Par Burzio Giovanni (Travail personnel) [CC BY-SA 4.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], via Wikimedia Commons

La montagne transfrontalière : entre innovation, compétitivité, valeur ajoutée et nécessité de préservation de l’environnement.

Ce texte est une note d’intention en vue d’une communication à la Deuxième Université Internationale d’Hiver, rédigée par Lauranne Jacobdoctorante dans le cadre du LabEx ITEM – Université Grenoble-Alpes, UMR PACTE, EA CRJ ; Université de Genève. Retravaillée, la communication finale est diffusée à la suite de l’événement, complétée et affinée sur Les carnets du LabEx ITEM.

Cette proposition de communication se propose de montrer comment les espaces transfrontaliers de montagnes mènent des projets de coopération qui répondent à la fois aux besoins des populations locales, aux enjeux environnementaux et aux critères des politiques publiques qui les financent (Programme Interreg en Europe principalement, Nouvelle Politique Régionale en Suisse).

A l’aide de deux cas d’étude, l’Espace Mont-Blanc entre France, Italie et Suisse et les Parcs Alpi-Marittime et Mercantour (italien et français), nous montrerons que les projets menés ont grandement évolué depuis le début de la coopération transfrontalière pour s’adapter aux modalités de financement disponible. Ainsi les coopérations à caractère environnemental initialement ont évolué vers des thématiques de développement local durable prenant en considération les spécificités locales et les besoins des habitants. Inversement, les acteurs des régions de montagne ont su s’imposer auprès des acteurs institutionnels de niveaux supérieurs (national et européen) pour faire évoluer les politiques vers davantage de prise en considération de leurs spécificités.

L’innovation est une des exigences communes à la politique de cohésion européenne et à la Nouvelle Politique Régionale (NPR) suisse. Dès lors, il convient de s’interroger sur la signification du mot innovation, sur ce qui se cache derrière ce « mot valise » très à la mode actuellement. L’innovation technique et technologique, bien entendu, mais pas que. Nous montrerons que ce qui est visé, est en fait, davantage l’innovation sociale entendue comme la réponse à besoin social exprimé par la population. Cette réponse peut-être de différents ordres, en particulier organisationnel. Nous tenterons de montrer comment cette innovation organisationnelle nait et se développe au sein des coopérations transfrontalières étudiées.

Dans un second temps, nous expliciterons les solutions développées par nos deux coopérations pour mener de front des actions de promotions et de développement territorial et des actions de protection/conservation de l’environnement rendues nécessaires par le milieu exceptionnel et les évolutions de celui-ci en lien avec le changement climatique. Dans le cas d’Alpi-Marittime-Mercantour, la coopération environnementale s’appuie sur une protection forte liée à la présence de deux parcs avec cependant des différences notables en matière de protection. L’évolution vers la recherche du développement économique est très récente, puisqu’elle est consécutive à une réforme des Parcs en France (loi de 2006). Dans le cas de l’Espace Mont-Blanc, la situation est légèrement différente, puisqu’il n’y a pas de parc, uniquement des protections de type réserve naturelle ou des classements. La création de cet espace de coopération par les élus locaux en réaction à une demande de création d’un parc international sur le Mont-Blanc donne le ton. L’objectif des élus était clairement de montrer leur pleine capacité à développer leur territoire tout en le conservant et le préservant afin de conserver ce qui fait sa richesse. Cependant, au cours des dernières années est apparu un nouvel impératif côté helvétique avec la NPR, qui conditionne les aides et financements à la création de valeur ajoutée et au critère de compétitivité. Ce dernier s’est avéré être un obstacle pour le financement d’actions de protection coté suisse. La France et l’Italie parviennent toujours par le biais d’autres financements à conserver cet axe majeur de la coopération.

La méthodologie employée est celle couramment utilisée en sciences humaines, et se base sur des entretiens semi-directifs, l’analyse de documents produits par les coopérations transfrontalières, des textes juridiques, des rapports de différentes institutions.

Bibliographie indicative

  • BESANÇON E., CHOCHOY N., GUYON T., 2013, L’innovation sociale principes et fondements d’un concept, Paris, l’Harmattan.
  • BROGGIO C., 2002, La politique de la montagne en France, Hérodote, 2002, vol. N°107, n°4, p. 147‑158.
  • FOURNY M.-C., CRIVELLI R., 2003, Cette montagne que l’on partage. Frontière et montagne dans les coopérations transfrontalières de régions alpines / The sharing of mountain areas : cross-border cooperation in alpine regions, Rev. Géographie Alp., 2003, vol. 91, n°3, p. 57‑70.
  • L’HARPE A. DE, 2005, L’espace Mont-Blanc en question, Editions L’Harmattan, 201 p.
  • MOULLÉ F., 1999, Dynamiques transfrontalières et identités territoriales. L’exemple des Alpes de Savoie, de la Suisse Romande, et du Val d’Aoste, Cergy-Pontoise, Université de Cergy-Pontoise, 473 p.
  • RUDAZ G., 2006, Du Valais à l’Europe : un groupe de pression régional prend position dans le débat européen sur les montagnes, Rev. Géographie Alp., 2006, vol. 94, n°3, p. 45‑53.
  • RUDAZ G., DEBARBIEUX B., 2013, La montagne suisse en politique, Lausanne, PPUR, 128p.

Illustration : Par Burzio Giovanni (Travail personnel) [CC BY-SA 4.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], via Wikimedia Commons