Le territoire de la Ligne des Alpes : une expérience d’atelier en immersion

Propos synthétisés[i] par Gabriella Trotta-Brambilla et Karine Basset (responsables pédagogiques)

Trois Masters concernés et différentes approches à faire converger dans le travail en atelier

Le workshop de recherche et formation « Le territoire de la Ligne des Alpes : acteurs, mobilités, projets » a été organisé et porté par l’Institut d’Urbanisme de Grenoble (IUG), en collaboration avec l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble (ENSAG) et l’Institut de Géographie Alpine (IGA). Du point de vue de l’encadrement pédagogique, le workshop a donc été conçu principalement dans la continuité des ateliers de projet urbain et territorial qui sont au centre de la formation de l’Institut d’Urbanisme de Grenoble.

L’atelier vise à apprendre aux étudiants à maîtriser les concepts et les outils de l’urbanisme par le biais d’études de cas concrets. Si l’objectif de la formation en Urbanisme et Projet Urbain (UPU) « est de doter les étudiants d’une solide culture sur la ville[ii] », il n’est pas rare que des problématiques concernant des territoires périurbains et ruraux entretenant une forte relation avec la ville leur soient proposées. Deux ateliers de projet sont organisés dans le cadre de la deuxième année du Master UPU, dont la spécificité est d’offrir une formation en alternance (une semaine de cours à l’Institut et trois semaines de travail d’apprentissage/stage dans le cadre d’une entreprise ou d’une collectivité publique).

Ce billet restitue le point de vue d’un groupe de 19 étudiants[iii] de l’IUG, 8 étudiants de l’ENSAG[iv] et 3 étudiants de l’IGA[v]  ayant choisi de participer au workshop, qui s’est déroulé en janvier 2016. Le texte reconstitue les propos émergés pendant plusieurs échanges avec les étudiants de chaque master qui visaient à mettre en avant les aspects originaux et innovants de la formation par rapport à leurs expériences précédentes.

Propos retranscrits

Les objectifs de la formation (Master Ingénierie du Développement Territorial – IGA). Lors de ce workshop intensif, qui s’est déroulé à Lus-La-Croix-Haute en janvier 2015, nous avons réalisé des études thématisées ayant comme centre d’intérêt la ligne ferroviaire dite « des Alpes », et en particulier le tronçon compris entre Grenoble et Gap. L’objectif principal de nos travaux était de concevoir des projets territoriaux innovants et susceptibles d’instaurer des relations plus vertueuses entre la ligne ferroviaire existante (entendue comme ressource à valoriser) et les territoires traversés. Nous avons dressé un premier état des lieux des territoires qui nous paraissaient être directement liés à la ligne, tout en nous concentrant sur la commune de Lus-La-Croix-Haute, où nous avons passé cinq jours.

Nous avons travaillé au sein d’équipes multidisciplinaires comprenant des architectes, des urbanistes et des géographes afin de faire converger des approches différentes et des compétences complémentaires. La problématique abordée nécessitait effectivement d’en approcher la complexité en partant de points de vue multiples. Le séjour à Lus-La-Croix-Haute a, de plus, représenté l’occasion de rencontrer les habitants, les commerçants et les élus locaux, mais aussi d’être au cœur du territoire d’étude, afin de mieux comprendre et intégrer dans nos analyses les enjeux, les ressentis, les représentations, les opportunités. Nous avons ensuite terminé nos travaux à la Cité des Territoires à Grenoble, où nous avons pu prendre un certain recul, faire du tri dans les matériaux récoltés, établir une synthèse, affiner les problématiques traitées dans chaque groupe et proposer des stratégies territoriales.

