison  individuelle  et  avec  du  terrain est  au centre  des  projets  d’habiter  dans  un  massif. Des pratiques  spécifiques  permises  par  cette  forme  de  résidence,  par  exemple  cultiver  un  potager, construire un poulailler ou encore se chauffer au bois, sont également espérées par les personnes projetant de s’installer en montagne. Un cadre de vie imaginé comme de meilleure qualité (air pur, moins de pollution visuelle et sonore etc.) est recherché, notamment par les personnes ayant le projet  de  venir  élever  leurs  enfants.  La  montagne  est  également  perçue  comme  contraignante (neige, froid, déplacements, services) mais cela ne suscite pas d’inquiétudes particulières pour les enquêtés qui utilisent dans leur discours les mots « adaptation » et « organisation ». La montagne- identitaire, est un registre où ces territoires permettent un lien social spécifique qui se traduit par une forte solidarité et une authenticité des relations humaines. Cela serait principalement rendu possible par une population moins importante et plus de proximité, donc moins d’anonymat, ainsi que par la nécessité de faire face collectivement à un environnement jugé comme contraignant, voire hostile. Ces éléments de discours sont parfois enrichis de l’idée d’existence d’une identité montagnarde globale, et d’identités de massifs plus localisées. Les fondements de cette identité seraient principalement l’histoire locale, les traditions et les ambiances de villages. Toutefois, pour certains individus, moins nombreux, cette dimension communautaire est perçue de manière plus négative, avec l’idée d’un contrôle social trop important (commérages, préjugés etc.). Enfin, dans le registre de la montagne-récréative, ce type d’espace est perçu comme un véritable terrain de jeu car il offre la possibilité de pratiquer des activités, sports et loisirs spécifiques à son milieu, notamment grâce au cadre naturel. Des sports les plus extrêmes aux balades sur les sentiers de randonnées, les loisirs de montagne attirent tous les publics. L’accès direct aux loisirs est séduisant et peut même parfois primer sur l’accès aux services et sur la sociabilité. Il est tout de même notable que la montagne récréative est aussi idéalisée avec en parallèle, des services propres à la ville. L’état d’esprit véhiculé par cette montagne de récréation et de loisirs dans les représentations renvoie à l’idée d’une montagne jeune et dynamique. Cela peut notamment s’expliquer par la présence de jeunes saisonniers.

Les représentations de la montagne, influencées au moins partiellement par des expériences passées, jouent bien un rôle dans la construction du projet d’habiter la montagne des futurs néo- habitants de ces territoires. Cela explique également l’importante considération que ces individus accordent à la montagne dans leur projet. Cependant les éléments déterminants dans la concrétisation du projet restent la quête d’un cadre de vie de meilleure qualité, la fuite de la ville, un projet familial ou une opportunité professionnelle. 

VERS UNE MEILLEURE COMPRÉHENSION DES DYNAMIQUES RÉSIDENTIELLES DES TERRITOIRES DE MONTAGNE

Habiter la montagne, en région grenobloise, serait donc le moyen d’accéder à un cadre de vie idéal(isé) pour des individus qui n’ont pas l’expérience d’y vivre mais ayant déjà pu pratiquer la montagne et séjourner dans ce type d’espace. Cette expérience est donc significative dans la construction du projet d’habiter, et devance les représentations de la montagne dans le discours des futurs néo-habitants. Cet imaginaire reste cependant important. Un cadre de vie de qualité avec de nombreuses aménités environnementales, l’accès à des pratiques spécifiques ou l’expression facilité de certaines valeurs (écologie, solidarité…), ainsi qu’un lien social plus fort qu’en ville et à la campagne, sont effectivement attentes récurrentes de cette population.

