Une expérimentation pédagogique

Ce texte a été rédigé par Fanny Vuaillat, co-responsable pédagogique de l’atelier (laboratoire PACTE – Institut de Géographie Alpine – université de Grenoble-Alpes)

Cet atelier mené depuis deux ans, a été pour nous enseignants, l’occasion d’expérimentations pédagogiques. En somme, nous avons essayé autre chose, non sans remous d’ailleurs. Nous nous sommes mis en expérience en mettant les étudiants eux-mêmes en expérience, au sens de Stendhal, se mettre à l’épreuve. Nous souhaitons aller plus avant sur cet aspect pédagogique, il a porté ses fruits, nous le poursuivons pour en observer les formes, les contours, les conditions et les effets, les fruits, les contrecoups.

Deux aspects semblent pivots, celui de l’expérience de l’autonomie et celui de l’expérience de la rencontre et de la différence.

Voyant d’un côté les impasses et les stérilités d’ateliers de projets urbains protocolaires, appliquant consciencieusement une méthodologie orthodoxe et d’un autre côté, pétris et imprégnés d’une recherche questionnant les expertises, la co-production dans une géographie relationnelle, nous nous sommes humblement mis dans les traces de Cornélius Castoriadis ou Paulo Freire pour proposer un processus éducatif émancipateur. L’expérience de l’autonomie donc pour des étudiants souvent frileux, inquiets, aspirant à trouver une place rapidement. Comme nous n’avons pas la possibilité de changer les conditions d’accès au marché du travail, nous avons préféré expérimenter des formes d’accompagnement vers l’autonomie.

Nous nous mettons donc en posture, non pas de transmettre mais d’accompagner l’étudiant dans son cheminement. Nous tentons alors de mettre en œuvre les conditions de l’autonomie comme moyen (être autonome dans le faire : faire projet) pour une autonomie comme fin (devenir adulte responsable en conscience). Nous visons donc une émancipation intellectuelle et politique des étudiants. Nous les accompagnons dans l’atelier à s’engager dans le terrain, à se saisir de questions, de rencontres, à imaginer, créer. Nous sommes là certes, mais eux sont aux manettes. Il y a donc des contreparties, les rendus sont largement perfectibles et parfois ils n’entendent pas nos mises en garde et s’engagent sur des sujets, des réflexions arides ou improductives. Peu importe, ils font d’eux-mêmes, ils essayent, se confrontent, s’énervent parfois contre une équipe enseignante qui ne leur propose pas la boîte à outils magique du parfait urbaniste.

Enfin, l’expérience de la rencontre et de la différence est un autre pivot de notre pratique d’atelier, nous la considérons féconde et profitable. C’est la pratique et la confrontation dans la relation, de soi avec le monde. C’est fort d’enseignement : faire avec et savoir-être dans sa relation au terrain, aux autres en somme.

Le première rencontre est pluridisciplinaire. Les étudiants ont des origines disciplinaires variées et forment une équipe de travail plurielle, hétérogène et complémentaire : urbanisme, géographie, architecture, paysage, histoire, économie, droit, sciences de l’ingénieur. Les langues aussi sont diverses : deux promotions se mélangent l’une francophone et l’autre anglophone. Les langues de travail sont l’une ou l’autre en fonction du lieu et du temps. Français, anglais assurément, mais on entend souvent dans l’atelier le turc, l’arabe, le polonais et l’italien. Les étudiants polyglottes rencontrent un territoire lui aussi polyglotte où les diasporas, les associations communautaires, ceux d’ici et de là-bas se mêlent et dessinent, des sommets au fond de vallée, une géographie linguistique variée.

L’expérience de la rencontre se fait aussi par les différences d’âges. Les plus âgés, habitués des réunions d’associations, des tables rondes participatives sont présents évidement. A quelque chose près, c’est un peu la même classe d’âge que les élus de la région ou les responsables des services techniques des métropoles. Presque en balancier, les enfants et les adolescents font partis aussi de l’expérience d’atelier. Les étudiants vont dans les classes d’écoles élémentaires et travaillent avec une classe de seconde du Lycée Georges Brassens. Les jeux de générations colorent l’atelier. L’expérience d’être parfois plus jeune, parfois plus vieux, posture d’ascendance, sinon de domination, qui se vit et s’expérimente dans la relativité.



Citer ce billet
Vincent Rauzier (2016, 23 septembre). Une expérimentation pédagogique. "Au top !" Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v20l