Les bienfaits de l’immersion[vi].  Le fait de pouvoir être sur le terrain et de s’imprégner de ses caractéristiques en restant au contact de la réalité quotidienne de ce territoire et de ses habitants pendant cinq journées consécutives a été très profitable au travail que nos enseignants nous invitaient à mener. Nous avons ainsi pu comprendre les différentes temporalités du territoire (sa « vraie vie »), en le parcourant, observant et participant à ses rythmes. Nous avons écarté un certain nombre d’idées reçues que l’on aurait inévitablement mobilisé si l’on s’était contenté de regarder ce territoire de l’extérieur, depuis la ville. D’ailleurs, cette immersion a favorisé la « sérendipité » et nous a permis de découvrir des aspects très surprenants, notamment concernant le fort lien « affectif » entre habitants et territoire. Le contact direct avec les acteurs locaux et leur disponibilité nous a permis de capter le ressenti d’une grande partie des acteurs concernés et l’attachement des habitants à leur lieu de vie et à ses atouts, parmi lesquels la ligne ferroviaire. Du point de vue logistique, la permanence sur place et la mise à disposition des espaces de travail nous a permis une certaine efficacité.

Avoir habité ce territoire pendant cinq jours avec ses habitants a permis de créer des liens et surtout de mettre les acteurs locaux en confiance. La bonne ambiance dans laquelle s’est déroulé le workshop a favorisé l’implication des habitants et, par conséquent, la récolte de données utiles à synthétiser dans nos diagnostics et stratégies. D’ailleurs, les collaborations favorisées par l’immersion ont rendu notre travail plus agréable, malgré son intensité. Nous avons aussi eu l’impression que certaines interactions n’auraient pas été possibles sans notre permanence sur le terrain. En quelque sorte, notre présence a encouragé la participation des habitants et nous avons très bien ressenti leur hospitalité, qui s’est manifestée, d’une part, par un accueil chaleureux lors de nos enquêtes (interviews pré-organisées et improvisées, atelier avec les habitants, atelier à l’école primaire, etc.) et, d’autre part, par leur prise d’initiative (témoignages spontanés, atelier d’écriture – non prévu – autour de la thématique du chemin de fer, suggestions, support logistique, etc.).

Une méthodologie inusuelle (Master Urbanisme et Projet Urbain – IUG). La principale différence entre ce workshop et les ateliers auxquels nous avons participé précédemment est le travail avec les acteurs. Habituellement, un atelier à l’IUG comporte une première prise de contact avec un commanditaire (le plus souvent une collectivité, représentée par un ou plusieurs techniciens et/ou élus) qui nous propose une question, une thématique, un lieu à analyser. Ensuite, nous menons le travail relativement en autonomie, assistés par nos enseignants et en sollicitant ponctuellement les acteurs en capacité de répondre à nos questionnements. Enfin, nous échangeons avec le commanditaire, une fois terminé le travail, lors d’une présentation collective de nos réflexions. Dans le cas du workshop à Lus-La-Croix-Haute, plusieurs rencontres ont été organisées tout au long du travail. Cela a donné une autre dimension à notre vision du territoire, qui s’est dessinée en croisant nos compétences et expériences, nos découvertes, ainsi que les représentations des habitants, des élus, des acteurs économiques, etc. Les données récoltées auprès de ces derniers ont nourri nos analyses et nos projets, car nous avons essayé de prendre en compte, quand possible, leurs souhaits.

Nous avons cherché à nous approprier la méthodologie et les thématiques proposées par nos enseignants, bien que nous aurions préféré concevoir entièrement notre démarche. Nous sommes toutefois conscients des contraintes imposées par le temps court du workshop et des marges de manœuvre dont nous disposions : effectivement nous avons pris une série d’initiatives (organisation de la soirée avec les habitants et de l’atelier à l’école, participation volontaire à l’atelier d’écriture proposé par une habitante de Lus, prise de contact avec d’autres acteurs locaux non signalés préalablement par les enseignants, etc.) qui ont été très appréciées.

Un deuxième aspect du workshop qui nous a marqué a été la collaboration avec des étudiants provenant de  disciplines différentes. Nous avons eu l’impression de manipuler une sorte de « tiroir à idées » : face aux différentes questions que nous nous posions, chaque discipline pouvait fournir un outil pertinent pour l’analyse. Il a été particulièrement intéressant de confronter nos points de vue, nos compétences et les différentes manières d’aborder le même problème.

