Par Edouard Paillette (Travail personnel) [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html), CC-BY-SA-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/) ou CC BY 2.5 (http://creativecommons.org/licenses/by/2.5)], via Wikimedia Commons

Visions et construction d’un territoire, l’Oisans au cours des années 1960

Ce texte est une note d’intention en vue d’une communication à la Deuxième Université Internationale d’Hiver, rédigée par Dorothée Fournier, Doctorante financée dans le cadre du LabEx ITEM – Université Grenoble-Alpes, EA SENS, UMR LARHRA. Retravaillée, la communication finale est diffusée à la suite de l’événement, complétée et affinée sur Les carnets du LabEx ITEM.

Cette communication vise à décrypter par une analyse fine au niveau micro-historique à l’échelle de l’Oisans  les processus socio-culturels ayant amené au remodelage de l’espace montagnard par l’extension des loisirs de masse (Rioux & Sirinelli, 2002) et des infrastructures dédiées. Les sources, principalement deux éditions du journal le Dauphiné Libéré (Oisans et Grenoble) permettent de dégager les visions et motivations ayant conduit des acteurs, locaux ou extérieurs au territoire, à transformer la montagne. L’observation de ces transformations dans la durée conduit l’historien à interroger le concept d’innovation (Alter, 2013) comme l’une des modalités du changement. Ce concept pose la question des normes, au prisme des pratiques particulières qui se déroulent dans les territoires de montagne ainsi que la diversité des publics par le biais de la diversité sociale et culturelle des pratiques. Il permet d’interpréter les modes d’appropriation opérés par ces acteurs, qu’il s’agisse d’inventeurs ou des usagers des innovations étudiées et leurs effets en matière de transformation des sociétés. L’invention de la montagne touristique (Boyer, 1996) montre le jeu de relations complexes qui s’établit entre représentations et pratiques des élites et des populations locales dans sa construction comme « nouveau territoire ». Non plus observée sous l’angle du retard, la montagne est conçue comme un laboratoire particulièrement pertinent pour analyser les mutations sociales et culturelles, amenant à considérer le développement du tourisme en montagne via les pratiques de loisirs sportifs comme une innovation (Attali, Dalmasso, & Granet-Abisset, 2014).

Par décret du 19 novembre 1960, la création du comité interministériel à l’aménagement de la montagne amorce une politique nationale de développement touristique qui entend faire passer les territoires de montagne de l’archaïsme à la modernité (Granet-Abisset, 2001). En Oisans les acteurs locaux (Gumuchian, Grasset, & Lajarge, 2003), au motif de leur survie et en quête de réorientation économique, consentent à cette vision normative, par une course à l’équipement en infrastructures de loisirs. Les controverses à propos de la montagne saccagée semblent gommées par l’espoir de chaque village de devenir un lieu dédié aux sports d’hiver. Mais les deux grands ensembles touristiques en pleine expansion et le projet de création d’un parc national amènent à interroger cette dynamique asymétrique. Cet article propose d’explorer dans une perspective historique et au prisme du concept d’innovation, les processus de diffusion par lesquels le tourisme et ses modalités se déploie en Oisans, les raisons de blocage, les conflits ou coopérations qui jaillissent des arguments prônant l’aménagement face à la protection de la nature. De manière conclusive il s’agit de comprendre comment pratiques de loisirs sportifs, acteurs et espaces interagissent pour faire apparaitre de nouvelles réalités territoriales.

Cette étude porte sur l’Oisans au sens géographique incluant au-de là des dix-neuf communes du département de l’Isère, les deux communes du département des Hautes-Alpes.

Références indicatives
  • Attali, M., Dalmasso, A., & Granet-Abisset, A.-M. (Éd.). (2014). Innovation en territoire de montagne : le défi de l’approche interdisciplinaire. Grenoble: Presses universitaires de Grenoble.
  • Boyer, M. (1996). L’invention du tourisme. [Paris]: Gallimard.
  • Granet-Abisset. (2001). Le temps bricolé les représentations du progrès (XIXe-XXe siècles). (J.-N. Pelen & A.-M. Granet-Abisset, éd.). Grenoble: Centre alpin et rhodanien d’ethnologie.
  • Gumuchian, H., Grasset, E., & Lajarge, R. (Éd.). (2003). Les acteurs, ces oubliés du territoire. Paris: Anthropos Economica (diff.).
  • Rioux, J.-P., & Sirinelli, J.-F. (Éd.). (2002). La culture de masse en France: de la Belle Époque à aujourd’hui. Paris, France: Fayard.