Ce travail souligne avec force l’intérêt à étudier les enjeux d’habiter en montagne et suscite d’ores et déjà plusieurs autres questionnements. Quels types d’expériences, passées et actuelles, de la  montagne  conduisent  plutôt  à  des  projets  familiaux  ou  professionnels ?  Est-ce  que  l’identité (géographique,  géologique,  historique…)  de  chaque  massif  influence  ces  choix  résidentiels ? Comment les trajectoires de vie des futurs néo-habitants de montagne s’articulent avec d’autres trajectoires  plus  personnelles ?  Comment  les  représentations  de  la  montagne  évoluent-elles  en fonction de l’état d’avancement d’un projet d’installation ? La montagne, et la façon d’y habiter, reste  donc  bien  un  sujet de  recherche  complexe  dont  la  compréhension  reste  plus  que  jamais d’actualité. 

BIBLIOGRAPHIE

Blache (J.), 1934, « L’homme et la montagne » in Revue de Géographie Alpine, vol. 22, n° 4, pp. 851-860.

Bonnet (M.), Touahir (M.), INSEE Rhône-Alpes, 2013, « Lyon et Grenoble : deux profils métropolitains différents », in La Lettre Analyses n° 206.

Boumaza (N.), 1997, « Grenoble, un mythe urbain moderne », in Revue de Géographie Alpine, Tome 85 N°4. pp. 175-185.

Bras (C.), Le Berre (M.), Sgard (A.), 1984, « La montagne, les géographes et la géographie », in Revue de Géographie Alpine, tome 72 n°2-4. pp. 141-153.

Cailly (L.), Dodier (R.), 2007, « La Diversité des modes d’habiter des périurbains dans les villes intermédiaires : différenciations sociales, démographiques et de genre», in Norois, n°4, 205, p. 67-80.

Cazaubon (J.-L.), 2010, « Agriculture et montagne : une relation à haute valeur ajoutée », in Revue des  Chambres d’agriculture n°990-février 2010.

Crivelli (R.), et al., 2001, « Vivre, habiter, rêver la montagne in Le Globe », in Revue Genevoise de Géographie, Tome 141, éd. Genève, Société de Géographie de Genève et Département de Géographie de l’Université de Genève, 178p.

Debarbieux (B.), 2003, « Haut Lieu » in Lévy (J.), Lussault (M.) (dir.), dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, p.448.

Debarbieux (B.), 2001, « Les montagnes : représentations et constructions culturelles », in Veyret (Y.) (dir.), 2001, Les montagnes : discours et enjeux géographiques, Paris, SEDES, 140p.

Debarbieux (B.), Fourny (M.-C.), 2004, L’effet géographique : construction sociale, appréhension cognitive et configuration matérielle des objets géographiques, éd. MSH Alpes, 248p. Debarbieux (B.), Rudaz (G.), 2010, Les faiseurs de montagne, éd. CNRS Editions, 373p. Donadieu (P.), 1998, Campagnes urbaines, Actes Sud.

Furet (C.), 1999-2000, Techniques et architecture, n°446-décembre 1999-janvier 2000, p. 58. George (P.), 1974, Dictionnaire de la Géographie, Paris, PUF

Lévy (J.), Lussault (M.) (Dir), 2003, Dictionnaire de la Géographie et de l’Espace des Sociétés, Edition Belin, 1034p.

Messerli, (B.), Ives (J.), 1997, Mountains of the world : a global priority, Parthenon Publishing Group, New York, Etats-Unis et Carnforth, Royaume-Uni, 495 p.

Nola (K.), Tymer (V.), 2006, La ville habitable, groupe de travail de Vancouver, Forum Urbain Mondial. Paquot (T.), Lussault (M.), Younès (C.), 2007, Habiter, le propre de l’humain. Villes, territoires et philosophie, Editions La Découverte, 379p.

Stock (M.), 2012, « Faire avec de l’espace. Pour une approche de l’habiter par les pratiques », in

Lazzarotti Olivier, 2012, Habiter. Vers un nouveau concept?, Paris, Armand Colin (pp. 59-78)

Veyret (P.), Veyret (G.), 1962, « Essai de définition de la montagne », in Revue de géographie alpine, Tome 50 N°1. pp. 5-35


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.