L’impact sur notre formation (Master Architecture, Environnement et Cultures Constructives – ENSAG). Nous avions déjà travaillé sur la commune de Lus-La-Croix-Haute en atelier de projet (M1) durant le premier semestre (avant le workshop), mais nos analyses n’avaient pas fait émerger l’actuelle remise en question de la ligne ferroviaire. Le workshop nous a permis de nous rendre compte des enjeux liés à l’infrastructure analysée et aussi de la sensibilité du sujet, alors que dans nos stratégies on l’assumait comme un acquis.

Bien que nous ayons travaillé sur les mêmes aires géographiques, nous n’avions pas les mêmes objets d’étude et les mêmes objectifs. Nous confronter aux méthodes des autres disciplines nous a permis

  • d’une part, d’élargir l’échelle des nos analyses précédentes : la démarche a mis en évidence comment la commune de Lus-la-Croix-Haute « entre en résonance » avec le reste du territoire, ce qui est particulièrement important pour un territoire rural, dont les activités locales (filière bois, agriculture, etc.) se déploient et tissent des liens à une échelle parfois très vaste ;
  •  d’autre part, de compléter les approches qui caractérisent le travail de l’architecte et en particulier notre master (« analyse par trames ») par des approches plus typiques des sciences sociales pour animer des processus participatifs, ainsi que par des outils de récolte de la parole des acteurs et d’analyse de discours.

L’impact sur notre parcours professionnel (Master Urbanisme et Projet Urbain – IUG). Nous sommes tous d’accord sur le fait que cet atelier a été très enrichissant pour notre formation et le parcours professionnel que nous venons d’entamer. Aucun d’entre nous n’avait eu la possibilité auparavant d’expérimenter le travail en immersion ni l’organisation d’une réunion publique dans le cadre d’une formation universitaire : cela nous semble être la véritable originalité de la démarche. Un autre élément marquant pour la plupart d’entre nous a été le type de territoire que nous avons analysé, car en tant qu’étudiants en urbanisme nous avions abordé surtout les agglomérations (du centre-ville au périurbain), mais nous n’avions pas encore tous eu l’occasion de nous confronter aux urbanités qui caractérisent les territoires ruraux. Nous nous sommes forgés ici des outils spécifiques pour traiter ce type de territoires, ce qui pourra être utile pour notre futur professionnel.

Les entrées thématiques, de plus, ont permis à certains d’entre nous d’aborder des questions nouvelles et obligés à trouver des méthodes d’analyse que nous ne connaissions pas et cela grâce surtout aux échanges multidisciplinaires que nous avons eu avec les autres étudiants et les enseignants. Pour d’autres étudiants, la thématique choisie coïncidait avec la mission d’apprentissage et cela a permis d’approfondir des connaissances, de comparer les apports de diverses études de cas et de remettre en question des acquis. En particulier, nous avons réalisé l’importance de travailler avec l’existant et de le mettre en valeur pour tendre vers un développement véritablement durable. Aussi, nous avons apprécié de travailler par le prisme de la prospective et du projet, qui nous a permis de mobiliser des exemples de bonnes pratiques et d’élargir notre culture disciplinaire.

Nous avons pu tester ici une autre facette du travail d’urbaniste et cela devrait pouvoir nous ouvrir à d’autres horizons professionnels. Nous espérons, de plus, avoir contribué à éclairer certaines problématiques qui intéressent directement les acteurs du territoire. Nous avons en effet montré comment la problématique de la desserte ferroviaire d’un territoire allant du périurbain au rural amène à réfléchir, en même temps, à ses possibilités de développement, non seulement en termes de mobilité, mais aussi concernant la mise en valeur des différents atouts recensés. D’ailleurs, le fait de travailler avec les acteurs locaux nous semble avoir donné une véritable légitimité à notre travail et les liens tissés avec les habitants et les acteurs de ce territoire sont lisibles dans les projets que nous avons élaboré.

Quelques suggestions d’amélioration[vii].

