Découvrir l’histoire des territoires de montagne par la pratique de terrain

Auteure : porteur du module, Anne Dalmasso, responsable du Master HISO-MC, Université Grenoble-Alpes.

Les 23 et 24 octobre 2014, la spécialité d’histoire Hiso-MC a organisé un « séminaire de terrain » dont l’ambition était la réalisation d’objectifs méthodologiques, thématiques et fonctionnels. Après deux années qui avaient privilégiées le choix du Trièves comme territoire d’expérimentation dans l’histoire, les enseignants, pour une bonne part engagés dans le LabEx (Anne Dalmasso, Isabelle Gaillard, Pierre Judet, Stéphane Gal, Anne-Marie Granet-Abisset et Karine Basset), ont retenu la Haute Maurienne et notamment la commune de Villarodin-Bourget pour entreprendre cette mise en œuvre des pratiques de recherche nourries par l’expérimentation du terrain et l’interrogation sur les territoires.

Les objectifs méthodologiques

Ils tiennent dans la pratique concrète d’une démarche de recherche qui se traduit par un travail de terrain. Bien que la majorité des sujets du master ne portent ni sur l’étude de ces territoires particuliers (la haute Maurienne) ni forcément sur les thèmes proposés, les démarches mises en œuvre d’observation, de questionnement, d’enquêtes, au moment du stage puis lors du travail en commun en vue de la restitution pour le bilan d’étape et l’animation du site du Laboratoire, sont essentiels. Ils montrent aux étudiants l’efficience de cette démarche de recherche qui oblige aux questionnements, à l’autonomie, à la prise d’initiatives, au décalage du regard mais aussi à la manière d’interroger plus largement un sujet et de trouver des solutions pour y répondre ; C’est aussi une ouverture à l’ensemble des sources bien au-delà des seules sources écritures qui sont en général retenues comme sources majeures pour les historiens.

La pratique de terrain

C’est rencontrer des personnes qui jouent un rôle majeur dans la réalité comme dans le devenir de ces territoires ; une manière de saisir la réalité de la construction d’une recherche en articulation avec les acteurs de ces territoires et d’approcher également l’histoire se faisant et en actes. C’est aussi la meilleure entrée pour comprendre de l’intérieur et avec les acteurs les comportements des sociétés et les systèmes de gouvernance politique, économique et culturelle qui préside à la transformation des territoires. Ces exercices d’enquête de terrain et d’observations participantes sont aussi un exercice de saisie des phénomènes et de lecture critique des systèmes tels qu’on peut les percevoir dans l’immersion dans un territoire.

Le choix de la haute Maurienne et de la commune de Villarodin-Bourget  est issu d’un ensemble de motifs. D’une part, les questions de reconversion, industrialisation- désindustrialisation, comme celles de la frontière sont des thématiques qui sont travaillées par un certain nombre d’étudiants de master et aussi par des doctorants du LARHRA dont certains participent aux activités du LabEx et rejoignent les travaux en cours portés par des groupes du LabEx (A.Dalmasso, P.Judet, S.Gal). C’est également pour répondre aux demandes de la commune qui a sollicité le LabEx pour mener au sein de sa communauté de communes un travail de longue durée pour donner des clefs d’analyse des transformations en cours et des opérations à conduire dans le devenir de cette communauté de communes, soumise à des enjeux forts en termes de tourisme, d’association foncière pastorale, de rapports avec le Parc de la Vanoise et enfin des problématiques autour de l’axe Lyon Turin.

Un objectif en direction des étudiants : proposer des perspectives futures

Aller avec un groupe de master, c’est non seulement pouvoir initier des travaux qui peuvent fonder des études articulées avec les chercheurs du LabEx mais aussi inciter des étudiants à prolonger cette première initiation par des stages de longue durée qui nourriront et abonderont au projet proposé. Si la perspective dans ces deux journées était purement disciplinaire et nécessairement disciplinaire, ces dernières ont  été cependant pensées comme une étape pour construire pour l’année universitaire 2015-2016 un module avec des étudiants de géographie. Dans la réalisation de ces deux jours, les travaux ont fait appel aux méthodes de l’anthropologie et ont obligé les étudiants à mobiliser des entrées et des ouvertures à d’autres disciplines comme à des entrées plus opérationnelles avec le travail mené auprès des acteurs du territoire.

Des axes de travail structurant

Trois axes ont été privilégiés dans les groupes de travail qui ont mené un travail d’enquête avec madame Laurence Billard et le personnel de la commune durant l’été et le début septembre 2014 (A. Dalmasso ; AM. Granet ; S.Gal). Ces trois axes portent sur la question de l’association foncière pastorale, sur celle du projet Lyon Turin et enfin sur les enjeux de transformation et de modernisation de la station.

Les deux jours ont alterné des sessions pour le groupe dans son ensemble (session d’introduction ; session de présentation générale du territoire par L.Billard ; sessions de mise en commun)  avec des sessions par petits groupes sur  le terrain : observation de paysage, rencontre avec des acteurs du territoire – élus ; agriculteurs, responsables touristiques, habitants- et enfin une table ronde organisée le soir lors du séjour dans un centre d’hébergement proposé par la commune ;

Un projet de formation qui s’inscrit en amont d’un projet de recherche

L’objectif s’agissant du travail mené sur un territoire qui est un territoire atelier pour le LabEx est de contribuer à constituer des ressources pour le projet, mais aussi de participer à l’émergence de questionnements à travailler soit lors de mémoires de master, soit pour des travaux pour ce chantier d’études.

Le but est aussi que les étudiants puissent mobiliser non seulement une connaissance sur ce territoire mais sachent en présenter les enjeux dans une restitution qui est partie intégrante de leur évaluation. S’agissant d’un territoire laboratoire, une attention forte est portée sur la qualité des enquêtes de terrain réalisées.

illustration : By Touring-Club de FranceJeanBono (Bibliothèque nationale de France) [Public domain], via Wikimedia Commons