Cet atelier a été pour nous tous une belle expérience et il faudrait offrir la même opportunité à d’autres étudiants dans le futur. Pour cela, l’idée de répéter le workshop à d’autres endroits de la ligne Grenoble-Gap nous semble intéressante. Cependant, il faudrait améliorer quelques aspects de l’organisation pour que la démarche conduise à des résultats encore plus satisfaisants, en particulier du point de vue des étudiants qui participent à la formation :

  • il serait utile de prévoir un travail préparatoire en amont, afin de bien comprendre les enjeux de la commande et être tout de suite efficaces une fois sur le terrain, ainsi que pour pouvoir construire nous mêmes nos démarches d’analyse et projet ;
  • il nous semble nécessaire que le module de formation permette une participation égalitaire de tous les étudiants, tant en termes de temps investis (réserver le même temps dans les calendriers pédagogiques des différents masters) que de niveau de connaissance du terrain au départ (soit un travail de préparation pour tous les participants, soit une découverte) que d’évaluation ;
  • mieux distinguer les attentes pédagogiques des attentes des acteurs locaux ;
  • élargir le panel des acteurs, afin de pouvoir récolter une plus grande variété de positionnements (par exemple inviter un représentant de la SNCF) ;
  • des interventions de chercheurs et/ou professionnels travaillant sur des thématiques similaires seraient appréciables ;
  • ne pas diminuer le temps de permanence sur le terrain (les cinq jours ont permis de s’imprégner véritablement du territoire) mais, si possible, insérer le temps intensif dans une formation plus longue (par exemple dans le cadre d’un atelier qui dure au moins un semestre) ;
  • ne pas hésiter à proposer aux étudiants de rester sur le terrain pendant le week-end (par exemple, à Lus le jour du marché c’est le dimanche), afin de pouvoir observer les différentes temporalités et fonctionnements du territoire ;
  • prévoir un groupe de travail transversal qui puisse assurer la coordination entre tous les groupes, afin d’améliorer le dialogue et la mise en commun des matériaux, optimisant ainsi la production (parfois redondante).

[i] Les propos des étudiants de l’IUG et de l’IGA ont été récoltés par G. Trotta pendant une discussion collective le 13 avril 2016 à l’IUG ;  ceux des étudiants de l’ENSAG par A. Coste et N. Dubus le 24 mars 2016 à l’ENSAG.

[ii] http://formations.univ-grenoble-alpes.fr/fr/catalogue/master-XB/sciences-humaines-et-sociales-SHS/master-urbanisme-et-amenagement-program-master-urbanisme-et-amenagement/parcours-urbanisme-et-projet-urbain-upu-subprogram-parcours-m2-urbanisme-et-projet-urbain.html

[iii]  Étudiants du Master « Urbanisme et Projet Urbain » (IUG) concernés : Cassandre Bazatole, Marine Candotti, Aline Casanova, Clément Darsin, Tariq Demmou, Nicolas De Sario, Virginie Dionisio, Khalid Enbiri, Thomas Fioux, Jocelyn Groleaz, Corentin Hurault, Elyes Khattech, Marie-Hélène Moody, Nicolas Munch, Sophie Mulliez, Arthur Péricart, Quentin Picard-Lesteven, Kseniia Pustovoit, Maryne Thaumiaud.

[iv] Étudiants du Master « Architecture, Environnement et Cultures Constructives » (ENSAG) concernés : Cuauhtlehuanitl Huanhpu Bravo Del Rio, Charlie Bodoin, Yoann Boy, Alban Chavanne, Adélaïde Couillerot, Aurélie Durand, Typhaine Lermite, Elise Rasclard.

[v] Étudiants du Master « Ingénierie du Développement Territorial » (IGA) concernés : Arthur De Gottal, Marius Pugeat, Perrine Roy.

[vi] Commentaires communs aux trois masters.

[vii] Commentaires communs aux trois masters.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Rauzier (12 septembre 2016). Le territoire de la Ligne des Alpes : une expérience d’atelier en immersion. "Au top !" Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/v20h